AccueilLa fabrique du corps humain

La fabrique du corps humain

La machine, modèle du vivant

*  *  *

Publié le lundi 01 décembre 2008 par Marie Pellen

Résumé

Vésale, « père » de l’anatomie, dans son De Humani corporis Fabrica, dissèque des cadavres pour comprendre le fonctionnement du vivant. Vaucanson procède inversement : au lieu de fragmenter le corps, la machine le reconstruit en l’imitant. Le corps se voit ainsi modélisé par deux imaginaires : l’un le découpe et l’examine de l’intérieur ; l’autre le relie à la machine et l’extériorise. Ces deux modélisations engagent pourtant la même question de la fabrique du corps, de sa sculpture (construction, représentation, amélioration) et de sa réparation.

Annonce

Le colloque vise donc à examiner sous plusieurs angles la recréation du corps humain, depuis le moyen-âge français et oriental jusqu’à nos jours, recréation qui lui redonne la vie ou le fait vivre dans des éléments étrangers : histoire et modalités de la recréation et réparation mécanique ou biologique de ce corps, recréation totale (automates), partielle (prothèses) ou mixte (cellules vivantes) ; modes d’appréhensions littéraires (le double), artistiques (l’idée de fabrica) ou biologiques (le clone) de la re-production de ce corps, enjeux éthiques, philosophiques, artistiques de l’idée de machine humaine et du corps reproductible.
Son approche pluridisciplinaire permet à la fois de rendre compte d’un projet longuement mûri par les savants et les artistes du Moyen-âge à nos jours, pour créer un objet à la semblance du corps humain, de montrer au travers de la genèse du corps mécanique, l’évolution de la notion même d’être humain. Il souligne aussi la possibilité d’une appréhension du savoir sur la machine selon les modalités pratiquées par les humanistes, en ne privilégiant pas un mode de connaissance au profit d’un autre mais en faisant en sorte de convoquer le plus grand nombre de disciplines et de les faire converger vers le même objet de recherche, le corps humain.

L’origine de l’automate tel que le conçut Vaucanson est mixte : d’un point de vue scientifique, ses automates naissent de la rencontre de la chimie, des mathématiques et de la mécanique; d’un point de vue culturel, il est une création technique de la France des Lumières et des merveilles de l’Orient médiéval; d’un point de vue philosophique, il témoigne du progrès de l’esprit humain, mais aussi de la victoire de l’illusion (les automates leurrent les spectateurs en mangeant ou digérant comme un corps humain et le célèbre magicien Oudini dénoncera le subterfuge de Vaucanson), voire de la folie prométhéenne (le robot dépassant l’être humain qui l’a créé).
La création de l’automate oscille ainsi entre l’imaginaire et la réalité. La fabrique du corps humain, qu’elle soit mécanique ou biologique, entraîne la même oscillation.
Il s’agit de reconstituer la genèse et le devenir de la machine à la semblance et au service de l’homme, d’un point de vue scientifique et historique. Cette histoire objective et matérielle est à mettre en regard d’une histoire subjective qui replace la création des automates et la reconstruction du corps dans une dimension plus imaginaire et plus globale : la volonté de se dédoubler ou de se représenter comme une machine, témoigne chez l’être humain d’une blessure originelle physique et mentale à réparer. Naturellement, des enjeux éthiques et philosophiques surgissent de cette force reproductrice léguée à la machine, de cette soumission du corps à la mécanique, de cette révolte de l’humain, ressuscitant lui-même son corps, quand il n’en est pas lui-même le quasi-créateur.
Le colloque, par son approche pluridisciplinaire, tentera de répondre ainsi à deux questions fondamentales :

  • Pourquoi fabriquer un automate, créature anthropique, dans le réel ou la fiction ? Soigner, réparer, ressusciter, émerveiller ? Reproduire, dédoubler, modéliser, mécaniser le corps ? Victoire de la technique, de l’esprit, de l’homme contre Dieu, de l’imagination, de l’inhumanité?
  • Jusqu’où aller pour réparer le corps : substituer la machine à l’homme ? laisser mon corps se réparer ? Cloner mon corps ou mes cellules ? Donner au savant la propriété de mes cellules ?

Programme :

Jeudi 14 mai : sculpter sa propre statue : l’invention imaginaire d’un autre corps

8H45: accueil des participants

9h10 : allocutions de présentation : Bernard Bouhet (dir. MSH-Alpes), Isabelle Paillart (V.P. CS Université Stendhal, Grenoble), Véronique Adam (CRI, Université Stendhal)

9h30-10h30 : Conférence : Le canard de Vaucanson avait-il un cerveau ? Marc Jeannerod (Physiologie et sciences cognitives, Claude Bernard (Lyon I), INSERM, Institut des Sciences Cognitives, Académie des Sciences)                                                                 

 10h45 : pause

Histoire magique : corps de métal, corps métalliques/ Président : Andrea Carlino

11H00 : L'Armure médiévale: motricité, corps de métal et imaginaire social. Guillemette Bolens (littérature médiévale, Genève)

11h30 : Entre prouesse technique, cosmologie et magie, l’automate dans l’imaginaire de l’orient médiéval. Anna Caiozzo (histoire, Paris VII- Diderot, GEPEM)

