AccueilHorst Bredekam, Darwin et l’image du corail

Horst Bredekam, Darwin et l’image du corail

Horst Bredekamp - Darwin, the coral and the concept of a non-hierarchical evolution of beauty

*  *  *

Publié le vendredi 23 mai 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Le darwinisme a consacré l’image de l’arbre pour représenter l’évolution des espèces. Or cette image impose une vision hiérarchique et téléologique absente du raisonnement initial de Darwin. Dans une étude scrupuleuse des esquisses du père de l’évolutionnisme, l’historien d’art Horst Bredekamp montre que Darwin a préféré à la métaphore de l’arbre l’image du corail, de ses branches fragiles et de son développement anarchique. Avec les coraux, Darwin a introduit dans sa théorie de l’évolution naturelle une pièce maîtresse issue de la tradition des cabinets de curiosités. Il a ainsi renoué avec une vision ancienne de l’équilibre naturel et lui a ajouté la signification politique associée au XIXe siècle à ces êtres sous-marins : le pouvoir du nombre. La métaphore, au-delà de ses enjeux esthétiques et politiques, n’est pas sans intérêt pour les discussions dont « l’arbre de la vie » fait l’objet dans la biologie évolutionniste.

Annonce

Vendredi 30 mai de 16h à 19h

Conférence de Horst Bredekamp

Darwin, the coral and the concept of a non-hierarchical evolution of beauty

La conférence sera suivie d'un débat en présence de
  • Georges Didi-Huberman (EHESS),
  • Isabelle Stengers (ULB),
  • Dominique Pestre (EHESS),
  • Olivier Christin (Université Lyon 2),
  • Christian Joschke (Université Lyon 2)
  • et Bruno Latour (Sciences Po)
à l'occasion de la parution de son livre Les Coraux de Darwin, Les Presses du Réel 2008

Le darwinisme a consacré l’image de l’arbre pour représenter l’évolution des espèces. Or cette image impose une vision hiérarchique et téléologique absente du raisonnement initial de Darwin. Dans une étude scrupuleuse des esquisses du père de l’évolutionnisme, l’historien d’art Horst Bredekamp montre que Darwin a préféré à la métaphore de l’arbre l’image du corail, de ses branches fragiles et de son développement anarchique. Avec les coraux, Darwin a introduit dans sa théorie de l’évolution naturelle une pièce maîtresse issue de la tradition des cabinets de curiosités. Il a ainsi renoué avec une vision ancienne de l’équilibre naturel et lui a ajouté la signification politique associée au XIXe siècle à ces êtres sous-marins : le pouvoir du nombre. La métaphore, au-delà de ses enjeux esthétiques et politiques, n’est pas sans intérêt pour les discussions dont « l’arbre de la vie » fait l’objet dans la biologie évolutionniste.

Lieux

  • Amphithéâtre Leroy-Beaulieu — 27 rue Saint Guillaume 75007 Paris
    Paris, France

Dates

  • vendredi 30 mai 2008

Mots-clés

  • diagrammes, images scientifiques, biologie, histoire naturelle, corail, histoire de l'art

Contacts

  • Valérie Pihet
    courriel : valerie [dot] pihet [at] sciences-po [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Christian Joschke
    courriel : christian [dot] joschke [at] univ-lyon2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Horst Bredekam, Darwin et l’image du corail », Informations diverses, Calenda, Publié le vendredi 23 mai 2008, http://calenda.org/195055