AccueilArt et mesure

Art et mesure

Histoire de l’art et approches quantitatives : sources, méthodes, bonnes pratiques

*  *  *

Publié le jeudi 30 octobre 2008 par Marie Pellen

Résumé

L’utilisation méthodes quantitatives en histoire des arts est loin de rejoindre la multiplication des bases de données informatisées constituées dans ce domaine. Il manque souvent, une fois ces bases constituées, le temps, l’énergie peut-être, et surtout les moyens – techniques et méthodologiques - de tirer toutes les ressources potentielles de ces énormes gisements d’information. Plus généralement, les jeunes chercheurs ayant constitué des bases de données doivent souvent constater leur isolement – alors qu’en histoire, en sociologie, en anthropologie de l’art, nombreux sont ceux qui croisent des problématiques similaires dans l’analyse quantitative de la création.

Annonce

Le Département d’Histoire et de Théorie des Arts de l’École normale supérieure propose de susciter une réflexion collective, pluridisciplinaire et internationale sur « L’art et la mesure », sur « L’art de la mesure ». L’art est ici entendu de manière large : non seulement la création plastique, mais aussi tout autre type de création, littéraire, musicale, cinématographique, scénique..., qu’elle s’adresse à des publics plutôt « savants » ou « populaires ». Le propos sera, sans négliger aucunement le champ contemporain, de mêler des chercheurs d’époques et de méthodologies différentes pour examiner les questions spécifiques à l’approche métrique de l’histoire de la création : de l’époque antique à la Renaissance, de l’art moderne à la création contemporaine, les questions suscitées par l’analyse quantitative de l’art ne sont-elles pas souvent similaires ? Que fait l’approche quantitative à l’art et à son histoire ?

Comité scientifique :
Christophe Charle (Paris I /IHMC), Catherine Chevillot (Musée d’Orsay), Pierre François (CNRS-CSO), Robert Jensen (Univ. du Kentucky), Béatrice Joyeux-Prunel (ENS), Claire Lemercier (IHMC, CNRS), Pierre-Michel Menger (EHESS), Ségolène Le Men (Paris X), Gisèle Sapiro (Centre de Sociologie européenne), Blaise Wilfert (ENS).
Organisation :
Béatrice Joyeux-Prunel

ENS
45 rue d’Ulm, Salle Dussane

PROGRAMME :

Mercredi 3 décembre : De la sociologie à l’histoire de l’art

Ouverture : État des lieux (9h-10h30)

Introduction : Béatrice Joyeux-Prunel (Ens)

Robert Jensen (Univ. of Kentucky) : Disaggregating the Aggregate : The Question of Measures in Quantitative Art History

Gisèle Sapiro (CNRS, CSO) : Mesures du littéraire : approches sociologiques et historiques

Séverine Sofio (EHESS/Paris I) : Créer, compter. Panorama critique de l’usage du quantitatif en art

Marchés, prix et valeurs (11h-12h30)

Modérateur : Pierre François (CSO)

Luc Champarnaud (IUT de Lens, Université d’Artois/ EQUIPPE-GREMARS, Université Lille 3) et Céline De Potter (Université de Lille 3 et Université Libre de Bruxelles) : Valeur des acquisitions des artistes belges par l’État français, 1890-1940

Julie Verlaine (Paris I) : La construction de la valeur marchande - Le cas Manessier : Comment mesurer les stratégies marchandes de l’« officialité parallèle » ?

Belén Mazuecos (Univ. of Granada), Marilena Vecco (Univ. of Ca’ Foscari, Venice) : Contextual art and hedonic price indexes : to be or not to be marketable ?

Trajectoires et réseaux (14h-17h)

Modérateur : Pr. Christophe Charle (PAris I / IHMC)

- Cartographies (14h-15h)

Alain Bonnet (Université de Nantes) : L’artiste en voyage – Prix du Salon et bourses de voyage

Blaise Wilfert (Ens) : Faire des cartes avec des textes

- Réseaux (15h30-17h)

Björn-Olav Dozo (Univ. de Liège) : Autonomie et indépendance du sous-champ littéraire belge - francophone de l’entre-deux-guerres

Pierre François (CSO, CNRS) : Carrières critiques et morphologie éditoriale : un néo-professionnalisme de la gratuité

Karim Hammou (SHADYC - EHESS Marseille) : Artistes, professionnels, stars. L’histoire du rap français au prisme d’une analyse de réseau

Jeudi 4 décembre : L’approche quantitative changera-t-elle l’histoire de l’art ?

