AccueilExpressions de la contestation

*  *  *

Publié le mardi 23 septembre 2008 par Marie Pellen

Résumé

L’année 2008-2009 propose des séances qui s’ouvrent sur d’autres aires culturelles et s’intéresseront aux expressions filmiques de la contestation afin de montrer les tensions et les enjeux de domination à l’œuvre dans les sociétés du Sud. Pour l’année 2008-2009 le séminaire prévoit 10 séances et tente d’explorer du film comme expression de la contestation politique. Les politologues utilisent les films de fictions de manière plus exhaustive que par le passé et des doctorants seront invités à présenter leurs travaux d’analyses filmiques sur le cinéma comme source de compréhension des tensions à l’œuvre dans une société.

Annonce

Programme Transversal IREMAM : « Filmer les Mondes Arabe et Musulman »

Séminaire « Expressions de la contestation »

L’année 2008-2009 propose une série de séances qui s’ouvrent sur d’autres aires culturelles et s’intéresseront aux expressions filmiques de la contestation afin de montrer les tensions et les enjeux de domination à l’œuvre dans les sociétés du Sud.

Formation doctorale ouverte aux masters 2

Mercredi  24 septembre de 9H30-12H30 : PAF, MMSH, séance Vignet –Zunz, exode rural au Maroc.

Réflexions autour du film, La famille d’Ali,  sur l’exode rural d’une famille déchirée entre deux mondes.  « La famille d'Ali à la croisée des chemins ».

      Au Nord du Maroc, dans le Rif occidental, vivent les Jbala ("Ceux de la montagne"). Malgré une forte démographie, la montagne se vide d'une partie de ses habitants.  Dans Lehra, un village de la commune rurale-tribu des Bni Gorfet, Rahma, veuve d'Ali, évoque sa vie et ses problèmes tout en vaquant avec ses filles à ses occupations quotidiennes. Ses propos s'entrecroisent avec ceux de ses fils, Mohammed (resté près d'elle) et Abdallah (qui vit à Tanger), et de Si Ahmed, paysan lettré, beau-frère de son défunt mari. Ils témoignent leur attachement au village, à la région, mais en même temps constatent avec réalisme les effets disruptifs de la vie d'aujourd'hui.  [Prises de vue réelles. Utilisation d'une carte géographique et de photographies. Commentaire voix off et interventions en son direct (arabe) sous-titrées. Musique originale.  1998. 45 mn. Auteur scientifique : Jawhar Vignet-Zunz. Réalisateur : Philippe Fontenoy. Production : CNRS AV. Support original DV Cam.]

Mercredi 2 octobre, 9H30-12H30, PAF, MMSH, séance Cécile Boëx 

Doctorante politologue, s’interrogera sur les films comme véhicules de contestation politique à l’œuvre dans  la Syrie contemporaine : « Le film de fiction comme source de connaissance pour les sciences sociales. Exemple à partir d’une réflexion sur l’énonciation du politique et de la contestation dans le cinéma syrien. »

L’exploration esthétique et les dimensions poétiques des films ont trop souvent été cantonnées aux domaines de l’histoire de l’art ou de la critique. Or il est possible de les aborder dans le cadre d’une réflexion contextualisée sur la construction de l’intelligibilité filmique, établie sur le postulat que celle-ci est politique avant tout parce qu’elle est exposée et que sa production intègre systématiquement ses conditions d’exposition. On peut alors envisager un film autrement qu’un simple contenu dans lequel se déploierait l’expression esthétique de l’engagement, qui renouvellerait les modes d’expression du combat politique, ou signalerait les prémices d’une révolution.  Séance animée par R. Deguilhem

Mercredi 12 novembre, 9H30-12H30, PAF, MMSH, Gilles Remillet

Anthropologue, présentation de son dernier filmé présenté au festival du film de chercheur, sur les problématiques liées au travail,  comme lieu de la contestation sociale, séance de F Le Houérou. Thématique : Ethno-cinématographie du travail ouvrier. Présentation du film « Ouvriers de Tamaris », 76 min, 2007. Le film, tourné entre 2000 et 2002 dans une fonderie d’acier gardoise située au nord de la ville d’Alès, sur le site industriel de « Tamaris », présente le quotidien du travail ouvrier dans les principaux ateliers de l’usine. Il rend compte des processus matériels, mais également des normes et des valeurs qui sous-tendent les actions des hommes au travail et donne à voir et à entendre des éléments essentiels du milieu ouvrier et de l’univers industriel.

