AccueilLe monde rural dans les pays émergents

Le monde rural dans les pays émergents

Développement territorial et mobilités individuelles (Brésil, Chine, Inde)

*  *  *

Publié le mercredi 01 octobre 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Le thème du colloque est la mise en relation des mobilités dans les campagnes avec le développement territorial dans trois pays émergents : le Brésil, la Chine et l'Inde. Ce thème comporte de multiples entrées, parmi lesquelles cinq seront privilégiées : - la signification sociale des mobilités ; - la place de l'agriculture et du monde rural dans le phénomène d'émergence ; - la place que le monde paysan a dans la politique agricole et agraire ; - les paramètres des évolutions du monde rural et des politiques agricoles et agraires ; - le développement territorial.

Annonce

Université Jean Moulin Lyon 3
Faculté des Lettres et Civilisations
UMR 5600. Environnement Ville Société
Centre de Recherche en Géographie et Aménagement

18 rue Chevreul, 69007, LYON
amphithéâtre Doucet-Bon

métro : station Jean Macé
tram : station rue de l'Université

Contacts :

Centre de Recherche en géographie et Aménagement (CRGA)
secrétariat : Linda CHOURFI
18 rue Chevreul.  69007 LYON
tél : 04 78 78 74 31
fax : 04 78 78 77 64
courriel : crgagh@univ-lyon3.fr

Bernard BRET
Professeur à l'Université Jean Moulin Lyon 3
domicile : 61 rue Baraban, 69003, LYON
tél : 04 78 54 31 02 / 06 85 50 07 13
courriel : bernard.bret12@wanadoo.fr

Thématique

Le thème du colloque est la mise en relation des mobilités dans les campagnes avec le développement territorial dans trois pays émergents. : le Brésil, la Chine et l'Inde. Ce thème comporte de multiples entrées, parmi lesquelles seront privilégiées :

1) la signification sociale des mobilités.

En distinguant les mobilités et, ce qui est plus restreint, les migrations et en tentant une classification de ces dernières, il s'agit de voir comment le déplacement constitue un élément du changement social. Se déplacer constitue-t-il un facteur de mieux-être et de promotion sociale pour le migrant ou une contrainte subie qui traduit son déclassement, voire son exclusion sociale. Il faut donc mettre en relation la mobilité géographique et la mobilité professionnelle, cette dernière concernant la branche d'activité et la place tenue dans la branche. Il faut aussi tenir compte du contexte démographique et de la succession des générations pour comprendre les changements qui surviennent dans les comportements et dans les pratiques spatiales.   En d'autres termes, la mobilité d'un lieu à un autre et d'une d'activité à une autre peut correspondre à un processus de développement comme à la dégradation du sort des  personnes contraintes au mouvement. Dans les deux cas, il peut y avoir déracinement et précarité. Mais il faut savoir si cela correspond à une déstructuration/restructuration des activités et des lieux qui bouleverse les  conditions de vie pour finalement faire vivre mieux ensuite, ou s'il s'agit d'un phénomène qui exclut durablement une partie du corps social des bénéfices de la croissance. L'errance des paysans déracinés n'a évidemment pas la même signification que l'avancée des fronts pionniers.

2. la place de l'agriculture et du monde rural dans le phénomène d'émergence

Les pays émergents doivent cette appellation principalement à leur industrialisation. Pour le sujet mis en discussion, il est de grande importance de savoir si l'agriculture accompagne le processus d'industrialisation en assurant les besoins alimentaires à bas prix de façon à se caler sur les revenus faibles de la majorité de la population urbaine, ou si elle a un rôle moteur dans le processus d'émergence par ses capacités exportatrices. La Chine et l'Inde correspondraient au premier cas de figure, alors que le Brésil correspondrait davantage au second.

