AccueilL’antifascisme revisité. Histoire – idéologie – mémoire

*  *  *

Publié le jeudi 03 juillet 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Appel à contribution pour le n° 104/2009 de la revue Témoigner. Entre Histoire et Mémoire. Revue interdisciplinaire de la Fondation Auschwitz (Bruxelles), Éditions Kimé, Paris. Vingt ans après la disparition de la RDA, ce dossier est l’occasion de revisiter l’antifascisme, d’apporter de nouveaux regards sur son histoire et de l’interroger en termes de mémoire, d’actualité et de transmission, sans toutefois se limiter au cas allemand. Entreront en ligne de compte également la résistance antifranquiste, l’antifascisme et la résistance en Italie et en France ou encore l’antifascisme dans les anciens pays de l’Est.

Annonce

 L’antifascisme revisité. Histoire – Idéologie – Mémoire

Témoigner. Entre Histoire et Mémoire n° 104 (juillet-septembre 2009)

Dossier coordonné par Carola Hähnel-Mesnard:

carola[point]haehnel[at]orange[point]fr

Appel à contribution

« L’antifascisme mensonger de la RDA », pouvait-on lire récemment dans un journal allemand, lorsque fut révélée l’affiliation à la SS de l’un de ses auteurs les plus populaires, Erwin Strittmatter, mort en 1994. Dans l’affaire Günter Grass, il y a deux ans, un seul individu fut en cause. Avec Strittmatter, c’est tout un État. Nombre d’autres intellectuels ont dû reconnaître au fil des années leur collaboration avec le régime national-socialiste, sans qu’on s’interroge sur le rapport au passé de l’État dans lequel ils vivaient, la République fédérale. Il en est autrement dans le cas de la RDA où l’antifascisme avait dès le début une fonction légitimatrice, idéologique. Ainsi, depuis la chute du Mur, le débat autour d’un antifascisme « de commande » ou du « mythe » de l’antifascisme est mené de façon très controversée.

Vingt ans après la disparition de la RDA, ce dossier est l’occasion de revisiter l’antifascisme, d’apporter de nouveaux regards sur son histoire et de l’interroger en termes de mémoire, d’actualité et de transmission, sans toutefois se limiter au cas allemand. Entreront en ligne de compte également la résistance antifranquiste, l’antifascisme et la résistance en Italie et en France ou encore l’antifascisme dans les anciens pays de l’Est.

Le dossier s’articulera autour de trois axes.

Dans un premier temps, il s’agira de revenir dans une perspective historique sur la naissance de l’antifascisme dans les différents pays et sur les projets politiques qui y furent associés. Ici, les contributions comparatistes seront particulièrement bienvenues.

Dans un deuxième temps, l’accent sera mis sur la récupération idéologique de l’antifascisme, sur la tension entre réalités historiques et dérives idéologiques. Si d’abord l’on cherche à questionner le rapport complexe entre antifascisme et stalinisme, d’autres entrées sont possibles comme, par exemple, le retour sur les figures héroïques de l’antifascisme (avec une interrogation particulière sur le rapport entre figures féminines et masculines), sur des monuments, mais aussi sur des supports artistiques comme la littérature, le cinéma ou la peinture. Pourront être également évoqués les parcours biographiques d’antifascistes, les biographies ou les documents autobiographiques, notamment dans les anciens pays du bloc de l’Est.

Le troisième axe s’intéressera à l’actualité de l’antifascisme et de sa mémoire ainsi qu’à la question d’une possible transmission de cette mémoire. En Allemagne, le discrédit porté sur l’antifascisme depuis 1989 n’a pas contribué à nuancer le discours sur le sujet. Quelle mémoire a pu se construire et avec quels supports ? Que sont devenus aujourd’hui les monuments antifascistes, entre récupération à d’autres fins (« Neue Wache » à Berlin) et abandon ? Quelle mémoire de l’anti-franquisme et de la guerre civile existe-t-il en  Espagne, quels sont les conflits de mémoire actuels en Italie, quelle conception de la Résistance a-t-elle tendance à dominer en France aujourd’hui ? Qu’en est-il de la mémoire de l’antifascisme dans les pays de l’Est ?

De façon générale se posera pour tous les pays la question des possibilités et des conditions de transmission de la mémoire antifasciste. 

Le dossier comportera une douzaine d’articles de 30 000 caractères environ. On accordera une importance particulière aux recherches récentes sur cette thématique. Tous les articles feront l’objet de deux expertises.

Calendrier :

1er septembre 2008 : envoi des propositions d’articles à la responsable du dossier (argumentaire d’une page environ et brève notice biobibliographique)

15 septembre 2008 : réponse sur l’acceptation des articles 

15 mars 2009 : remise des articles

Dates

  • lundi 01 septembre 2008

Mots-clés

  • antifascisme, histoire, idéologie, mémoire, transmission

Contacts

  • Carola Hähnel-Mesnard
    courriel : carola [dot] hahnel-mesnard [at] univ-lille3 [dot] fr

Source de l'information

  • Carola Hähnel-Mesnard
    courriel : carola [dot] hahnel-mesnard [at] univ-lille3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’antifascisme revisité. Histoire – idéologie – mémoire », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 03 juillet 2008, http://calenda.org/195264