Qu’est-ce qu’une bonne base de données ? (9h-10h30)

Modérateurs : Claire Lemercier (IHMC, CNRS) et Béatrice Joyeux-Prunel (E.n.s.)

Avec Laurent Chastel (Laurentchastel.com), Pierre Vernus (Université de Lyon-II, Système modulaire de gestion de l’information historique — SyMoGIH —), Annie Verger (CNRS), Solveig Serre-Barrucand (http://chronopera.free.fr)

De l’inventaire à la base de données : nouvelles problématiques (11h-12h30)

Modérateur : Catherine Chevillot (musée d’Orsay)

Claire Barbillon (Université de Paris X-Nanterre) ; Jean-François Depelsenaire (Videomuseum) ; Lisa Dieckmann (université de Cologne), Lucie Goujard (Université de Lille 3), Sophie Annoepel-Cabrignac (projet AGORHA, INHA)

Relire l’histoire de l’art (14h-15h30)

Modérateur : Béatrice Joyeux-Prunel (Ens)

Anne Moignet-Gaultier (Paris X-Nanterre) : Des bases de données des restitutions archéologiques à la représentation de l’architecture antique

Victor Ginsburgh (Université Libre de Bruxelles et CORE, Université catholique de Louvain), François Mairesse (Musée de Mariemont) et Sheila Weyers (Université catholique de Louvain) : De la narration à la consécration. L’exemple de la peinture flamande de Van Eyck à Rubens

Jorgelina Orfila (Texas Tech University) : Measuring the Chester Dale Collection and the Canon of Modern Art

L’histoire de l’art a-t-elle peur du quantitatif ? (16h-18h)

Modérateur : Didier Rykner (latribunedelart.com)

Avec Philippe Bordes (INHA), Catherine Chevillot (Musée d’Orsay), Pr. Hubertus Kohle (Ludwig Maximilian Universität, Munich), Pr. Pierre-Michel Menger (CNRS, EHESS, CESTA),  Pr. Mercedes Volait (In Visu, L’information visuelle et textuelle en histoire de l’art : nouveaux terrains, corpus, outils, INHA).

Vendredi 5 décembre : Défis pour l’approche métrique

Tenter une histoire des goûts par la mesure (9h30-12h30)

Modérateur : Ségolène Le Men

Dr David Humphrey (Centre for Jewellery Research, Royal College of Art, Kensington Gore, London) : Boundless configurations : analysing fashions, styles and taste in late Medieval Northern European jewellery

Martina Frank (Università Ca’ Foscari Venezia) : La nouvelle matière : mesurer et juger la peinture dans la République de Venise

Célia Fleury (IRHIS-CNRS, Lille): Proposition de méthodologie pour l’étude du goût d’un groupe social : l’exemple de l’élite noble flamande à la fin du XVIIIe siècle

Eva Bouillo (Paris X-Nanterre) : Le Salon ou l’histoire des goûts et des modes : analyse thématique des œuvres exposées en 1827

Stéphanie Wintzerith (eMotion) : eMotion : mesurer la réaction du public dans une exposition d’art

La création est-elle quantifiable ? (14h)

Modérateur : Blaise Wilfert

Charlotte Guichard (CNRS, IRHIS, Lille) : La mesure du nom ? La signature du peintre au XVIIIe s

Solveig Serre-Barrucand (Paris I) : Le répertoire de l’Opéra de Paris (1669–1989)

Art, mesure et hiérarchies (15h30-17h)

Modérateur : Pierre-Michel Menger (CNRS, EHESS, CESTA)

Sébastien Dubois (CESTA, EHESS / ESC Rouen) : La mesure de la réputation des poètes

Annie Verger (Centre de Sociologie européenne) : Mesurer l’art sans compter. Les méthodes d’évaluation quantitative en question

Philippe Chantepie (Conseil national de l’information statistique) : Quels indicateurs pour quelles politiques culturelles ? Enjeux politiques des pratiques de mesure

17h : Conclusions

Lieux

  • Ecole normale supérieure, 45 rue d'Ulm, salle Dussane
    Paris, France

Dates

  • mercredi 03 décembre 2008
  • jeudi 04 décembre 2008
  • vendredi 05 décembre 2008

Mots-clés

  • histoire de l'art, bases de données, approche quantitative, statistiques, méthodologie, cartographie

Contacts

  • Béatrice Joyeux-Prunel
    courriel : beatrice [dot] joyeux-prunel [at] ens [dot] fr

Source de l'information

  • Béatrice Joyeux-Prunel
    courriel : beatrice [dot] joyeux-prunel [at] ens [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Art et mesure », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 30 octobre 2008, http://calenda.org/195851