AccueilPortrait anonyme

*  *  *

Publié le jeudi 18 septembre 2008 par Raphaëlle Daudé

Résumé

L'anonymat des portraits lève des questions de tous ordres. L'histoire de l'art, l'esthétique, la philosophie, la psychologie, la psychanalyse, la sociologie, les sciences humaines en général n'ont pas fini d'avoir à s'interroger sur cette appellation qui n'est au bout du compte ni inconséquente ni absurde, « portrait anonyme »…

Annonce

Du 3 novembre 2008 au 4 novembre 2008, Institut National d’Histoire de l’Art

Colloque de l'École doctorale ED 159 EDESTA, « Esthétique, Sciences & Technologies des Arts », de l'Université Paris 8

sous la direction de Pascal Bonafoux & François Soulages

Auditorium
Institut National d'Histoire de l'Art,
2, rue Vivienne, 75002 Paris, France
Lundi 3 & mardi 4 novembre 2008

Sous la direction de Pascal Bonafoux & François Soulages Professeurs des Universités (Université Paris 8 & Institut National d'Histoire de l'Art)

Comité scientifique

Pascal Bonafoux, Michel Costantini , Jean-Paul Olive , François Soulages , Philippe Tancelin

Comité d'organisation

Pascal Bonafoux, Georges Cazenave, Michel Costantini , Catherine Couanet, Michelle Debat , Emmanuel Faure, Michel Gironde, Christophe Longbois-Canil, Javiera Medina, Julia Nyikos , Jean-Paul Olive , Rosane Pedrosa de Andrade, François Soulages , Philippe Tancelin, Marc Tamisier , Julien Verhaeghe

Argument du colloque

Cette appellation, « Portrait anonyme », peut paraître singulièrement inconséquente… Le portrait passe depuis des siècles pour être non seulement un genre qui se doit de reproduire très scrupuleusement les traits d'un homme ou d'une femme et il passe, qui plus est, pour être, plus qu'aucun autre, un genre « psychologique »… Comment donc oser évoquer un portrait qui puisse être anonyme ?

Or, le temps qui est passé sur les portraits, ne s'est pas privé d'effacer l'identité de modèles qui posèrent pour Memling, pour Titien, pour Rembrandt, pour… D'où cette (très inconvenante) question : lorsque l'on fait face à un tel portrait qui n'est plus, appellation ressassée, qu'un « portrait d'homme », qu'un « portrait de femme », comment faire de la psychologie si l'on ne sait rien du modèle ? (Si ce n'est au prix de la fiction…) Regarder un tel portrait qui n'est plus que celui d'un « homme au gant » peut-être ou peut-être encore d'une « dame à l'hermine », qu'est-ce ? si ce n'est regarder la réalité de la peinture même. D'une peinture qui garde le silence sur ce qu'elle met en évidence… Que sont devenues la réputation, la gloire peut-être des uns et des autres ? Quelle trahison de la mémoire est un tel portrait ?
Autres « portraits anonymes ». Que sont ces « portraits » (anonymes encore) qui sont ceux pour lesquels tel ou tel peintre eut recours à un modèle pour un essai et qui ne dit ni le nom de ce modèle qui fut rémunéré ni que la toile fut un exercice… Dans une rue d'Arles, Vincent Van Gogh brosse le portrait d'un gamin hirsute…Qui est-il ? Qu'est ce portrait ?
Les photographes, quant à eux, ne se sont pas privés de faire poser, devant leurs chambres noires, leurs Kodak, leurs Leica, leurs appareils numériques, leurs téléphones portables, des « anonymes »… Mais si ceux qui posèrent demeurent « anonymes », s'agit-il alors de portraits ? N'est-ce pas la question que nous posent Arbus, Goldin, ou Aziz + Cucher ?

Et que dire des portraits anonymes des autres arts ?

