AccueilAntiquité méditerranéenne : à la rencontre de l'autre

Antiquité méditerranéenne : à la rencontre de l'autre

Perceptions et représentations de l'étranger dans les littératures antiques

*  *  *

Publié le mardi 19 août 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Le Centre de Recherche : Poétiques et Histoire Littéraire (CRPHL) EA 3003, section des Langues Anciennes du département des Lettres, Université de Pau & des Pays de l’Adour, organise un colloque international les 12, 13 et 14 mars 2009 sur le thème : Antiquité méditerranéenne : à la rencontre de « l’autre ». Perceptions et représentations de l’étranger dans les littératures antiques. Le point de départ sera l’époque homérique et le point d’arrivée celle des invasions « barbares » ; il s’agira, à travers l’étude des textes antiques, de mieux cerner qui était « l’autre » pour un Grec et pour un Romain. Les propositions de communication doivent être adressées avant le 30 septembre 2008 à Marie-Françoise Marein, Patrick Voisin ou Julie Gallego.

Annonce

Centre de Recherche : Poétiques et Histoire Littéraire (CRPHL) EA 3003
Section des langues anciennes du département des Lettres
Université de Pau & des Pays de l'Adour

Colloque international organisé les jeudi 12, vendredi 13, samedi 14 mars 2009

« Un honnête homme, c'est un homme mêlé » : c'est sous la référence à Michel de Montaigne que se place le visiteur qui pénètre aujourd'hui dans le Musée du Quai Branly.

Mais ce propos aurait-il pu être tenu dans l'Antiquité ? Xénophon ne fait pas référence à cette notion dans L'Economique pour définir l'homme kalos kagathos, et le statut de métèque isotèle de Lysias prouverait même le contraire ! Il est difficile de définir "un homme mêlé" dans l'Antiquité, les notions de "barbare" et d' "étranger" étant souvent utilisées par ceux qui écrivaient en étant eux-mêmes grecs ou romains ou qui, tout en ne l'étant pas, jouissaient de certains des droits de citoyens.

Eloignons-nous donc d’Athènes et de Rome, ou mieux des « classiques » citoyens athéniens écrivant à Athènes ou citoyens romains écrivant à Rome, pour nous intéresser aux figures de « l’autre » et étudier l’étranger, le barbare, celui qui n’est ni Grec ni Romain, par ses origines, par sa naissance, par sa terre natale ou par sa langue. Si nous regardons les périphéries, et non les centres, nous voyons une mosaïque de peuples : Perses, Scythes, Carthaginois, Numides, Juifs, Ibères, Gaulois, Germains… qui peuvent se lire comme un kaléidoscope des terres connues et habitées.

Notre point de départ sera l’époque homérique et le point d’arrivée celle des invasions « barbares », l’époque de ceux qui attaquèrent l’empire romain au point de le faire changer de visage. Nous nous attacherons à étudier comment chacun s’est situé et a situé «  l’autre » dans cet espace sans cesse en évolution.

La langue de " l'autre "

La question de l’identité peut être saisie en partie à travers la langue : que signifie être « barbarophone » par rapport à « être grec » ou « être romain » ? Que signifie pour un Ancien « parler barbare » ? Le métèque n’est pas un barbare, la frontière entre les deux est-elle simplement une question de langue maîtrisée ou non ?

Comment les langues grecque et latine parlent-elles de « l’autre » ? Comment se manifestent, en langue, la différence ou le rapprochement, l’interpénétration ou la limite ? Que devenait la « langue de la terre » en pays colonisé par les Grecs ou par les Romains ? Y avait-il « concurrence » entre les langues autochtones, le grec et le latin, ou pouvaient-elles vivre en  harmonie ? La question de la diversité des langues était-elle un problème ?

Qui est " l'autre " ?

Le Barbare est-il présenté comme l’« être soumis par nature » dont parle Aristote dans La Politique ? Eratosthène avait-il des prédécesseurs quand il écrivit dans le second livre de la Geographica que les hommes ne devraient pas être divisés en Grecs et Barbares, mais en bons et mauvais, « car de nombreux Grecs sont mauvais, et de nombreux barbares sont civilisés, notamment les Indiens et les Ariens, et encore les Romains et les Carthaginois, qui bénéficient de formes de gouvernements admirables ». « Etre l’autre » est-il alors la présentation « en creux » de soi ? Par préservation de sa propre identité « l’autre » se définit-il par l’inverse de soi, par l’inversion de ses propres coutumes, lois et valeurs ? « Etre l’autre » n’est-ce pas aussi, parfois, la perte de soi pour devenir autre, tel Alexandre devenant roi perse… ou Antoine « s’orientalisant » ? N’arrive-t-il pas de voir que le Barbare n’est pas nécessairement celui que l’on pense et que la sagesse barbare découverte par Alexandre peut nourrir la sagesse grecque ? Les Romains pouvaient-ils concevoir ce rapprochement avec les « Barbares » ? 

Le contact avec " l'autre " 

Comment s’établit le premier contact ? Quelle perception les Anciens se faisaient-ils des « autochtones » ? Face à ce kaléidoscope de peuples, est-ce une image globale et  stéréotypée qui nous est renvoyée ou une image spécifique liée aux espaces naturels ? Une volonté d’affirmation d’identité ou au contraire un désir de rejoindre le plus possible le « moule » proposé ou imposé ? Déplacements de population, butins de conquêtes, émigration – de Troie à Rome -, que fut ce brassage des populations ? Quel fut le rôle du mariage dans la perspective de la conquête de « l’autre » et de son territoire ? Se situe-t-on par rapport à un pouvoir contre lequel il faut lutter ou au service duquel on peut mettre son talent ?

