AccueilForce ouvrière, acteur de la vie contractuelle et du paritarisme (fin des années 1950-début des années 1980)

*  *  *

Publié le jeudi 20 novembre 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Le colloque couvre le deuxième âge de la CGT-FO, celui de son affirmation dans la configuration syndicale française à travers l’expression d’une identité réformiste et sa mise en œuvre concrète. On a privilégié le rôle de la Confédération dans le développement de relations contractuelles et d’institutions paritaires. De l’avancée sur la protection contre le chômage, risque secondaire en 1958, à l’impossibilité de s’accorder sur la flexibilité en 1984, un cycle s’achève sur lequel la Confédération a laissé sa marque. Occasion de croiser les analyses d’historiens, de sociologues et de politologues, le colloque permettra aussi de les confronter à celles des acteurs syndicaux de Force ouvrière.

Annonce

PROGRAMME

11 décembre 2008

(9 heures) : accueil des participants

Matinée :
présidents : Antoine Prost (Centre d’Histoire sociale du XXe siècle) et René Valladon (Bureau confédéral de la CGT-FO)

Accueil des participants

  • Allocution d’ouverture : Jean-Claude Mailly (secrétaire général de la CGT-FO)
  • Introduction aux débats : Michel Pigenet (Centre d’Histoire du XXe siècle)

A) Identités et orientations : rapporteur : Alain Bergounioux (président de l’OURS) ; grand témoin : Marc Blondel (ancien secrétaire général de la CGT-FO)

  • FO et la question de l’intégration : J.M. Pernot (IRES)
  • « Tout le boulot qu’on a fait… » ; regards rétrospectifs de quelques meuniers du social : M. Pigenet (CHS)
  • Les sensibilités à FO : socialistes, franc maçons, libre penseurs et les autres : D. Lefebvre (OURS)
  • FO, considérée par ses minorités politiques. Le cas des anarchistes : G. Ubbiali (IHC, université de Bourgogne)
  • La CGT-FO aux marges du mouvement ouvrier : reformulations idéologiques et isolement du milieu syndical dans les années 1970 : K. Yon (Lille 2, CRP)
  • Les syndicalistes FO dans leur rapport au politique. Elément révélateur d’une culture d’organisation et de pratiques militantes : S. Paquelin (université de Bourgogne)

 12h30 : déjeuner

Après-midi, reprise des travaux à 14 h
présidents : Patrick Fridenson (EHESS) et Bernard Devy (bureau confédéral de la CGT-FO)

B) FO, vue de l’extérieur : rapporteur : Jacques Freyssinet (Paris 1) ; grand témoin : Gérard Adam (CNAM)

  • FO et les groupes socialistes d’entreprise (mi 1950-décennie 1960) : F. Lafon (Paris 1)
  • FO, vue de droite : G. Morin (CHS)
  • L’engagement contractuel de FO au regard des pratiques CGT (1950-1984): R. Mouriaux (docteur en science politique)
  • La CFTC-CFDT et la politique contractuelle de FO : F. Georgi (CHS)
  • L’UIMM et FO ; premières approches : D. Fraboulet (Paris 13)
  • La Fédération de l’Education Nationale et Force ouvrière : proximité revendicative et rupture politique (1950-1970) : L. Frajerman (docteur en histoire)

12 décembre 2008 (9 h)

Matinée : présidents : Jean-Louis Robert (CHS) et Stéphane Lardy (bureau confédéral de la CGT-FO)

C) Axes revendicatifs interprofessionnels : lieux et instances de mise en œuvre : rapporteur : Michel Dreyfus (CHS); grand témoin : Antoine Faesch (ancien membre du bureau confédéral de la CGT-FO)

  • FO : implantation et audience (1960-1980) : D. Andolfatto (Nancy 2), D. Labbé (IEP Grenoble)
  • FO et les Ordonnances Jeanneney : M. Dreyfus (CHS)
  • FO et l’indemnisation du chômage (1958-1984) : J. Freyssinet (Paris 1)
  • Force ouvrière et la construction des rapports de forces dans le domaine de la protection sociale, 1981-1984 : V. Avérous-Verclytte (doctorante IEP-Paris)
  • La formation, vecteur de la construction du paritarisme en France : l’exemple de FO : G. Brucy (unversité d’Amiens), L. Tanguy (GTM Paris 10)
  • Les sections syndicales FO de l’industrie pendant les années 68 : X. Vigna (université de Bourgogne)

12 h 30 : déjeuner

Après-midi : reprise des travaux (14 h)
présidents : Claude Pennetier (CHS) et Michèle Biaggi(bureau confédéral de la CGT-FO)

D) Branches et territoires : rapporteur : Jean-Marie Pernot (IRES); grand témoin : Paulette Hoffman (ancienne membre du bureau confédéral)

  • FO dans l'automobile, réalités et pratiques d'un syndicalisme de compromis : N. Hatzfeld (université de Paris 12)
  • FO, de l'espoir d'une seconde scission de la CGT à de nouvelles pratiques. Le cas des arsenaux de terre : P. Mortal (IRIS Lille 3)
  • La Fédération Force Ouvrière des PTT : du projet coopératif à l’autonomie budgétaire (1958-1973): B. Mahouche (Paris 8)
  • Les fonctionnaires FO dans les années 1960 et 1970, J. Siwek-Pouydesseau (CERSA Paris 2)
  • La Fédération FO des Cheminots : L. Botella (syndicaliste F0), Gonzalo San Geroteo (syndicaliste FO), G. Ribeill (chercheur)
  • FO et la construction de conventions collectives départementales du tertiaire en Seine-Maritime (années 1960 et années 1970) : M. Rolland-Simion (université de Rouen)
  • FO à la tête de la Caisse d’allocations familiales des Bouches-du-Rhône : J.C. Lahaxe (docteur en histoire)
  • FO dans l’Oise et la Somme : J.P. Besse (docteur en histoire)

Conclusions : Marie-Suzie Pungier (bureau confédéral de la CGT-FO)

Fin des travaux à 17 h 30.

Lieux

  • 141 avenue du Maine, Salle Léon Jouhaux
    Paris, France

Dates

  • jeudi 11 décembre 2008
  • vendredi 12 décembre 2008

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Force ouvrière, négociations collectives, conventions collectives, paritarisme, années 1960-1970

Contacts

  • Michel Pigenet
    courriel : michel [dot] pigenet [at] univ-paris1 [dot] fr
  • Sylvie Le Dantec
    courriel : ledantec [at] univ-paris1 [dot] fr

Source de l'information

  • Michel Pigenet
    courriel : michel [dot] pigenet [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Force ouvrière, acteur de la vie contractuelle et du paritarisme (fin des années 1950-début des années 1980) », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 20 novembre 2008, http://calenda.org/196018