AccueilRelations, échanges et interdépendances entre une capitale et ses pays ruraux : Paris et l'Île de France sous l'Ancien Régime

*  *  *

Publié le mercredi 01 octobre 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Cette journée d’étude voudrait faire le point sur des travaux en cours concernant différents types de relations, tant économiques, que sociales et culturelles, à travers l’analyse de la valeur des biens, des produits, des marchandises, des idées, des modes et des influences partagées et échangées. Longtemps considérée sur le plan économique, l’observation de ces échanges a pris depuis quelques années un nouveau virage. Certes, cette thématique joue ici un rôle prépondérant. Toutefois, une constellation de domaines, intégrant le développement de ces rapports, se réfugie derrière cette partie émergée.

Annonce

La parution de l’ouvrage Paris et ses campagnes sous l’Ancien Régime en hommage à Jean Jacquart et la disparition de ce dernier en 1998 ont, pour un temps, ralenti les recherches concernant la région parisienne. Les aspirations rurales se sont alors orientées vers les régions bocagères de Normandie ou les espaces montagnards, éloignés de la capitale. Cependant, l’entrée dans le XXIe siècle a été accompagnée d’une nouvelle impulsion historique pour l’Ile de France. Les Franciliens des années 2000, pour faire face à une urbanisation des plus extrêmes, souhaitent connaître les Franciliens d’hier et découvrir un monde révolu, une époque où Paris, puissante capitale des Valois, puis des Bourbons, cité « la plus grande du monde », s’épanouissait au cœur du plat pays rural. Les chercheurs se sont adaptés à la « demande » historiographique des populations grâce à un renouvellement et un élargissement des champs d’investigation qui rendent possible une connaissance toujours plus précise de cette terra incognita rurale.

Cette journée d’étude voudrait faire le point sur des travaux en cours concernant différents types de relations, tant économiques, que sociales et culturelles, à travers l’analyse de la valeur des biens, des produits, des marchandises, des idées, des modes et des influences partagées et échangées. Longtemps considérée sur le plan économique, l’observation de ces échanges a pris depuis quelques années un nouveau virage. Certes, cette thématique joue ici un rôle prépondérant. Toutefois, une constellation de domaines, intégrant le développement de ces rapports, se réfugie derrière cette partie émergée.

Quels sont les différents visages de ces flux ? Peut-on parler d’échanges inégaux sous l’Ancien Régime ? Au-delà de la connotation actuelle de cette question, est-il possible de l’adapter à une échelle régionale dans la France des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles ? Si oui, en quels termes ? Faut-il parler de relations complémentaires ou, au contraire, de rapports de domination ? Quelle est la nature, la vitalité, l’intensité des multiples contacts établis entre les deux entités ? L’ombre que la capitale étend sur l’Ile de France est-elle dense, portée, ou trouée ?

Les communications aborderont des thèmes comme la paysannerie (impact de la capitale sur l’agriculture, relations des communautés d’habitants avec leur milieu), le désenclavement des campagnes, la diffusion des idées et des modes parisiennes dans ces zones rurales (innovations agricoles, de la vie matérielle, évolution des mœurs, de la condition féminine,…) et montreront les attaches existant entre le cœur urbain parisien et l’organisation de la vie des Franciliens ruraux.

Soucieux de maintenir un haut niveau de réflexion, tout en mettant à la portée du plus grand nombre les travaux des historiens ; fidèles à une tradition bien établie d’ouvrir le débat historique sur le monde extra-universitaire et de mettre en relation divers degrés de la recherche historique, les organisateurs de cette journée d’étude convieront à participer à celle-ci universitaires, étudiants et membres des sociétés historiques locales.

