AccueilAvignon / Rome, la papauté et le Grand schisme

Avignon / Rome, la papauté et le Grand schisme

Langages politiques, impacts institutionnels, ripostes sociales et culturelles

*  *  *

Publié le jeudi 25 septembre 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Si le Grand schisme d’Occident est une division de la tête de l’Église et non la conséquence d’une divergence autour de la définition de la foi chrétienne, pourquoi ne pas mesurer l’effectivité des mécanismes interprétatifs des luttes civiles sur la monarchie papale ? Les critères d’analyse des conflits politiques qui agitent les pouvoirs princiers dans les derniers siècles du Moyen Âge sont-ils applicables à la papauté et à l’Église, corps social et politique non véritablement territorialisé ? Examiner les motifs qui font la force de deux papautés après l’élection de Fondi, expliquent le développement de leurs obédiences et bloquent pendant longtemps toute solution, suppose d’orienter la réflexion vers le politique, sans pour autant négliger le religieux. De nouveaux systèmes d’encadrement dérivent-ils de la division de la chrétienté édifiée par les deux papautés adverses ?

Annonce

Colloque international organisé par l’Université d’Avignon, l’Ecole française de Rome, le CNRS et l’Université de
Lyon II, avec le soutien de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Université d’Avignon
Jeudi 13 novembre – Samedi 15 novembre 2008
Salle des thèses

Si le Grand schisme d’Occident est une division de la tête de l’Église et non la conséquence d’une divergence autour de la définition de la foi chrétienne, pourquoi ne pas mesurer l’effectivité des mécanismes interprétatifs des luttes civiles sur la monarchie papale ? Les critères d’analyse des conflits politiques qui agitent les pouvoirs princiers dans les derniers siècles du Moyen Âge sont-ils applicables à la papauté et à l’Église, corps social et politique non véritablement territorialisé ? Examiner les motifs qui font la force de deux papautés après l’élection de Fondi, expliquent le développement de leurs obédiences et bloquent pendant longtemps toute solution, suppose d’orienter la réflexion vers le politique, sans pour autant négliger le religieux. De nouveaux systèmes d’encadrement dérivent-ils de la division de la chrétienté édifiée par les deux papautés adverses ? Comment marquer, au-delà de sa légitimité, sa capacité à évoluer, à innover, à attirer ? On ne pourra dans cette optique s’exonérer d’une interrogation sur la réception, le détournement ou la contestation des messages concurremment formulés par les deux têtes de la Chrétienté.

Séance introductive

H. Millet (CNRS, Paris), A. Jamme (CNRS, Lyon)  Introduction

A. Rehberg (DHI, Rome), I cittadini di Roma e l'elezione dell'8 aprile 1378 : speranze e
delusioni

I Les mécanismes du choix :
les princes, les fidèles et la division de la papauté.

B. Hotz (Univ. Marburg), Prince, Eglise et société dans l’Autriche de Léopold III

O. Villaroel Gonzalez (Univ. Complutense Madrid), Diplomatie, persuasion et représentation
aux débuts du Schisme en Castille

A. Gamberini (Univ. Milano), I Visconti e lo scisma

Z. Hunyadiz (Univ. Szeged), The choice of Hungary : from Louis I to Sigismund of
Luxembourg

II L’appareil d’Etat pontifical à l’épreuve de la scission

F. Delivré (ENS, Lyon), La tunique sans couture (Jn, 19, 23). Le Provinciale Romanum à
l'épreuve du Grand Schisme

H. Labarthe (Univ. Clermont), Deux théâtres d’affrontements des politiques bénéficiales ?
Flandre et Gascogne

A. Le Roux (Univ. Angers), Collecteurs et collectories : étude comparée de la France
clémentiste et de l’Allemagne urbaniste

G. Butaud (Univ. Nice) et A. Jamme(CNRS, Lyon), Formes comparées de maîtrise de
l’espace politique autour de Rome et d’Avignon.

III Construction idéologique des légitimités, ripostes sociales et culturelles

P. Gilli (Univ. Montpellier), Jean de Legnano, le De Fletu Ecclesiae et le rôle des canonistes
dans les premiers temps du grand Schisme

P. Genequand (Univ. Genève), L’altérité romaine dans les écrits clémentins (Chancellerie et
Chambre apostolique)

J. Hayez (CNRS, Paris), A l’ombre du palais. Les Toscans d'Avignon sous le Grand Schisme

F. Manzari (Univ. Roma III), Committenza libraria e legittimità. I codici liturgici dei papi di
Roma e di Avignone durante lo Scisma

M.T. Caciorgna (Univ. Roma III), La nobiltà della campagna romana, il papato e lo scisma

S. Pollastri (Pollenza), Jeux et enjeux des obédiences pour l’aristocratie napolitaine

P. Payan (Univ. Avignon), Pierre de Luxembourg, entre dévotion et politique

P. Guerrini (Univ. Roma III), L'iconografia dello Scisma in Telesforo da Cosenza

IV L’émergence du combat pour l’unité de l’Eglise

A.-L. Rey-Courtel (EC, Paris), Le cardinal Anglic Grimoard et le schisme (1378-1388)

D. Girgenshon (Univ. Göttingen), Il ruolo dei cardinali nei tentativi di sanare lo Scisma

C. Revest (Univ. Paris IV), L’exaspération des curialistes romains à la veille du concile de
Pise : les flammes de la colère contre le « régime des hypocrites »

A. Frenken (Göttingen), From France to Italy and retour. Reflecting the via concilii to finish
the Great Schism

J. Chiffoleau (EHESS, Paris), Conclusions

Lieux

  • Université
    Avignon, France

Dates

  • jeudi 13 novembre 2008
  • vendredi 14 novembre 2008
  • samedi 15 novembre 2008

Contacts

  • Armand Jamme
    courriel : ArmandJamme [at] aol [dot] com

Source de l'information

  • Armand Jamme
    courriel : ArmandJamme [at] aol [dot] com

Pour citer cette annonce

« Avignon / Rome, la papauté et le Grand schisme », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 25 septembre 2008, http://calenda.org/195559