AccueilLe châtiment des villes dans l'espace méditerranéen de l'Antiquité à la Révolution française

*  *  *

Publié le lundi 18 août 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Il est bien connu que, parmi les plus anciennes figurations de la ville, celles qui associent sa mise à mal aux prérogatives des toutes premières formes de pouvoir étatique alors émergent ne sont pas les moins significatives. Or si bien des recherches récentes ont analysé en profondeur le rôle des rituels urbains, elles ont laissé de côté l’un des marqueurs les plus symptomatiques du caractère unitaire et corporel de la ville, à savoir son châtiment collectif, qui n’a pas encore fait l’objet d’une approche comparatiste sur la longue durée.

Annonce

Première circulaire

Colloque international de Montpellier, Université P. Valéry, 11-13 juin 2009

Le châtiment des villes, dans les espaces méditerranéens, de l’Antiquité à la Révolution française

Organisation : P. Gilli (Montpellier III) et J.-P. Guilhembet (ENS LSH, Lyon)

Il est bien connu que, parmi les plus anciennes figurations de la ville, celles qui associent sa mise à mal aux prérogatives des toutes premières formes de pouvoir étatique alors émergent ne sont pas les moins significatives. Or si bien des recherches récentes ont analysé en profondeur le rôle des rituels urbains, elles ont laissé de côté l’un des marqueurs les plus symptomatiques du caractère unitaire et corporel de la ville, à savoir son châtiment collectif, qui n’a pas encore fait l’objet d’une approche comparatiste sur la longue durée.

Il ne s’agit évidemment pas de s’en tenir à la dimension militaire, mais d’aborder l’ensemble des moyens et procédures mis en œuvre : la sélection des cibles matérielles (murailles, monuments…), les atteintes symboliques (substitution toponymique, changement de monnaie, décampanilisation…), les peines religieuses (priver la ville de ses dieux ou de ses cultes), le châtiment juridique (notamment les modalités et la portée du déclassement du statut ou du rang de la ville), les sanctions financières et fiscales (pillage et butin, tribut, suppression de franchises)…

On devra aussi analyser la légitimité à châtier la ville, non seulement en repérant les fondements de la répression, dans lesquels le poids du religieux et le modèle du châtiment divin sont probablement, dans bien des cas, déterminants, mais aussi en décryptant les sources qui suggèrent que la façon de châtier la ville est à comprendre comme signe de barbarie, de tyrannie, ou, au minimum, d’altérité.

On rencontrera inévitablement la question du châtiment collectif (châtier la ville, est-ce punir tous les citadins/citoyens ?), tout d’abord en évaluant l’impact de ses différents degrés possibles (excommunication, prise d’otages, privation des droits civiques, dispersion, réduction en esclavage ou déportation de la population, extermination, …), jusqu’à l’anéantissement urbain (l’« urbanicide » si l’on veut). La punition collective, à certaines époques au moins, affronte de multiples obstacles juridiques : pourquoi châtier les innocents (la question de la persona ficta dans le droit canon médiéval) ? Comment frapper les responsables sans punir les citoyens ?

On pourra enfin s’intéresser, car elle est non moins révélatrice, à la levée du châtiment : comment réintégrer la ville, voire la refonder ?

En traitant la question dans la très longue durée, depuis les civilisations du Proche-Orient ancien jusqu’aux punitions des villes sous la Révolution, les organisateurs souhaitent faire apparaître les lignes de rupture qui séparent la conduite de la répression urbaine d’une civilisation à l’autre, sous l’apparence d’une même brutalité. La dimension comparatiste sera ainsi privilégiée dans le choix des communications.

Les propositions de communication, sous la forme d’un titre et d’un résumé d’une dizaine de lignes, devront être formulées avant le 1er octobre 2008 pour être examinées par un comité scientifique international. Merci de les adresser à pgilli@univ-montp3.fr ; jguilhem@ens-lsh.fr.

Lieux

  • Université Paul-Valéry Montpellier III
    Montpellier, France

Dates

  • mercredi 01 octobre 2008

Mots-clés

  • villes, punition collective

Contacts

  • Gilli Patrick
    courriel : gilli [dot] patrick [at] free [dot] fr
  • Guilhembet Jean-Pierre
    courriel : jean-pierre [dot] guilhembet [at] wanadoo [dot] fr

Source de l'information

  • Gilli Patrick
    courriel : gilli [dot] patrick [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le châtiment des villes dans l'espace méditerranéen de l'Antiquité à la Révolution française », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 18 août 2008, http://calenda.org/195298