3. la place du monde paysan dans la politique agricole et agraire

Le monde paysan, peu tourné vers l'accumulation et le marché, paraît a priori opposé à la logique de l'émergence économique. Mais, il faut caractériser le monde de l'agriculture familiale et bien distinguer ce qui relèverait du monde paysan stricto sensu et ce qui est exploitation familiale performante.
Cette approche conduit alors à distinguer d'une part les structures agraires que les changements économiques vont faire entrer dans une crise structurelle et dont les membres peuvent subir la marginalisation, l'exclusion, l'appauvrissement, et d'autre part la petite agriculture familiale capable de jouer un rôle effectif dans la modernisation et de tenir certains créneaux mieux que ne le ferait la grande entreprise… ce qui n'empêche évidemment pas l'articulation de la grande entreprise et de l'exploitation familiale, y compris dans l'emploi de la main d'œuvre avec les déplacements que cela peut comporter.

4. les paramètres des évolutions du monde rural et des politiques agricoles et agraires

D'un pays à l'autre et, au sein d'un même pays, d'une région à l'autre, l'environnement socio-économique de ces changements varie, ce qui oriente les déplacements, les accélère ou les ralentit. Parmi les paramètres en présence, on fera ressortir en particulier :
  • le cadre juridique : le déplacement est-il libre ou non ?
  • la situation foncière : la propriété de la terre est-elle concentrée ? Y a-t-il ou non des terres libres ? Que faut-il d'ailleurs entendre par terre libre ?
  • le contexte des densités de population et de l'éventuelle pression démographique.
  • le contenu de la modernisation agricole sur les plans techniques et sociaux (l'évolution du marché du travail, les progrès du salariat)
  • l'existence ou non, et à quelle distance, d'autres secteurs économiques demandeurs de main d'œuvre.

5. le développement territorial

L'inscription de tous ces phénomènes dans des lieux conduit à visiter le concept de développement territorial à différentes échelles géographiques. Cela éclaire les localisations, les mouvements, les relations entre les villes et les campagnes, et interroge sur les échelles pertinentes pour l'étude des phénomènes sociaux des campagnes.

oOo

Programme

9 h 30 – 10 h    Accueil des participants

10 h    Ouverture du colloque et présentation de la journée

10 h 10    Le secteur agricole dans les pays émergents, problème social ou moteur économique ?
        Bernard BRET (Université Jean Moulin Lyon 3)

10 h 30    Trajectoires des populations rurales traditionnelles, isolement ou assimilation ?
        Céline BROGGIO (Université Jean Moulin Lyon 3) :

10 h 50    Discussion

11h 10    La question paysanne en Inde
        Frédéric LANDY (Université Paris 10) :

11 h 30    Le micro-crédit et le genre dans les campagnes indiennes
        Virginie CHASLES (Université Jean Moulin Lyon 3)

11 h 50    Discussion

12 h 15 – 14 h    repas libre

14 h     Les mingong (paysans en sous-emploi rural) et l'industrialisation en Chine
        Jean RUFFIER (CNRS, UMR 5600) :

14 h 20    Discussion

14 h 40    Agriculture et développement territorial au Brésil
        Hervé THERY (CNRS – CREDAL) :

15 h    Territorialités émergentes en Amazonie orientale (Brésil)
        Martine DROULERS (CNRS – CREDAL)
        Enali de BIAGGI (Université Jean Moulin Lyon 3)
        Stéphanie NASUTI (CREDAL) :

16 h    Le micro-crédit dans le Nordeste brésilien
        Pauline BENSOUSSAN (CNRS – CREDAL) :

16 h 20    Discussion

17 h – 17 h 15    Conclusion de la journée

oOo

Lieux

  • Université Jean Moulin Lyon 3, 18 rue Chevreul, amphithéâtre Doucet-Bon
    Lyon, France

Dates

  • mercredi 15 octobre 2008

Fichiers attachés

Mots-clés

  • pays émergents, paysannerie, agriculture familiale, mobilité géographique, développement, changement social, Brésil, Chine, Inde

Contacts

  • Bernard Bret, professeur à l'université Jean Moulin Lyon 3 ~
    courriel : bernard [dot] bret12 [at] wanadoo [dot] fr
  • Linda Chourfi
    courriel : crgah [at] univ-lyon3 [dot] fr

Source de l'information

  • Patrick Gilbert
    courriel : patrick [dot] gilbert [at] ens-lyon [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le monde rural dans les pays émergents », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 01 octobre 2008, http://calenda.org/195609