12h00 : L’alchimie et la magie mathématique: du corps à la machine. Véronique Adam (littérature française, Toulouse II, CRI Grenoble)  

12h30 : repas

Histoire mimétique : anamorphose du corps dédoublé/ Président : Jean-Jacques Wunenburger (Philosophie, U. Lyon III Jean Moulin)

14h00 : Le double en littérature (XIXe-XXe). Cécile Kovάcshάzy (littérature comparée, U. de Limoges, EHIC)

14H30 Le thème du double entre littérature et philosophie ; de l'Eve future aux robots. Juliette Grange (Nancy II, LIRE-CNRS, ENS Lyon)
                                                                                                    
15H30 : pause

Histoire mimétique : des doubles mécaniques/ Président : Bernard Emery (U. Stendhal)

15h45 : La reproduction des automates : le cas de von Neumann. Pierre Cassou-Nogues (Philosophie, CNRS/UMR 8163/Savoirs, textes, langage)

16h15 : Pinocchio est-il un double ? Guia Boni (littérature italienne, Istituto Universitario Orientale di Napoli)                    

Fin du jour 1/ 16H45

Conférence au Musée Dauphinois

18h30-20h00 : Les créatures artificielles. Jean-Claude Heudin (dir. lab. de recherche de l'Institut International du Multimédia - Léonard de Vinci, Paris - La Défense)

Vendredi 15 mai : sculpter sa propre statue : la créature artificielle

Histoires d’une esthétique des corps fabriqués/ Président : Jean-Yves Goffi

9H00 : La notion de Fabrica entre anatomie, architecture et rhétorique dans la culture humaniste. Andrea Carlino (Histoire des sciences, Institut d’Histoire de la médecine, Genève)

9h30 : Devenir-machine, corps et technologie dans les avant-gardes, Giovanna Zapperi  (Histoire de l’art, I.E.A, Nantes)

10h00 Le corps ob-scène de l’art et de la science : l’artiste contre l’ingénieur ? Claude Fintz (Littérature française, U. Grenoble II-Pierre Mendès France, CRI

10H30 : pause

Histoires des nouvelles frontières du corps/ Présidente : Anne-Marie Benoit (MSH)

11h00 : Quel progrès en 30 siècles d’humanoïdes ? Jean-Arcady Meyer (Informatique, Paris VI, CNRS, Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique) et Agnès Guillot (Psychophysiologie, Paris X, Paris VI, ISIR)

11h30 : Transhumanistes et bioconservateurs. Jean-Yves Goffi (Philosophie, U. Grenoble II-Pierre Mendès France, Philosophie, Langages & Cognition (EA 3699)/GIERE)                                                                                           
12h00 : repas

Histoire d’une poétique : La machine, métaphore vive et modèle/

Président : Bernard Roukhomovsky (Lettres, U. Stendhal)

14h00: « La matière parle » ou le texte phonographe. Sylvie Thorel-Cailleteau (littérature française, U. Lille III)

14h30 : La modélisation du corps rieur au XVIIe siècle : l'automate plaqué sur le vivant. Dominique Bertrand (littérature française, U. Clermont Ferrand, Centre d'Etudes sur les Réformes, l'Humanisme et l'Âge Classique)

15h00 : La mécanique du cœur dans la fabrique de l'homme vertueux: une lecture hobbesienne de l'œuvre de La Rochefoucauld. Elsa Camille Pascuito (Lettres modernes, U. Grenoble III-Stendhal, CRI)                                       

15h30 : pause

Fictions de la machine : de la science à la littérature/ Présidente : Anna Caiozzo

15h45: Hypostases corps-machine dans la science-fiction. Rodica-Gabriela Chira (Littérature française, U. 1er décembre 1918-Alba Julia, Roumanie)

16h15 : La littérature des Lumières et le mythe de la machine. Daniela Galingani (Littérature du XVIIIe, U.deBologne)                                                                                                             

16H45/17h15 : conclusion

Organisation :

V. Adam, Anne-Marie Benoit (MSH)

Comité scientifique :

Anna Caiozzo (Histoire, Paris VII) ; Andrea Carlino (Histoire de la médecine, Genève) ; Daniela Gallingani (Littérature (XVIIIe), Bologne) ; Marc Jeannerod (Physiologie, Claude Bernard (Lyon I)) ; Jean-Claude Heudin (informatique et multimédia, Léonard de Vinci ; Régis Mache (Génétique moléculaire végétale, Joseph Fourier) Jean-Yves Goffi (philosophie, Université Pierre Mendès France) ; Jean-Jacques Wunenburger (Philosophie, Jean Moulin, Lyon III)

Catégories

Lieux

  • MSH-Alpes Domaine universitaire, 1221 av. Centrale
    Saint-Martin-d'Hères, France

Dates

  • jeudi 14 mai 2009
  • vendredi 15 mai 2009

Mots-clés

  • Vaucanson

Contacts

  • véronique adam
    courriel : veroniqueadam [at] gmail [dot] com
  • Elsa Camille Pascuito
    courriel : presse [at] vaucanson2009 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • véronique adam
    courriel : veroniqueadam [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La fabrique du corps humain », Colloque, Calenda, Publié le lundi 01 décembre 2008, http://calenda.org/196068