AccueilInégalités et informalités dans les Amériques

*  *  *

Publié le mardi 24 juin 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

S'inscrivant dans la dynamique scientifique du pôle sud-ouest de l'Institut des Amériques (IDA), l'Association toulousaine pour la recherche interdisciplinaire sur les Amériques (ATRIA), récemment constituée par de jeunes chercheurs, organise une journée d’étude à l’Université de Toulouse-Le Mirail. Ouverte à tous les jeunes chercheurs américanistes, cette journée propose d'aborder la question des inégalités sous l'angle des informalités, selon un regard américaniste croisé nord-sud, et une approche interdisciplinaire (histoire, géographie, sociologie, anthropologie, sciences politiques, littérature).

Annonce

Projet de Journée d’étude Jeunes chercheurs

Inégalités et informalités dans les Amériques

Appel à contribution

En raison de processus de différenciation accrus, les inégalités, entendues aussi comme des disparités, sont une question d’actualité particulièrement sensible dans les Amériques, au cœur d’enjeux de société du nord au sud du continent. Transversale aux diverses disciplines des sciences humaines et sociales, elle a, à ce titre, fait l’objet de récentes manifestations scientifiques organisées en France, notamment au sein de l’IDA. Nous souhaitons participer à cette dynamique en abordant la question des inégalités sous un angle particulier qui mérite d’être développé, celui de l’informalité.

L’informalité regroupe l’ensemble des activités non déclarées, qui de ce fait sont méconnues et dont le rôle est souvent sous-estimé même si elles sont parfois reconnues en tant qu’économie « souterraine » ou « parallèle ». Pourtant l’informalité est une dynamique partout présente qui déborde les cadres institutionnels et légitimes, et représente non seulement des formes de déviance par rapport aux normes instituées, mais également des systèmes d’échanges qui s’inscrivent dans les économies nationales, et un mode de vie pour les secteurs les plus démunis qui peut imprégner l’ensemble des populations.

Chacun de ces aspects se décline selon une importance et des problématiques spécifiques dans les divers pays américains, tantôt comme réponses tantôt comme reflets des inégalités.

Ainsi à considérer au pluriel, les informalités donnent l’occasion d’un regard transdisciplinaire sur les inégalités : en cherchant à identifier leurs marqueurs qualitatifs ou quantitatifs, il s’agit d’appréhender les tensions et les interactions entre ces deux notions.

Sans être exclusives, les interrogations suivantes peuvent faire l’objet des contributions :

- De quelle façon la distinction entre formel et informel, qui se révèle peu claire bien qu’elle recoupe l’opposition entre le légal et l’illégal, et le régulier et l’irrégulier,  interroge t-elle les relations entre le droit et les us, la légitimité du politique et son exercice, et ce dans divers contextes historiques ? Que révèle par exemple la quasi-absence de la notion d’informalité dans les pays du nord ?

- L’informalité est au cœur de rapports de pouvoir (économiques, ethniques, sexués), de conflits entre groupes sociaux, impliquant parfois la violence au-delà de simples résistances : que nous apprennent-ils sur les relations les plus quotidiennes ? Mais également quelle est l’influence des réseaux d’activités informelles sur les décideurs, à différentes échelles ?

- Comment ces rapports se cristallisent-ils sur des enjeux cruciaux tels que ceux de l’accès aux ressources, aux biens et aux services, ou de la reconnaissance sociale et de la liberté d’expression (politique, religieuse, culturelle) ? Citoyenneté et informalité sont-ils nécessairement antinomiques ?

- Dans quelle mesure les modèles de développement, notamment celui de la libéralisation économique, se traduisent-ils par des disparités entre territoires urbains ou ruraux, en ignorant voire en luttant contre le « secteur informel » ? A l’inverse, ce dernier ne fait-il pas l’objet de réappropriations et de normalisations « par le bas » ? Ne se révèle-t-il pas une voie d’intégration (prolongement du travail domestique, établissement du commerce ambulant, consolidation d’habitat irrégulier, économie solidaire, etc.) ?

- En quoi la catégorisation des pratiques informelles éclaire-t-elle les politiques publiques comme les stratégies et les attitudes collectives ? Ainsi de quelle façon la compréhension des imaginaires de l’informalité, dans la littérature notamment, permet-elle de repenser les inégalités dans leur rapport à des normes sociétales ?

- Enfin quels rapports historiques se nouent entre informalités et inégalités, permettant d’ancrer les analyses dans des évolutions nationales qu’il est également possible de comparer ?