L’hospitalité antique fonctionne comme un « marqueur de civilisation », et pourtant les termes grec xenos et latins hospes/hostis ne reposent-ils pas sur l’ambivalence de « l’hôte » qui peut devenir « un ennemi » ? Quelle est la nature du lien qui s’établit dans la lutte avec « l’autre » ou  contre « l’autre » ?

Une politique d'intégration ?

« On appelle Grecs ceux qui participent à notre culture », écrit Isocrate dans le Panégyrique. Parle-t-on d’intégration de l’étranger dans la cité grecque ou romaine ? Comment définit-on juridiquement le métèque ou l’étranger ? A quels devoirs sont soumis les étrangers à Athènes ou à Rome, et – inversement - le citoyen grec ou romain en terre étrangère ?

Quelle est la politique menée envers les métèques ? Politique de repli ou politique d’ouverture ? Une intégration est-elle possible ou reste-t-on toujours métèque ? Quel statut ont leurs enfants ainsi que les enfants nés d’étrangers sur terre grecque ou romaine, nés d’un couple mixte ou nés sur terre colonisée ? Comment acquiert-on le droit de cité et est-ce une véritable intégration à la communauté civique ? Comment se définissent le panhellénisme et la citoyenneté romaine  par rapport au citoyen de souche ?

En fait cherchait-on réellement à intégrer les étrangers ? Etre promoteur du panhellénisme ou de l’impérialisme romain paraît exclure tout intérêt porté à l’autochtone en tant que personne ; cela répond-il à une volonté de l’assimiler ou de le faire exister, et à quelles conditions ?

La quête d'un idéal

Construire une appartenance commune au sein d’une politique impérialiste, n’est-ce pas engendrer la construction d’un contre-modèle commun : le Barbare ? Cependant les interpénétrations, les mises en contact de populations et les échanges ont eu une incidence sur les uns et sur les autres, parfois au point de bouleverser leur vie ; de nouveaux centres intellectuels se créent pour un rayonnement toujours plus grand de la pensée.

On peut faire œuvre de géographe ou d’ethnologue dans la présentation des mœurs et de la pensée de « l’autre », mais n’est-ce pas toujours une quête de soi et de sa propre présence au monde à un moment précis de son évolution ?
Le dialogue des cultures est-il une réalité, une utopie, une construction anachronique ?

Ce cosmopolitisme, ces déplacements de populations et ce brassage d’idées ne vont-ils pas trouver un dénominateur commun avec l’affaiblissement des cités-phares que furent Athènes et Rome ? La cité idéale, celle du « Barbare-frère », n’est pas encore née, mais les « citoyens d’un même monde » sachant « qu’un seul ciel s’étend par-dessus [leurs] terres ensanglantées », comme l’écrit Vintila Hora,  vont œuvrer à son édification.
Le christianisme est né, mais n’est-ce pas déjà la perspective d’un autre colloque ?

Nous tenterons donc à travers l’étude des textes antiques de mieux cerner qui était « l’autre » pour un Grec et pour un Romain, « l’autre » dans sa réalité historique et géographique, mais aussi « l’autre » construit par la subjectivité d’un écrivain qui ne cherche pas nécessairement à transcrire le réel mais à créer par son imaginaire une autre forme de réel s’inscrivant dans la fiction qu’est toute écriture.

____________________________

Les propositions de communications (titre et résumé de trois cents mots maximum) sont à adresser avant le 30 septembre 2008 à l'un(e) des trois organisateurs du colloque :

Marie-Françoise MAREIN      marein.marie-françoise@neuf.fr

Patrick VOISIN                         patrick-voisin@wanadoo.fr

Julie GALLEGO                       julie.gallego@univ-pau.fr

Les communications se feront uniquement en français.
Une publication écrite des actes est prévue après acceptation du comité de rédaction.

Tout courrier sera envoyé à l’adresse complète suivante :
Centre de Recherches : Poétiques et Histoire Littéraire
Colloque Antiquité méditerranéenne : à la rencontre de " l'autre "
à l'attention de Madame Marie-Françoise Marein
U.F.R. Lettres, Langues et Sciences humaines
Av. du Doyen Poplawski
B.P. 1160
64013 PAU Université Cedex

http://antiquite-rencontredelautre.univ-pau.fr/live/

Lieux

  • Université de Pau & des Pays de l'Adour
    Pau, France

Dates

  • mardi 30 septembre 2008

Mots-clés

  • littératures antiques, Méditerranée, Grecs et Romains

Contacts

  • Marie-Françoise Marein
    courriel : marein [dot] marie-francoise [at] neuf [dot] fr
  • Patrick Voisin
    courriel : patrick-voisin [at] wanadoo [dot] fr
  • Julie Gallego
    courriel : journee [dot] etudes [dot] martin [dot] winckler [at] uni-pau [dot] fr

Source de l'information

  • Patrick Voisin
    courriel : patrick-voisin [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Antiquité méditerranéenne : à la rencontre de l'autre », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 19 août 2008, http://calenda.org/195290