AccueilL’arc triomphal dans l’espace ecclésial

L’arc triomphal dans l’espace ecclésial

De l’Antiquité au Moyen Âge central en Occident

*  *  *

Publié le mardi 19 août 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Deux journées d’étude seront consacrées à l’arc triomphal afin de réfléchir aux réalités monumentales, spatiales, fonctionnelles et signifiantes que recouvrent cet élément architectonique et son décor dans l’espace ecclésial au Moyen Âge. Depuis quinze ans environ, la prise en compte de la dimension spatiale a largement renouvelé les études des spécialistes du Moyen Âge. Le thème de l’espace ecclésial est aujourd’hui encore au cœur de l’actualité scientifique comme l’atteste un nombre important de colloques et de tables rondes ayant réuni historiens de l’art, archéologues et historiens depuis 2005. Dans ce cadre, l’arc triomphal reste un sujet peu investi qui permet pourtant de nourrir pleinement une réflexion sur « l’église-bâtiment » et son organisation.

Annonce

Bien qu’appartenant au vocabulaire de base de l’architecture religieuse chrétienne, la notion d’« arc triomphal » se révèle très imprécise comme en témoignent les variantes de définitions que donnent les glossaires. Celles-ci s’attachent essentiellement à caractériser l’arc par un positionnement fixe au sein de la construction, que l’on voit varier de l’entrée du transept à l’introduction de l’abside. Le caractère flou, qui entoure la notion, tient à la diversité des configurations – tant dans le traitement que dans la position de l’arc – qui peut être observée dans l’architecture médiévale, tandis qu’aucune étude n’a jamais été consacrée à ce sujet. Cet état de faits se répercute évidemment sur l’emploi de ce terme par les spécialistes. En effet, la diversité des cas – et l’existence de cas « antithétiques » – s’impose vite à l’observation comme, par exemple, la monumentalisation d’un arc triomphal bien défini, mais aussi le dédoublement de l’arc ou encore, son absence éventuelle, qui sont autant de configurations médiévales. Un premier ensemble documentaire nous permettra de mieux cerner le rôle de l’arc dans la mise en valeur, le plus souvent, des parties orientales de la construction ecclésiale en relation avec une organisation liturgique (sanctuaire, presbyterium, chœur) et les éléments de mobilier qui peuvent être associés à l’arc (tref, crucifix, chancels).

L’ampleur du sujet tient à la nécessaire mise en convergence de différents domaines de l’histoire monumentale avec d’autres spécialités telles que la liturgie, l’archéologie ou l’histoire envisagées sur le temps long du Moyen Âge. Dans ces premières journées, nous nous bornerons à développer le sujet à partir de l’église-monument en Occident, laissant de côté les questions importantes que soulèvent les manuscrits, les reliquaires ou, encore, l’architecture aulique auxquelles nous projetons de consacrer d’autres journées d’étude en 2009, ainsi qu’un projet de manifestation scientifique plus abouti pour traiter l’ensemble du projet ultérieurement.

Les axes d’étude choisis pour 2008 sont les suivants – les titres de certaines interventions ne sont pas définitifs :

Programme

jeudi 25 septembre 2008

  • Caroline Roux, Définition du champ de l’étude et des enjeux de la recherche

  • Dominique Iogna-Prat, Les sources textuelles

  • L’église-monument : structure, arc et décor

  • Beat Brenk, L’Antiquité tardive : l’exemple de Sainte-Marie-Majeure, Rome

  • Stefano Riccioni, San Clemente de Rome

  • Andreas Hartmann-Virnich, Regards sur l’arc triomphal dans l’architecture religieuse germanique (Xe-XIIe siècle)

  • Marcello Angheben, Le décor de l’arc triomphal et ses rapports structurels avec le décor de l’église : façade, nef et espace liturgique

  • Daniel Russo, Peinture religieuse, peinture d’églises aux XIe-XIIIe siècles, dans la chrétienté

vendredi 26 septembre 2008

Rapports entre la position de l’arc et les espaces liturgiques

  • Christian Sapin, Arc triomphal et accès au sanctuaire, quelle place pour la crypte ?

  • Alain Rauwel, La question de l’autel

  • Caroline Roux, Arc triomphal et définition spatiale du sanctuaire : monumentalité, paire de colonnes et remplois aux XIe et XIIe siècles

Participants

Marcello Angheben, université de Poitiers, CESCM

Brigitte Boissavit-Camus, université de Paris 10/Nanterre

Brenk Beat, Università degli Studi di Roma « La Sapienza »

Pascale Chevalier, université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand

Martine Clouzot, université de Bourgogne, ARTeHIS

Thomas Deswarte, université de Poitiers

Barbara Franze, université de Bourgogne, ARTeHIS

Fabienne Joubert, université Paris 4/Sorbonne

Andreas Hartmann-Virnich, université d’Aix-Marseille, LAMM

Dominique Iogna-Prat, CNRS, LAMOP

Eliana Magnani, CNRS, ARTeHIS

Éric Palazzo, université de Poitiers, CESCM

Anne-Orange Poilpré, université de Nancy 2

Alain Rauwel, université de Bourgogne, ARTeHIS

Stefano Riccioni, université de Bourgogne, ARTeHIS

Caroline Roux, université de Bourgogne, ARTeHIS

Daniel Russo, université de Bourgogne, ARTeHIS

Dany Sandron, université Paris 4/Sorbonne

Christian Sapin, CNRS, ARTeHIS

Lieux

  • Centre d'études médiévales
    Auxerre, France

Dates

  • jeudi 25 septembre 2008
  • vendredi 26 septembre 2008

Fichiers attachés

Mots-clés

  • arc triomphal, moyen âge, bâtiment ecclésial, église, espace

Contacts

  • Chantal Palluet
    courriel : cnrs [dot] auxerre [at] orange [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Eliana Magnani
    courriel : cbmacontact [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« L’arc triomphal dans l’espace ecclésial », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 19 août 2008, http://calenda.org/195319