 

Mercredi 10 décembre, 9H30-12H30, PAF, MMSH séance de Boris Petric

Anthropologue, sur le Kirghiztan aujourd’hui, présentation du film Democracy@large, duree 52 min, realisateur E Hamon, prod KG production, Wamip film et CNRS Images.

Depuis l’indépendance en 1991, le Kirghizistan, ancienne république soviétique, a été envahi par les organisations internationales. Au moment des élections présidentielles de juillet 2005, le petit village de Togolok Moldo et le pays sont en passe d’atteindre la dernière étape de leur marche forcée vers l’économie de marché et la démocratie. Vue de Togolok Moldo, commune de la capitale Bichkek, cette marche forcée semble s’enfoncer dans une voie sans issue.

Mercredi 21 janvier, 9H30-12H30, PAF, Goetz Nordbruch

Historien et chercheur associé à l’Iremam, qui va animer une séance sur « La deuxième guerre mondiale vue de la rive sud de la Méditerranée ». Il nous montrera trois « morceaux»  de films de fictions qui mettent en scène un regard particulier sur la guerre.

Un film égyptien : Alexandrie Pourquoi ? De Youssef Chahine

Un film algérien : Les chroniques des années de braise

Un film sénégalais « Camp Thiaoré » de Ousman Sembene

Mercredi 18 février, 9H30-12H30, PAF,  Les  émeutes de réfugiés dans le monde, territoires comparés

Lisa Anteby, anthropologue au CNRS (Israël terre d’asile : les migrants forcés africains et l’exception des réfugiés du Darfour en Israël, l’existence d’une shoah soudanaise ?) Julie Baujart  doctorante en anthropologie (contestations des réfugiés à New Delhi) et Fabienne Le Houérou (manifestations des Soudanais au Caire).
La séance explorera les usages du conflit dans la négociation s’interrogera, à partir de terrains pluriels, dans quelle mesure et de quelle manière les réfugiés de sont capables d’influer sur la relation qu’ils entretiennent avec leur institution de tutelle (le Haut Commissariat des Réfugiés pour le Nations Unies).

Mercredi 11 mars, 9H30-12H30, Sophie Ferchiou

Directrice de recherche CNRS, filmer le religieux, «Zarda» pèlerinage en Tunisie. Film tourné dans les années 50 que l’on peut considérer comme un travail cinématographique pionnier premier sur les ferveurs populaires.

Mercredi 18 mars, 9H30-12H30, Nadya Sbaiti

film documentaire sur Bagdad, un film qui narre le quotidien sous les bombes

Mercredi 10 juin, 9H30-12H30, PAF : Christophe Pons

Anthropologue CNRS, projection de son film « les yeux fermés », tournée en Islande sur la présence/absence des morts.


Lieux

  • IREMAM, Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (MMSH), 5 rue château de l'horloge
    Aix-en-Provence, France

Dates

  • jeudi 02 octobre 2008
  • dimanche 12 octobre 2008
  • mercredi 10 décembre 2008
  • mercredi 18 février 2009
  • mercredi 11 mars 2009
  • mercredi 18 mars 2009
  • mercredi 10 juin 2009

Mots-clés

  • Syrie, Omar Amiralay, cinéma syrien, mondes arabe et musulman, études en cinéma

Contacts

  • Anne Debray Decory
    courriel : debray-decory [at] mmsh [dot] univ-aix [dot] fr
  • Cécile Boëx
    courriel : c [dot] boex [at] ifporient [dot] org

Source de l'information

  • Randi Deguilhem
    courriel : randi [dot] deguilhem [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Expressions de la contestation », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 23 septembre 2008, http://calenda.org/195534