AccueilLes stratégies de coexistence dans la diversité religieuse

Les stratégies de coexistence dans la diversité religieuse

Le cas des espaces urbains européens, XVIe-XVIIIe siècle

*  *  *

Publié le lundi 13 octobre 2008 par Marie Pellen

Résumé

Cette journée d'étude est organisée dans le cadre des travaux du Centre de Recherche d'Histoire Moderne de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et se tiendra le samedi 7 février 2009 en Sorbonne. Elle se propose de questionner les différentes formes de relation entre les communautés religieuses des villes de l'Europe moderne, où ces relations sont contraintes, nécessaires ou désirées. Aussi, cette journée interroge également la question d'histoire moderne proposée au concours d'Agrégation, tant chronologiquement que dans le choix de l'affrontement comme prisme privilégié pour aborder les relations interconfessionnelles. En effet, si les villes des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles sont souvent perçues comme des lieux de tension, elles sont aussi des espaces d'échange, de reniement, de mixité ou d'ignorance mutuelle.

Annonce

La religion relie les hommes aux cieux, mais elle est aussi constructrice d’un lien social et productrice de groupes confessionnels ou ethnoconfessionnels. Elle apparaît en cela comme un facteur directement impliqué dans le tracé des frontières identitaires. Cependant, les territoires multiconfessionnels questionnent la pertinence d’une définition trop simpliste et la validité de l’hypothèse d’un « choc des civilisations ». En tant que fait social, les religions se montrent réactives aux contextes différenciés dans lesquels elles s’inscrivent. La nécessité ou le désir de vivre ensemble les conduisent à négocier leurs formes d’expression aussi bien dans le repli du groupe sur lui-même que dans son ouverture, voire de sa fusion, à un autre. Cela implique aussi des possibilités de conflit, non seulement entre les communautés aux pratiques religieuses différentes mais également au sein même de ces communautés quand le regard sur soi et sur l’autre n’est plus partagé par tous.

Ces stratégies de coexistence mettent alors en avant la présence d’acteurs particuliers capables de les concevoir et de les mener, maîtrisant les codes de l’autre ou étant capables de les appréhender. L’existence de ces acteurs ne suffit pas. Elle s’ajoute à l’intérêt objectif de vivre avec l’autre qui ne saurait se limiter à un simple désir de vivre en paix car le conflit peut se révéler à son tour comme une modalité de régulation possible pour coexister. Enfin, ces stratégies créent des territoires particuliers, parfois cloisonnés, plus souvent mêlés et hybrides, supposant des types de pratiques sociales particulières elles aussi. Ces pratiques posent alors le problème institutionnel de leur encadrement et invitent à réfléchir sur les relations existant entre le territoire perçu et les cadres institutionnels (laïcs ou ecclésiastiques) ainsi que sur le risque de confrontation entre les différents agents, voulu ou engendré par ces stratégies.

L’espace urbain, défini par ses cadres juridictionnels ou dessiné par l’empreinte visuelle et sonore laissée par ses habitants, offre un terrain d’étude privilégié. Le nombre et les liens complexes des individus favorisent ici la diversité mais aussi le rapport inévitable à l’autre, que ce soit dans le vécu commun ou l’ignorance réciproque. L’identité confessionnelle marque ainsi l’imaginaire et le territoire de la ville à différentes échelles (famille, voisinage proche, paroisse, ensemble de la cité) qui servent de lieu d’expression aux choix religieux.

En confrontant les diverses expériences, nous proposons de réfléchir à ces thématiques à partir des axes suivants :

  • Les types de relation entre les confessions : indifférence, conflits, influences réciproques, interactions.
  • Les conditions de ces relations : économiques, sociales, politiques.
  • Les acteurs individuels ou collectifs mis en avant : clergé, élites, marchands, femmes, soldats etc.
  • Les formes du territoire, façonnées par ces relations : enclaves, quartiers, mixités spatiales.
Veuillez envoyer vos propositions de contribution avant le 1er décembre 2008

Lieux

  • 17 rue de la Sorbonne
    Paris, France

Dates

  • lundi 01 décembre 2008

Mots-clés

  • religions, conflits, coexistence, villes, époque moderne, histoire

Contacts

  • David Do Paço (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Universität Wien) ~
    courriel : david [dot] dopaco [at] wanadoo [dot] fr
  • Laurent Tatarenko (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Université catholique de Lublin) ~
    courriel : tatarenko [dot] laurent [at] neuf [dot] fr

Source de l'information

  • David Do Paço
    courriel : david [dot] dopaco [at] eui [dot] eu

Pour citer cette annonce

« Les stratégies de coexistence dans la diversité religieuse », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 13 octobre 2008, http://calenda.org/195692