AccueilAteliers sur la contradiction. Nouvelle force de développement en science et société

*  *  *

Publié le mercredi 10 septembre 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

Le projet de ces Ateliers est né dans la réflexion de certains chercheurs et décideurs qui estiment que penser rationnellement la contradiction est possible et nécessaire, et souhaite organiser un lieu de débat sur le sujet. Comment l’évolution de la théorie de la connaissance éclaire-t-elle nos pratiques sur la question de la contradiction ? Peut-on confronter les exigences de la pensée théorique et les inévitables compromis pratiques ?

Annonce

Ateliers sur la contradiction : nouvelle force de développement en science et société

Appel à communications

École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne, 19-21 Mars 2009

Centre SPIN (Sciences des processus industriels et naturels) et La Rotonde, Centre de culture scientifique, technique et industrielle

Le mot contradiction a un sens logique. Une des premières règles de la raison, nous le savons depuis Aristote, est de repérer et d’éliminer les contradictions qui se posent dans nos connaissances et dans notre discours sur le monde. Depuis un siècle, ce jeu a montré ses limites : la complexité de notre monde actuel conduit à des situations où l’esprit hésite entre des visions de la réalité qui sont contradictoires ou incompatibles. La physique du XX° siècle a contribué à faire rebondir cette question. Une des conséquences de cette situation est de reconnaître que notre connaissance est nécessairement incomplète.

Le mot contradiction a un sens dans notre vie et pour notre action. Sans cesse, nous devons choisir entre des contraintes qui apparaissent contradictoires comme dans le cas du développement durable. Plus généralement, la pensée du XX° siècle dans le domaine de l’action a montré que l’on ne peut se soustraire à la mobilisation de catégories telles que « paradoxe », « contrariété », « contradiction ». Elle a montré comment la validité des visées, des propositions et assertions se cherche désormais dans les effets des actions (et non dans les dispositifs de la raison anticipatrice qui a montré ses limites).

Le projet de ces Ateliers est né dans la réflexion de certains chercheurs et décideurs qui estiment que penser rationnellement la contradiction est possible et nécessaire, et souhaite organiser un lieu de débat sur le sujet. Comment l’évolution de la théorie de la connaissance éclaire-t-elle nos pratiques sur la question de la contradiction ? Peut-on confronter les exigences de la pensée théorique et les inévitables compromis pratiques ?

Les ateliers seront organisés autour de communications (communications orales, d’une durée de vingt minutes ; et éventuellement posters, présentés oralement en trois minutes), ainsi que des cafés - discussions. Les organisateurs seront ouverts à d’autres formes de présentation possible, en particulier dans le domaine artistique, en relation avec la forme même du thème des rencontres. Des liens avec des institutions artistiques (musées, compagnies de danse,…) sont à l’étude.

Nous examinerons comment les exemples fournis par la marche de nos décisions peuvent être formalisés de façon rigoureuse en termes de contradiction, comment notre pensée avance, comment notre action est fondée malgré ou grâce à ces contradictions. Les progrès de la pensée, l’émergence d’idées nouvelles, la création permise par l’ouverture aux contradictions nous paraissent source d’optimisme et de développement en science et société. Ne nous conduisent-ils pas à la fois à un renouveau de confiance en la raison et à un renoncement à sa toute puissance ? Ne doit-on pas alors organiser et susciter la contradiction, permettre la pluralité des points de vue, plutôt que les fuir ?

La langue du colloque sera le français. Des actes seront édités à partir des textes apportés lors des Ateliers.

Le champ ouvert par le concept de contradiction est très vaste. Plutôt que des approches trop spécialisées, nous privilégierons les points de vue permettant des discussions transverses et faisant apparaître des structures abstraites communes, autour de quelques thèmes majeurs :

-         Contradictions en logique : en épistémologie, philosophie, histoire des sciences.

-         Contradictions en sciences de la nature : en sciences physiques (temps et espace), mathématiques, chimie, biologie …

-         Contradictions en sciences humaines : au sein des systèmes de pensée occidentaux et orientaux, (y compris en matière de religion), en politique, économie, linguistique, histoire, anthropologie, psychologie ; religions et sociétés.

-         Contradictions dans les arts : peinture, danse, architecture, arts plastiques.

-         Contradiction dans le développement durable : choix à faire pour le management en contexte pluriculturel, environnement, contraintes économiques, épistémologie du développement durable.

Soumission des résumés : limité à une page, format A4 (police : times new roman, titre centré, gras, 14pts ; reste du texte en 12 pts : noms des auteurs, affiliations, adresse mél centrés ; après deux lignes blanches, texte justifié à gauche ; figures éventuelles pouvant supporter le noir et blanc ; si besoin, références bibliographiques, 10 pts). Les auteurs seront invités à situer le concept de contradiction dans leur sujet et à indiquer comment ils s’en accommodent, le dépassent ou résolvent.

Les résumés sont à envoyer avant le 1er Décembre 2008. Le comité scientifique annoncera l’acceptation des résumés avant le 1er Février 2009.

Frais d’inscription estimés : 150 € avec repas (à confirmer)

Comité scientifique (en cours de constitution) : Philippe Dujardin (Lyon), Mustafa El Tayeb (Paris) Olivier Frérot (Lyon), Jean-Marie Georges (Lyon), Bernard Guy (Saint-Etienne), Antoine Khater (Le Mans), Jean Leca (Paris, à confirmer), Jean-Louis Léonhardt (Lyon), Thierry Magnin (Saint-Etienne), Michel Mizony (Lyon), Basarab Nicolescu (Paris), Michel Sailhan (Paris)

Comité local d’organisation (en cours de constitution, Ecole des mines) : Grégoire Berthezène (site web), Ségolène Courant, Marie-Reine Boudarel, Bernard Guy, Hervé Jacquemin, Joëlle Verney.

Correspondance
Bernard Guy : guy@emse.fr
Ecole nationale supérieure des mines de Saint-Etienne
158 Cours Fauriel
42023 Saint-Etienne cedex 2, France
Site internet : www.emse.fr

Lieux

  • Ecole nationale supérieure des mines de Saint-Etienne
    Saint-Étienne, France

Dates

  • lundi 01 décembre 2008

Mots-clés

  • contradiction, incomplétude, épistémologie, développement durable, sciences, sociétés, religions

Contacts

  • Bernard Guy
    courriel : guy [at] emse [dot] fr

Source de l'information

  • Bernard Guy
    courriel : guy [at] emse [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Ateliers sur la contradiction. Nouvelle force de développement en science et société », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 10 septembre 2008, http://calenda.org/195438