AccueilRecueillir, utiliser et conserver les sources orales pour écrire l’histoire coloniale

Recueillir, utiliser et conserver les sources orales pour écrire l’histoire coloniale

Après-midi d'études du séminaire « Mondes coloniaux »

*  *  *

Publié le jeudi 05 juin 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

La dernière séance de notre séminaire, le 11 juin, prendra la forme d'un après-midi d'études portant sur la question des sources orales, de le recueil, de leur conservation et de leurs usages.

Annonce

Recueillir, utiliser et conserver les sources orales pour écrire l’histoire coloniale

Après-midi d'études du séminaire « Mondes coloniaux »

11 juin 2008
IHTP - 59-61 rue Pouchet, 75 017 Paris
M° Brochant ou Guy Môquet

Le renouveau de l’historiographie coloniale en France se caractérise par l’émergence de nouvelles thématiques d’études, mais il est aussi marqué par l’utilisation de nouvelles méthodes d’enquête. Les historiens ont dû s’aventurer plus loin que l’étude des sources d’État : recueil d’archives privées et de sources orales ont largement complété la traditionnelle littérature grise. Il a fallu trouver les outils pour manier ces sources du côté des autres sciences sociales et, en premier lieu, de la sociologie. L’appropriation d’une nouvelle pratique – l’entretien – et d’un nouveau rôle pour l’historien, celui d’enquêteur, s’est fait d’autant plus vite que ce recueil répond à une urgence, la disparition toujours possiblement imminente des témoins des périodes les plus anciennes. Parfois, dans cette urgence, certains chercheurs n’ont pu accéder aux moyens techniques qui permettent une conservation durable de leurs entretiens ; d’autres ont gardé les enregistrements par devers eux. Néanmoins, après cette période « d’artisanat » en matière de recueil et de conservation des sources orales, de nombreux établissements offrent la possibilité de mettre en valeur ces archives d’un type particulier, élaborés par les historiens eux-mêmes.

Un peu plus de quinze ans après la sortie du Cahier de l’IHTP, n°21, « La Bouche de la vérité », qui avait fait du laboratoire un pionnier de la réflexion sur le sujet, nous nous vous proposons une après-midi de réflexion sur les sources orales et les spécificités de leur utilisation en histoire coloniale mais aussi sur les possibilités de faire partager ces travaux autour de trois interventions :

-    Linda Amiri, doctorante à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, travaille sur la Fédération de France du FLN. Elle nous parlera de son expérience du recueil et de l’utilisation des sources orales,
-    Rosa Olmos, responsable du service audiovisuel de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine de Nanterre (BDIC), présentera la politique de conservation des témoignages oraux de cet établissement,
-    Mary Ingoldby, de Bristish Empire and Commonwealth Museum de Bristol, évoquera les multiples programmes de recueil de sources orales mis en place par ce musée, le plus important de Grande-Bretagne sur les questions coloniales.

Lieux

  • IHTP - 59-61 rue Pouchet, M° Brochant ou Guy Môquet
    Paris, France

Dates

  • mercredi 11 juin 2008

Mots-clés

  • colonisation, migration, immigration, histoire orale, entretiens

Contacts

  • Malika Rahal
    courriel : rahal [at] ihtp [dot] cnrs [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Malika Rahal
    courriel : rahal [at] ihtp [dot] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Recueillir, utiliser et conserver les sources orales pour écrire l’histoire coloniale », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 05 juin 2008, http://calenda.org/195145