AccueilIrresponsabilité de l'art ?

*  *  *

Publié le dimanche 08 juin 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Le lieu commun attaché à la figure de l’artiste le voit créant dans la solitude de son atelier, avec comme seule exigence sa « nécessité intérieure ». Dans un autre registre, on présente souvent l’engagement social ou politique des artistes comme une garantie de l’authenticité de leur démarche. À l’inverse, la doxa de l’art contemporain considère les artistes comme des acteurs s’adaptant en permanence à la demande fluctuante du marché et des institutions ; cette motivation se faisant au détriment de tout engagement véritable. Le discours sur la responsabilité de l’artiste, autrefois attaché à des prises de positions politiques ou esthétiques affirmées, ne semble ainsi plus à l’ordre du jour.

Annonce

Irresponsabilité de l'art ?

Le lieu commun attaché à la figure de l’artiste le voit créant dans la solitude de son atelier, avec comme seule exigence sa « nécessité intérieure ». Dans un autre registre, on présente souvent l’engagement social ou politique des artistes comme une garantie de l’authenticité de leur démarche.

À l’inverse, la doxa de l’art contemporain considère les artistes comme des acteurs s’adaptant en permanence à la demande fluctuante du marché et des institutions ; cette motivation se faisant au détriment de tout engagement véritable. Le discours sur la responsabilité de l’artiste, autrefois attaché à des prises de positions politiques ou esthétiques affirmées, ne semble ainsi plus à l’ordre du jour.

Entre la dénonciation de l’opportunisme supposé de certains artistes et la revendication surannée de l’isolement de la sphère esthétique, d’autres points de vue sont-ils possibles ? De quelle nature peut être l’engagement artistique aujourd’hui ? Qu’il soit esthétique, politique, social…, à partir de quelles motivations se construit-il ?

Cette journée d’étude sera publiée dans le numéro 09 de la revue Marges (hiver/printemps 2009).

Programme de la journée d’étude Irresponsabilité de l'art ?

Vendredi 20 juin 2008

INHA (salle Vasari), 2 rue Vivienne, 75002 Paris

9h00 Accueil des Intervenants

9h15 « L’irresponsabilité pour une liberté transgressive » par Céline Cadaureille  (artiste, université Toulouse Le Mirail)

10h00 « Art, Liberté, Responsabilité » par Boris Khalvadjian (chercheur à l’IREDIC, université Aix-Marseille 3)  et Armelle Fourlon (avocate, Paris)

10h45 Pause/Café

11h00 « La déconstruction du discours politique de l’image : l’art irlandais post-nationaliste » par Valérie Morisson (Université Grenoble 2)

11h45 « Une nécessité intérieure apprise » par Kalliopi Papadopoulos (sociologue, CERTOP/université Toulouse 2)

12h30 Pause déjeuner

14h00 « Dépolitisation de l’art et pratiques de responsabilisation : quand le désengagement artistique appelle la tactique de l’usage » par Sébastien Biset (université Catholique de Louvain/ISELP, Bruxelles)

14h45 « S’investir dans les trajectoires artistiques : l’expression d’engagements différenciés » par Sophie Le Coq (sociologue, LARES-LAS/Rennes 2)

15h30 Pause/Café

15h45 « Responsabilité de l’écrivain au présent et engagement présentiste » par Sylvie Servoise-Vicherat (INSA, Lyon)

16h30 « Pour une nouvelle communauté de l’art » par Pierre Taminiaux (Georgetown University, Washington DC)

17h15 Conclusion de la Journée

Lieux

  • INHA (Salle Vasari)
    Paris, France

Dates

  • vendredi 20 juin 2008

Mots-clés

  • irresponsabilité, responsabilité, engagement, artiste, institutions, marché

Contacts

  • Jérôme Glicenstein
    courriel : jerome [dot] glicenstein [at] club-internet [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Nadia Ghanem
    courriel : nadiaghanem [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Irresponsabilité de l'art ? », Journée d'étude, Calenda, Publié le dimanche 08 juin 2008, http://calenda.org/195156