AccueilLes métiers de la parole (XIIIe-XVIIe siècle)

Les métiers de la parole (XIIIe-XVIIe siècle)

Apprentissage, pratiques didactiques et transmission des savoir-faire techniques (Occident)

*  *  *

Publié le lundi 19 mai 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Au XIIIe siècle, une « parole nouvelle » se développe dans la prédication, la parole royale, l’enseignement universitaire, mais aussi par le poids grandissant des juristes et des gens du Parlement, comme par la renaissance éclatante du théâtre urbain. L’exercice des « métiers de la parole » qui apparaissent alors nécessite l’apprentissage exigeant de savoir-faire oratoires et de codes rhétoriques, dont la transmission et l’acquisition imposent des pratiques didactiques spécifiques, lesquelles ont peu retenu l’attention des historiens, plus préoccupés des questions de contenu pédagogique. Il s’agit d’interroger le temps qui existe entre la fin des études et la pleine maîtrise de la pratique professionnelle. L'existence d'une possible communauté de culture professionnelle entre les « métiers de la parole » n'a pas encore été envisagée : comment apprend-on son métier, quand l’exercice de celui-ci, bien que non manuel, nécessite un très grand savoir-faire technique ?

Annonce

Apprentissage, pratiques didactiques et transmission des savoir-faire techniques dans les « métiers de la parole »  (Occident, XIIIe-XVIIe s.)


Journées d’études organisées par Marie Bouhaïk-Gironès
Lundi 2 & mardi 3 juin 2008
Paris 7 - Laboratoire ICT 105 rue de Tolbiac, 13e Salle des thèses
Métro : Olympiades

Au XIIIe siècle, une « parole nouvelle » se développe dans la prédication, la parole royale, l’enseignement universitaire, mais aussi par le poids grandissant des juristes et des gens du Parlement, comme par la renaissance éclatante du théâtre urbain. L’exercice des ‘métiers de la parole’ qui apparaissent alors nécessite l’apprentissage exigeant de savoir-faire oratoires et de codes rhétoriques, dont la transmission et l’acquisition imposent des pratiques didactiques spécifiques, lesquelles ont peu retenu l’attention des historiens, plus préoccupés des questions de contenu pédagogique. S’il importe de poser encore la question du rapport entre savoir théorique et savoir pratique, il s’agit surtout d’interroger le temps qui existe entre la fin des études et la pleine maîtrise de la pratique professionnelle. Si le prédicateur, le professeur, l’avocat et l’acteur se posent en figures emblématiques des ‘métiers de la parole’, ne sont pas exclus de l’étude les métiers pour lesquels la parole, sans être au centre de la production professionnelle, est un des moyens de l’exercice : l’ambassadeur, l’officier royal, le notaire, le marchand, etc. L'existence d'une possible communauté de culture professionnelle entre ces métiers n'a pas encore été envisagée : comment apprend-on son métier, quand l’exercice de celui-ci, bien que non manuel, nécessite un très grand savoir-faire technique ?

Lundi 2 juin 9h30 : Accueil et ouverture des journées

9h45/10h
Introduction : Marie Bouhaïk-Gironès (Paris 7)
Figures scolaires et professionnelles de la parole

10h/11h15
Claire Angotti (Versailles Saint-Quentin)
Lire les Sentences à l’université
Katell Lavéant (Utrecht / Amsterdam)
Le rôle du théâtre dans la formation oratoire des écoliers au XVIe siècle

11h30/12h45
Nathalie Pallu de la Barrière (Paris 7)
L'apprentissage du droit coutumier chez les juristes : l'apport d'une version en vers de la coutume de Normandie (XIVe s.)
Corneliu Dragomirescu (EHESS)
Prédication et théâtre : la construction de la figure du prêcheur comme passeur dans les manuscrits de mystères du XVe siècle Prédicateurs

14h/15h15
Alexis Charansonnet (Lyon 2)
Savoir prêcher au XIIIe siècle : techniques oratoires ou inspiration prophétique ?
Anne-Zoé Rillon (CESCM Poitiers)
Apprendre à communiquer par le son : les outils du compositeur et du prédicateur au début du XIIIe siècle

15h30/16h45
Claire Soussen Max (Framespa-Toulouse Le Mirail)
La polémique judéo-chrétienne dans l’espace aragonais aux XIIIe-XIVe siècles : théorie et pratique pour l’efficacité de la parole missionnaire
Julien Gœury (Nantes)
Formation des futurs pasteurs et modalités de validation de la compétence oratoire au XVIIe siècle

Mardi 3 juin Parole et métiers

10h/12h
Myriam Chopin-Pagotto (Mulhouse)
La prise de parole des marchands en Italie dans les ‘récits de ville’, XIVe-XVe s.
Jochen Hoock (Paris 7)
Les "Berlaimont" et les manuels ou secrétaires de langue pour les marchands, XVe-XVIIIe s.
Arjan van Dixhoorn (Anvers)
The transmission of rhetorician knowledge and the professionalization of society in the late medieval and early modern Netherlands (1400s-1700s) Parole et pouvoir

13h30/14h45
Benoît Grévin (CNRS-LAMOP)
L'ars dictaminis de l'enseignement à la pratique : quelques hypothèses
Stéphane Jettot (Fondation Thiers)
Les diplomates anglais au XVIIe siècle et le difficile apprentissage de la politesse continentale

15h/16h15
Nicolas Offenstadt (Paris 1)
Le savoir-faire du crieur public à la fin du Moyen Âge : un enjeu de pouvoir ?
Renaud Villard (Paris 7)
De la rhétorique à l'apprentissage du silence : le devoir d'ignorance des princes italiens du XVIe siècle

16h15 Conclusions : Jean-Claude Schmitt (EHESS)

Lieux

  • Paris 7, 105 rue de Tolbiac, salle des thèses
    Paris, France

Dates

  • lundi 02 juin 2008
  • mardi 03 juin 2008

Mots-clés

  • apprentissage, métiers, parole

Contacts

  • Marie Bouhaïk-Gironès
    courriel : marie [dot] bouhaik [at] orange [dot] fr

Source de l'information

  • Marie Bouhaïk-Gironès
    courriel : marie [dot] bouhaik [at] orange [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les métiers de la parole (XIIIe-XVIIe siècle) », Colloque, Calenda, Publié le lundi 19 mai 2008, http://calenda.org/195025