AccueilCours princières, palais républicains et lieux de pouvoir

*  *  *

Publié le vendredi 23 mai 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Comment les lieux de pouvoir, passés et présents, sont-ils représentés à la télévision ? Comment ces représentations ont-elles évolué ? Et que révèlent-elles sur les cultures des sociétés contemporaines dans le monde ? S'attachant aux documents de fiction comme aux documents d'actualité, le présent colloque entend contribuer à l'histoire comparée des représentations.

Annonce

Cours princières, palais républicains et lieux de pouvoir sous l’œil de la télévision

Appel à contribution pour le colloque international

organisé par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, le Centre de recherche du Château de Versailles et l’Institut national de l’audiovisuel

Versailles, 17-18 et 19 septembre 2009

Date limite de réception des propositions : 1er octobre 2008

Des téléfilms et séries historiques aux reportages des journaux et magazines télévisés, des documentaires savants aux émissions de divertissement, les lieux d’exercice du pouvoir central, passés et présents, monarchiques, princiers ou républicains, ont, à travers le monde, toujours nourri les programmes de télévision. Les cours princières, les palais républicains, les résidences gouvernementales d’hier et d’aujourd’hui, ce qui s’y vit, ce qui s’y dit, ce qui s’y trame sont source d’un imaginaire qui fascine les médias et leur public, et qu’a contribué à entretenir et renouveler la télévision depuis ses origines.

Si la représentation des cours au cinéma a pu susciter l’intérêt des historiens, si la vie des « grands de ce monde » est désormais un thème de recherche (vie mondaine, "peopolisation"), si, bien sûr, les images du pouvoir constituent maintenant un champ de recherche actif, aucune étude d’ampleur, a fortiori dans une perspective de comparaison, n’a été conduite à partir des archives de télévision. Pourtant, compte tenu de son influence, de la diversité de ses genres, de la variété des publics, le petit écran constitue un outil riche et précieux pour saisir les conditions et les formes de construction et de transmission de l’imaginaire historique sur les lieux de pouvoir du passé et ses résonances les sociétés contemporaines, pour comprendre aussi le rapport collectif au pouvoir lorsque les cours princières et les palais républicains jaillissent en pleine actualité. Au travers de la télévision et de l’angle d’observation choisi ici, qui mêle délibérément la fiction et le réel, le regard sur soi et le regard sur l’autre (nos propres lieux de pouvoir et notre propre passé, mais aussi ceux de nos voisins, proches ou lointains), le colloque invite à s’interroger sur la perception commune du pouvoir, ses mécanismes et sa charge symbolique, sur la vulgarisation scientifique par un média audiovisuel de masse et la vision populaire de l’histoire, sur la force et la pérennité des représentations comme terreau des identités nationales.

S’agissant de la fiction, aucune période de l’histoire ne sera négligée, de la plus haute Antiquité jusqu’à nos jours. S’agissant de l’information, on considérera toute l’histoire de la télévision. Aucune forme d’expression télévisuelle (fiction ou information) ne sera rejetée, dès lors que son étude contribuera à éclairer les représentations des lieux de pouvoir et leur signification sociale. Parmi d’autres : téléfilms et « dramatiques », séries et « feuilletons » (adaptations d’œuvres littéraires ou scénarios originaux), docudramas et docufictions, séquences de fictions les plus diverses, documentaires, reportages et interviews (journaux télévisés et magazines), émissions d’histoire, émissions culturelles, émissions de divertissement, etc. On observera, certes les hommes et les femmes mis en scène dans les espaces considérés, mais on attachera une importance particulière à la représentation des lieux eux-mêmes, des décors, des symboles, des costumes, des usages, des gestes, des langages, des discours, etc. Si l’image mais aussi les dialogues ou les commentaires constituent des matériaux d’analyse premiers, on ne négligera pas les éléments du son destinés à habiller les documents (soutien sonore, musique du générique, séquence musicale dans le film, etc.). La rencontre permettra aussi de mieux appréhender les conditions de production, de réalisation et de réception des films télévisés et autres émissions étudiées.

Le colloque doit contribuer à définir les contours d’une recherche comparée à l’échelle nationale. Elle sera conduite à partir des cas nationaux, européens ou extra-européens ou, mieux, au travers de communications permettant de croiser les sources de deux ou plusieurs pays.

Enfin, si la rencontre a pour ambition de saisir les mutations du regard sur les cours princières, les palais présidentiels et les lieux de pouvoir depuis un demi-siècle, elle ne n’occultera pas la dimension, essentielle en histoire des représentations, de la circulation des images et transferts culturels à des échelles internationales variées.

Les chercheurs pourront bénéficier de l’aide de l’INA ainsi que celle du Château de Versailles (collections du musée de l’Histoire de France).

Envoi de la proposition de communication :

Titre précis et texte de 1500 signes maximum (avec coordonnées et fonctions précises de l’auteur), avant le 1er octobre 2008 à : christian.delporte@uvsq.fr

Comité d’organisation :

  • Matthieu Da Vinha (CRCV)
  • Christian Delporte (CHCSC)
  • Annie Duprat (CHCSC)
  • Denis Maréchal (INA)
  • Béatrix Saule (CRCV)

Lieux

  • à préciser
    Versailles, France

Dates

  • mercredi 01 octobre 2008

Mots-clés

  • cour, palais, représentation, télévision

Contacts

  • Christian Delporte
    courriel : christian [dot] delporte [at] uvsq [dot] fr

Source de l'information

  • Christian Delporte
    courriel : christian [dot] delporte [at] uvsq [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Cours princières, palais républicains et lieux de pouvoir », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 23 mai 2008, http://calenda.org/195057