PROGRAMME  DE LA JOURNÉE

9 h - 9h30  :  ACCUEIL DES PARTICIPANTS (Salle E 303)

9h30 - 9h45  :  INTRODUCTION GÉNÉRALE DE LA JOURNÉE (Salle E 206), Marie-José MICHEL, professeur d’Histoire Moderne (Université Paris 13)

9h45 – 11h : EXPLOITATION D’UNE TERRE NOURRICIÈRE (Présidence : Marie-Hélène Peltier, Directrice des Archives Départementales du Val-d’Oise)

9h45 – 10h05 : « Milieux et potentialités de la vallée de Montmorency », Gérard HUGONIE, professeur de Géographie (IUFM de l’Académie de Paris, Université Paris IV-Sorbonne)

10h05 – 10h25 : « La forêt de Montmorency à la croisée des échanges (XVe-XVIIIe siècles) », Jacqueline RABASSE, présidente de la Société d’Histoire de Montmorency et sa Région

10h25 – 10h45 : « Le commerce des fruits en vallée de Montmorency aux XVIIe et XVIIIe siècles », Florent QUELLIER, maître de conférences (Université Rennes 2 Haute-Bretagne)

10h45 – 11h : Questions-débat

11h-11h15 : PAUSE

11h15 – 12h15 : MOBILITÉS PAYSANNES ET DÉSENCLAVEMENT RÉGIONAL (Présidence : Florent QUELLIER)

11h15 – 11h35 : « Une vallée en son royaume : l’ouverture de la vallée de Montmorency aux XVIIe  et XVIIIe siècles », Florent MEROT, doctorant et allocataire-moniteur (Université Paris 13)

11h35 – 11h55 : « Mobilité professionnelle et emprise foncière d’une capitale : Paris et la plaine de France au XVIIe siècle », Jérôme Luther VIRET, maître de conférences (CRHQ, Université de Caen Basse-Normandie) 

11h55 – 12h15 : « Les paysans de Paris (fin XVe-début XVIe siècle) », Clément GURVIL, EHESS

12h15 – 12h30 : Questions-débat

12h30 – 14h : REPAS

14h – 14h40 : L’AFFIRMATION D’UN TROPISME : L’OMBRE DE LA CAPITALE (Présidence : Marie-José MICHEL)

14h – 14h20 : «Une maison à la campagne : le bourgeois parisien à Montmorency aux XVIIe et XVIIIe siècles », Michel RIVAL, Bibliothécaire (Université Paris 13/Musée J.-J. Rousseau de Montmorency)

14h20–14h40 : « A l’ombre du Parlement .Un crime conjugal dans la vallée de Montmorency au XVIIIe  siècle », Julie DOYON, doctorante et PRAG (Université Paris 13)

14h40 – 15h  : Questions-débat

15h – 15h15 : PAUSE

15h15 – 16h15 : D’EST EN OUEST : D’AUTRES HORIZONS (Présidence : Françoise WARO, vice-présidente de la Société d’Histoire de Pontoise et du Vexin)

15h15 – 15h35 : « Les jardiniers d’ornement à Montreuil sous Louis XIV », Hervé BENNEZON, docteur en Histoire, professeur au collège de L’Isle-Adam (Université Paris 13)

15h35 – 15h55 : « La vie matérielle à Saint-Denis sous le Directoire, 1795-1799 », Marc ROZIC, docteur en Histoire

15h55 – 16h15 : « Un village, un bac, une foire : Bezons au XVIIIe siècle », Jean-Pierre BARLIER, professeur agrégé et membre de la SHPV

16h15– 16h30 : Questions-débat

16h30 – 17h : Conclusion DE LA JOURNÉE, Thierry RENTET, maître de conférences (Université Paris 13)

Comité d'organisation :

Thierry RENTET, Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 13)

Hervé BENNEZON, Docteur en histoire moderne, lauréat du prix Mariette Bénabou 2006 (Université Paris 13)

Florent MEROT, Doctorant allocataire moniteur (Université Paris 13)

Lieux

  • Université Paris 13 - UFR LSHS - Salle E 303/CRESC (Accueil des participants) et salle E 206 (Déroulement de la journée)
    Villetaneuse, France

Dates

  • vendredi 21 novembre 2008

Mots-clés

  • Île-de-France, Paris, échanges, influences économiques, culturelles et sociales

Contacts

  • Florent Mérot
    courriel : leboisdanstoussesetats [at] yahoo [dot] com
  • Thierry Rentet
    courriel :
  • Hervé BENNEZON
    courriel : herve [dot] bennezon [at] laposte [dot] net

Source de l'information

  • Florent Mérot
    courriel : leboisdanstoussesetats [at] yahoo [dot] com

Pour citer cette annonce

« Relations, échanges et interdépendances entre une capitale et ses pays ruraux : Paris et l'Île de France sous l'Ancien Régime », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 01 octobre 2008, http://calenda.org/195611