AccueilDroites radicales en France et en Grande-Bretagne, XXe siècle

Droites radicales en France et en Grande-Bretagne, XXe siècle

Comparaison, transferts, regards croisés

*  *  *

Publié le vendredi 02 mai 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Ce colloque a pour objet de comparer la culture politique des milieux et mouvements de la droite extrême des deux côtés de la Manche au XXe siècle. L'axe de comparaison franco-britannique est à mettre en oeuvre sur le plan des pratiques militantes, de la sociologie comparée, et de l'idéologie propres à chacun de ces milieux. L'objectif est également de saisir les éventuels échanges entre droite radicale britannique et française (par exemple l'influence de Maurras en Grande-Bretagne, ou celle du « powellisme » sur le lepénisme) et de confronter les approches théoriques et les enjeux terminologiques qui sous-tendent la recherche sur les droites extrêmes en France et en Grande-Bretagne.

Annonce

Droites radicales en France et en Grande-Bretagne au vingtième siècle : comparaison, transferts et regards croisés

Colloque international organisé à l’Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, les 20 et 21 mars 2009 à l’initiative de Philippe Vervaecke par CECILLE, EA 4074
Laboratoire partenaire et co-organisateur du projet : Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHIS), UMR-CNRS 8529

Comité scientifique :

Richard Davis (Lille 3), Annie Collovald (Nantes), Gilbert Millat (Lille 3), Kevin Passmore (Cardiff), Jacques Prévotat (Lille 3), Dan Stone (Royal Holloway), Jean Vavasseur-Desperriers (Lille 3), Richard Griffiths (King’s College),

L’objectif de ce colloque est de comparer la culture politique de l’extrême droite des deux côtés de la Manche, du début du vingtième siècle, époque de la « droite révolutionnaire » analysée par Sternhell en France et de la « droite radicale » en Grande-Bretagne, jusqu’aux incarnations actuelles de la droite extrême (National Front et British National Party ; Front National).

La dimension comparatiste du colloque s’articulera autour de la notion de culture politique. Ce concept désigne tout à la fois le profil idéologique de ces partis ou mouvements, leur mode d’organisation, leur positionnement par rapport aux autres partis, leurs stratégies de recrutement en termes sociaux ou géographiques, mais aussi la sociabilité militante et les pratiques politiques qui les caractérisent. Le projet n’est donc pas d’inviter à un nouveau débat sur le succès ou l’échec de ce type de mouvements en France ou en Grande-Bretagne. Il s’agit plutôt de cerner, dans les incarnations successives de cette « ultra-droite » en France comme en Grande-Bretagne, l’évolution de la rhétorique politique propre à ces milieux, ainsi que les rapports qu’ils ont entretenus avec les milieux de la droite « modérée ».

Le colloque doit faire apparaître les modalités d’échange et de transfert entre les droites radicales françaises et britanniques au cours du vingtième siècle : quel regard portent l’une sur l’autre la droite radicale britannique et son homologue française ? On pense ici par exemple à la vision qu’a pu avoir de Vichy un homme comme Oswald Mosley, ou l’impact actuel de Jean-Marie Le Pen sur le discours et les stratégies de l’extrême-droite britannique. La question sera de dégager les influences réciproques, sur le plan de l’idéologie et des formes de militantisme propres à ces milieux, entre droites extrêmes française et britannique. Le projet doit aussi être l’occasion de confronter les modèles théoriques d’interprétation de ces partis et les débats terminologiques (populisme, droite extrême, extrême droite, droite radicale, droite révolutionnaire, ultra-patriotisme, fascisme) auxquels l’étude de ces mouvements a donné lieu en France et en Grande-Bretagne.

Les ateliers envisagés feront porter l’analyse comparatiste sur divers aspects du discours et des pratiques militantes propres à la droite radicale dans ces deux pays.

Sur le plan des discours, la comparaison peut porter sur la vision de l’histoire nationale ou sur l’importance et à la nature des références à la religion, à l’Empire, à l’antisémitisme, à la xénophobie, à l’anti-capitalisme, au ruralisme, à l’anti-urbanisme et à l’anti-parlementarisme dans l’idéologie véhiculée par ces milieux. Les thèmes de comparaison peuvent inclure les rapports entre droite extrême et droite « modérée » au sein de chacun de ces deux systèmes politiques nationaux, ainsi qu’une réflexion sur le discours sur le multiculturalisme actuellement véhiculé par les mouvements d’extrême droite des deux côtés de la Manche.

Sur le plan des pratiques, on comparera les formes d’organisation et de rituels politiques propres à ces mouvements ainsi que leurs stratégies d’implantation auprès des diverses catégories sociales (ouvriers, femmes, classe moyenne, militaires, anciens combattants, etc.).

Ce colloque international est un projet pluridisciplinaire qui s’adresse aux chercheurs en sciences humaines et sociales, français, britanniques ou étrangers, travaillant sur la droite extrême, qu’ils soient historiens, politistes, sociologues, anthropologues ou civilisationnistes. Afin de mettre en œuvre la dimension comparatiste du projet, le colloque prendra la forme d’ateliers thématiques centré sur certains aspects précis de la culture politique spécifique à ce milieu.

Les propositions de communication, d’une longueur de 700 mots environ, sont à adresser avant le 15 juin 2008 à : philippe.vervaecke@univ-lille3.fr

Lieux

  • Université Lille 3
    Lille, France

Dates

  • dimanche 15 juin 2008

Mots-clés

  • droite extrême, France, Grande-Bretagne, culture politique, militantisme

Contacts

  • Philippe Vervaecke
    courriel : philippe [dot] vervaecke [at] univ-lille3 [dot] fr

Source de l'information

  • Philippe Vervaecke
    courriel : philippe [dot] vervaecke [at] univ-lille3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Droites radicales en France et en Grande-Bretagne, XXe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 02 mai 2008, http://calenda.org/194918