AccueilPour une approche locale du phénomène nucléaire en France

*  *  *

Publié le dimanche 06 juillet 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

La production d’électricité d’origine nucléaire en France a réussi à se développer en particulier depuis le premier choc pétrolier de façon spectaculaire alors que des pays proches ont fait des choix bien différents. De nombreux points de dimension nationale ont été avancés pour expliquer cet état de fait. Certes, mais on a moins observé la question d’un point de vue local, régional. Il est clair, à regarder une carte, que le nucléaire français a ses régions de choix et ses zones de non-implantation (en dehors des raisons techniques évidentes). C'est donc ce nouveau regard que nous souhaitons porter avec des historiens, géographes, politologues, sociologues mais aussi élus et responsables locaux

Annonce

NUCLEAIRE ET DEVELOPPEMENT REGIONAL

Colloque international

11-12 décembre 2008,
Tours

Organisé par

le Centre d’Etudes et de Recherches sur l’histoire des Mondes Anciens, de la Ville et de l’Alimentation (CERMAHVA) de l’Université François Rabelais de Tours
avec le soutien de la Fondation EDF Diversiterre

La production d’électricité d’origine nucléaire en France a réussi à se développer en particulier depuis le premier choc pétrolier de façon spectaculaire alors que des pays proches ont fait des choix bien différents. De nombreux points ont été avancés pour expliquer cet état de fait : centralisme historique du pays, rôle des élites qui se connaissent bien et savent s’épauler, alliances efficaces par exemple entre la technostructure et le syndicalisme dominant… Certes, mais on a moins observé la question d’un point de vue local, régional. Il est clair, à regarder une carte, que le nucléaire français a ses régions de choix et ses zones de non-implantation (en dehors des raisons techniques évidentes). On associera, au–delà de la production, l’ensemble des questions liées au cycle du combustible (retraitement, circulation, stockage…). Il est aujourd’hui nécessaire de mettre l’accent sur ces points pour comprendre comment la greffe nucléaire a réussi sur les formes d’enracinement local, l'accueil des régions, des départements et des populations avoisinantes. Une partie de la réponse se trouve sur les bords de la Loire ou du Rhône. Certes, EDF a apporté une logistique de plus en plus éprouvée pour convaincre élus et simples citoyens. Mais l’acceptation sociale ne peut se comprendre en partant de la seule entreprise : une vue à la racine des événements est nécessaire.

La proposition de colloque pour la fin de l’année 2008 posera donc quelques questions destinées à renouveler notre connaissance du phénomène nucléaire en France : Pourquoi un accueil favorable ici, des résistances ailleurs? Quelles conséquences a eu cette nouvelle géographie pour l'exploitant EDF? Les retombées économiques pour les collectivités locales sont-elles visibles à court terme et à long terme (emplois, maintenance, création ou revitalisation d’un tissu de PMI-PME) ? Le nucléaire a-t-il fait partie de l'image valorisante de la région (pour montrer le dynamisme, pour arguer d’un rôle national) ou est-ce en définitive un atout secondaire sur lequel il convient de peu communiquer?

On insistera tout particulièrement sur le cas des régions frontalières (Fessenheim ou le Bugey par exemple) car il porte en lui des problématiques complexes. L'idée est donc de croiser, dans une perspective de long terme, les approches de l'entreprise, l'action des pouvoirs publics, le regard des sciences humaines et les témoignages des régions qu'elles soient favorables ou qu'elles aient rejeté le nucléaire (y compris l’exemple du surgénérateur de Creys-Malville). Enfin, pour mieux comprendre l’éventuelle spécificité française, il sera utile d’observer ce qui s’est passé hors de nos frontières afin de faire des comparaisons avec des pays au « destin » nucléaire fort différent (Italie, Suède, Suisse mais aussi Belgique ou pays de l’Europe orientale).

Les deux journées du colloque pourraient se présenter selon quatre thèmes majeurs:

  • le point de vue de l'exploitant (choix des sites, lobbying, implantation, valorisation à long terme) et de l’industrie nucléaire
  • le point de vue des aménageurs tant la DATAR et le Commissariat au Plan que les grands ministères (Industrie, Finances, Aménagement du territoire)
  • le point de vue de la région, du département, des élus locaux, des associations, des populations (retombées financières, emploi, image, renouveau démographique...) tant du point de vue des implantations réussies que des zones de résistance ou tout au moins de friction (Plogoff, Golfech, Creys-Malville, Fessenheim, La Hague...)
  • une comparaison européenne avec l’étude des cas italien, britannique, allemand, suédois, etc.

Ce colloque se tiendra dans l’une des régions d’accueil du nucléaire français : le Val de Loire (Chinon, Saint-Laurent des Eaux, Dampierre-en-Burly, Belleville-sur-Loire).

L'appel à communication concerne les sciences humaines et sociales (historiens, géographes, sociologues) ainsi que les partenaires industriels et locaux (EDF, SFEN, PMI-PME, collectivités régionales, instances parisiennes).

Les propositions d’intervention au colloque comporteront

  • un bref CV (une page maximum)
  • un résumé de la communication d’au moins 500 signes avec une proposition de titre, soit en français, soit en anglais.

Elles sont à faire parvenir par courrier électronique à Yves Bouvier (yves.bouvier@edf.fr) , secrétaire scientifique du comité d’histoire de la Fondation EDF ou à Alain Beltran, directeur de recherche au CNRS (beltran@univ-paris1.fr).

La date limite de réponse à l’appel à communication est le 1er septembre 2008. Le comité scientifique chargé de retenir les propositions d’intervention regroupera des personnalités de différentes universités françaises et étrangères.

Lieux

  • Tours, France

Dates

  • lundi 01 septembre 2008

Mots-clés

  • nucléaire, régions, implantation, élus, population, entreprise

Contacts

  • Alain Beltran
    courriel : beltran [at] univ-paris1 [dot] fr
  • Yves Bouvier
    courriel : yves [dot] bouvier [at] edf [dot] fr

Source de l'information

  • Alain Beltran
    courriel : beltran [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Pour une approche locale du phénomène nucléaire en France », Appel à contribution, Calenda, Publié le dimanche 06 juillet 2008, http://calenda.org/195268