- le cinéma et le documentaire et les magnifiques portraits d'anonymes qui nourrissent notre mémoire,

- le video-art qui joue sur ce minuscule, ce discret et cet anonyme pour mieux faire connaître les hommes et l'histoire,

- les nouvelles images et les arts des nouvelles technologies qui nous mettent en contact visuel, interactif et multiple avec les anonymes de notre monde mondialisé,

- le théâtre et l'opéra et leurs héros anonymes, leurs seconds rôles essentiels et leurs chœurs des anonymes,

- la littérature et cet anonymat originaire transformé en figure,

- et tous les autres arts…

Ce problème est capital, car les portraits d'aujourd'hui deviendront les portraits anonymes de demain – l'art contemporain ne peut se le cacher.

L'anonymat des portraits lève des questions de tous ordres. L'histoire de l'art, l'esthétique, la philosophie, la psychologie, la psychanalyse, la sociologie, les sciences humaines en général n'ont pas fini d'avoir à s'interroger sur cette appellation qui n'est au bout du compte ni inconséquente ni absurde, « portrait anonyme »…

Intervenants du colloque

Sébastien ALLARD, Conservateur au musée du Louvre, Eros révélé : à propos du Portrait d'une Négresse de Mme Benoist (1800)

Pascal BONAFOUX, Professeur d'histoire de l'art à l'Université Paris 8, Malentendu(s)

Jean CLAIR, Académie française, L'autoportrait sans miroir d'Ernst Mach

Michelle DEBAT, Maître de conférences à l'université Paris 8, Paradoxes du portait anonyme

Guy FIHMAN, Professeur en cinéma à l'université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, Portrait – type

Gérard FROMENGER, Peintre, Propos de portraitiste

Giovana GIUSTI, Directrice du Département des arts du XIX° siècle & contemporain, Galerie des Offices, Florence, Italie, Temps de pose, l'identité retrouvée de quelques portraits des Offices

Vangelis IOAKIMIDIS, Directeur du Musée de la photographie de Thessalonique, Thessalonique, Grèce, Portrait photographique

Christophe LONGBOIS-CANIL, doctorant à l'université Paris 8, Le portrait anonyme au regard de la modernité.

Maria Filomena MOLDER, professeur à l'université de Lisbonne, Portugal, Le pouvoir de l'anonyme

Sylvain MORAND, conservateur au Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg, Un anonyme au Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg

Alberto OLIVIERI, Brésil, La vie dans le portrait d'un mort

Vladimir PINHEIRO,Brésil, L´indétermination de la forme comme idéal d´individuation

Catherine Rebois, doctorante à l'université Paris 8 (EA 4010 AIAC), De l'innommé à l'indicible dans le portrait photographique

Sergio ROJAS, professeur d'esthétique à l'Université du Chili (Universidad de Chile)
Santiago, Chili, Temps historique et esthétique de l'anonyme

François SOULAGES Professeur des universités à l'université Paris 8 & à l'INHA, Du particulier à l'universel

Marc TAMISIER, Professeur de philosophie à Poitiers, Portraits sans sujet

Rachida TRIKI, professeur à l'université de Tunis, Tunisie, Le portrait sans qualité

Maria-Fernanda TROYA, Equateur, Déclassement, hétérologie et informe : U-NI-TY de Michael Schmidt.

Boris ZABOROV, peintre,

Responsable : Pascal Bonafoux et François Soulages

Catégories

Lieux

  • Auditorium, Institut National d'Histoire de l'Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris
    Paris, France

Dates

  • lundi 03 novembre 2008
  • mardi 04 novembre 2008

Mots-clés

  • portrait , anonyme

Contacts

  • Christophe Longbois-Canil
    courriel : clongboiscanil [at] yahoo [dot] fr
  • Julia Nyikos
    courriel : julianyikos [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Christophe Longbois-Canil
    courriel : clongboiscanil [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Portrait anonyme », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 18 septembre 2008, http://calenda.org/195499