AccueilLes États-Unis et la Suisse pendant la guerre froide

*  *  *

Publié le jeudi 08 mai 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Appel à contribution pour un numéro de Traverse. Revue d'histoire sur la question : « Les États-Unis et la Suisse pendant la Guerre froide ».L’affaire des fonds en déshérence a mis en lumière les relations entre la Suisse et les États-Unis en suscitant un renouveau d’intérêt des chercheurs et chercheuses pour les liens entre les deux États durant et à l’issue de la Deuxième Guerre mondiale. Les quelque quatre décennies qui ont suivi la conclusion de l’accord de Washington de 1946 restent au contraire largement ignorées par l’historiographie helvétique. Pourtant, les rapports qu’entretiennent les deux « républiques sœurs » durant la Guerre froide méritent sur de nombreux plans d’être étudiés, ce que ce numéro de Traverse se propose de faire.

Annonce

Traverse. Zeitschrift für Geschichte. Revue d’histoire

Appel à contribution

Parution prévue en été 2009

L’affaire des fonds en déshérence a mis en lumière les relations entre la Suisse et les États-Unis en suscitant un renouveau d’intérêt des chercheurs et chercheuses pour les liens entre les deux États durant et à l’issue de la Deuxième Guerre mondiale. Les quelque quatre décennies qui ont suivi la conclusion de l’accord de Washington de 1946 restent au contraire largement ignorées par l’historiographie helvétique. Pourtant, les rapports qu’entretiennent les deux « républiques sœurs » durant la Guerre froide méritent sur de nombreux plans d’être étudiés, ce que ce numéro de Traverse se propose de faire.
Plusieurs enjeux décisifs peuvent être soulevés. D’un côté, il s’agit de se pencher sur la position que la Confédération occupe dans l’affrontement Est-Ouest. À cet égard, le Hotz-Linder Agreement, signé en 1951, est particulièrement significatif. Par cet accord, les autorités helvétiques s’engagent à ne plus exporter de matériel stratégique vers les pays du bloc de l’Est, et sauvegardent ainsi leur plein accès au marché américain. Révélatrice de la relation contrastée qui lie les Etats-Unis et la Suisse, cette concession est à mettre en parallèle avec la revendication de neutralité économique avancée quelques années auparavant par le Conseil fédéral pour justifier son importante contribution à l’effort de guerre de l’Axe. Mais l’attitude des autorités et milieux d’affaires suisses durant les conflits menées par les USA sous le drapeau de la Guerre froide, notamment en Corée, au Guatemala ou encore au Vietnam, pourrait également être abordé par ce numéro. Une autre question-clé concerne le rôle de puissance protectrice que la Suisse occupe pour Washington au Cuba dès 1961, ou encore en Iran dès 1980. Les États-Unis et la Suisse sont des partenaires commerciaux et financiers de premier ordre – ainsi, depuis la Deuxième Guerre mondiale, le marché américain figure parmi les plus importants fournisseurs de la Confédération et cette dernière se place dans le peloton de tête en ce qui concerne les investissements directs aux États-Unis. Plusieurs aspects du développement de ces liens économiques dans l’après-guerre pourraient faire l’objet d’une contribution, comme l’accord de double imposition américano-suisse de 1951 qui risque de toucher au secret bancaire et mobilise en conséquence les milieux bancaires helvétiques, les stratégies d’implantation des nombreuses entreprises helvétiques aux États-Unis ou américaines en Suisse, ou encore la question présente dès les années 1950 de l’approvisionnement de la Suisse en uranium pour les besoins de la politique fédérale atomique et de l’industrie engagée dans ce processus. Les aspects scientifiques sont également présents dans ce rapprochement, comme la gestion politique du financement militaire américain de la recherche scientifique suisse dans l’après-guerre, la collaboration de certains instituts universitaires avec la NASA durant les années 1960, ou encore la production de LSD par Sandoz pour la CIA dans le but de développer des armes de guerre psychologique. Sur le plan des échanges culturels, les relations entre la Suisse et les États-Unis sont caractérisées par une certaine ambiguïté. Les élites fédérales conservatrices, malgré leur admiration pour les potentialités économiques et militaires des USA, font preuve d’une certaine méfiance vis-à-vis de la culture de masse américaine. Au même temps, les nouveaux mouvements sociaux qui émergent dans les « années 1968 » en Suisse s’inspirent largement de la culture contestataire venue d’outre-atlantique. Cette circulation des idées et des représentations culturelles peut également être abordée dans ce dossier thématique.

Une brève présentation de la contribution (max. 4000 signes) ainsi que des informations sur les recherches menées à ce jour doivent être envoyées si possible par courriel jusqu’au 31 août 2008 aux responsables du dossier thématique :
  • Frédéric Joye (fredericjoye@bluewin.ch)
  • Mario König (Mario.Koenig@bluewin.ch)
  • Janick Marina Schaufelbuehl (JanickMarina.Schaufelbuehl@unil.ch)

Dates

  • dimanche 31 août 2008

Mots-clés

  • guerre froide, Suisse, USA, relations internationales

Contacts

  • Janick Marina Schaufelbuehl
    courriel : JanickMarina [dot] Schaufelbuehl [at] unil [dot] ch

Source de l'information

  • Janick Marina Schaufelbuehl
    courriel : JanickMarina [dot] Schaufelbuehl [at] unil [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Les États-Unis et la Suisse pendant la guerre froide », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 08 mai 2008, http://calenda.org/194955