Organisation

Appréhender la question des liens entre inégalités et informalités est donc un objectif transversal aux trois axes de recherche du pôle toulousain de l’IDA : Identités et altérités, Construire le politique, Territoires et développement. Cette double question sera, par conséquent, traitée dans trois ateliers relevant chacun d’un de ces axes ; axes dans lesquels les intervenants sont appelés à s’inscrire eux-mêmes selon l’approche dominante de leur contribution.

Sont invités à répondre à cet appel à contribution tous les jeunes chercheurs (doctorants et docteurs) travaillant sur les Amériques.

Les résumés de propositions, d’une demi-page maximum, comporteront un titre, le nom du (des) auteur(s), leur institution de rattachement, et l’axe dans lequel ils privilégient de s’inscrire. Ces résumés seront envoyés conjointement aux deux contacts indiqués ci-dessous. La langue sera le français.

Les propositions seront soumises à un comité scientifique pluridisciplinaire qui veillera à un certain équilibre Nord-Sud. Ce comité se structure selon les trois axes de recherche de l’IDA Toulouse, chacun étant représenté par un binôme composé d’un chercheur confirmé et d’un jeune chercheur, docteur membre de l’ATRIA.

Enfin, une publication est envisagée suite à cette journée d’étude.

Comité scientifique :

Frédéric Leriche (Lisst) et Zélie Navarro-Andraud (Framespa), pour l’axe Identités et Altérités

Nathalie Cochoy (Cas) et Bruno Sabatier (Lisst), axe Territoires et développement

Michel Bertrand et Nathalie Galland (Framespa), axe Construire le politique

Comité d’organisation (doctorants membres de l’ATRIA relevant des laboratoires Framespa, Cas, Lisst, et de l’IEP) :

Ariela Epstein, Claudia Ximena Lopez, Marion Giraldou, Rodrigo Calderón, Charlotte Pujol, Nathalie Massip, Ariane Zambiras

Calendrier prévisionnel :

- date limite d’envoi des propositions : 1er décembre 2008

- réponse du comité scientifique : 15 janvier 2009

- date limite d’envoi des interventions écrites : 1er mars 2009

- tenue de la journée : 11 mars 2009

Déroulement de la journée

L’intérêt de coupler conférence et ateliers justifie d’inviter un chercheur extérieur qui introduira la journée en apportant un éclairage particulier sur la question des inégalités. Les ateliers seront ensuite conduits par des modérateurs le matin, et synthétisés par des rapporteurs l’après-midi pour mieux orienter le débat collectif final.

Sont prévues quatre contributions de 20 minutes pour laisser place, à la suite de chacune d’entre elles, à 10 minutes de questions.

Matin

9h – 9h30 : Ouverture par le président ou vice-président de l’Université de Toulouse 2-Le Mirail, ainsi que par un responsable de l’ATRIA

9h30 – 10h 15 : Conférence introductive : Virgine Baby-Collin, géographe, Maître de conférences de l’Université d’Aix-en-Provence, UMR Telemme

10h15 – 10h30 : Pause café

10h30 – 12h30 : Ateliers en parallèle (dans trois salles différentes)

12h30 – 13h00 : Débats internes aux ateliers pour produire la synthèse

Après-midi

14h30 – 15h15 : Synthèse des ateliers par les rapporteurs en séance plénière

15h15 – 17h : Débat collectif

17h : Clôture de la journée par le président ou le vice-président du Conseil Scientifique de l’Université de Toulouse 2-Le Mirail

A l’issue du débat un pot permettra de poursuivre les échanges.

Contacts

Bruno Sabatier 
Courriel : sabatno@yahoo.fr ; Tél. : 05.61.50.37.19

Claudia Lopez 
Courriel : cxpec@yahoo.fr ; Tél. : 05.61.50.25.47

Catégories

Lieux

  • Université Toulouse-Le Mirail
    Toulouse, France

Dates

  • lundi 01 décembre 2008

Mots-clés

  • Institut des Amériques (pôle sud-ouest), jeunes chercheurs, inégalités, informalités

Contacts

  • Bruno Sabatier
    courriel : sabatno [at] yahoo [dot] fr
  • Claudia Lopez
    courriel : cxpec [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sabatier Bruno
    courriel : sabatno [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Inégalités et informalités dans les Amériques », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 24 juin 2008, http://calenda.org/195221