AccueilÉvaluation des compétences scolaires : nouvelles perspectives

*  *  *

Publié le vendredi 05 décembre 2008 par Marie Pellen

Résumé

Dans le cadre des journées scientifiques de l'Université de Nantes, Le LABECD (Laboratoire de psychologie éducation, cognition, développement) et l'ERT-E 50 (Équipe de recherche technologie en éducation « Apprendre à apprendre ») lancent un appel à communication pour leur colloque intitulé « Évaluation des compétences scolaires : nouvelles perspectives », colloque qui se tiendra les 8 et 9 juin 2009 à Nantes.

Annonce

Durant la première moitié du XXe siècle, les pratiques d’évaluation qui se sont développées dans le champ scolaire ont eu essentiellement pour finalité de classer les élèves et plus largement de maintenir l’ordre social. Les outils d’évaluation créés par les psychologues se sont essentiellement orientés vers la prise en compte des performances, les progrès de la psychométrie donnant une assise scientifique à ces outils. A partir des années 1950, la prise de conscience de l’échec scolaire et la nécessité d’élever le niveau de formation a progressivement conduit les systèmes éducatifs à s’interroger sur leur propre efficacité et consécutivement à développer les premières évaluations internationales. Les psychologues, quant à eux, ont commencé à diversifier leurs outils d’évaluation pour mieux appréhender la diversité des échecs scolaires, sans pour autant délaisser la logique de classement caractéristique de la période précédente. Ce n’est véritablement qu’à partir des années 1970, dans le contexte des crises économiques successives, qu’ont été remises en cause les pratiques traditionnelles d’évaluation. De nouvelles enquêtes internationales et nationales ont ainsi été élaborées afin de mieux identifier les parcours des élèves et leurs difficultés dans les apprentissages. De même, en psychologie, de nouveaux outils d’évaluation ont été conçus afin d’identifier les compétences en jeu dans les apprentissages et, au-delà, d’imaginer des programmes d’intervention.
Les connaissances et compétences nécessaires pour former les élèves dans une société en pleine évolution conduisent depuis peu à s’interroger sur les apprentissages scolaires à développer, à la fois en termes de contenus et de méthodes. Au niveau européen, la recommandation datée du 18 décembre 2006 du Parlement et du Conseil définit huit compétences clés et transversales pour l’éducation et la formation tout au long de la vie et décrit les connaissances, aptitudes et attitudes essentielles attachées à chacune d’elles. Ces huit compétences clés, qui s’inscrivent dans le cadre des objectifs du programme Education et formation 2010 sont : la communication dans la langue maternelle, la communication en langues étrangères, la compétence en mathématique et les compétences de base en sciences et technologies, la compétence numérique, apprendre à apprendre, les compétences sociales et civiques, l’esprit d’initiative et d’entreprise, la sensibilité et l’expression culturelles. Ces compétences devraient être acquises pendant la formation initiale, pour préparer les jeunes à la vie d’adulte, et notamment à la vie professionnelle, tout en constituant une base pour les apprentissages ultérieurs.
Aujourd’hui, de nombreux outils et pratiques d’évaluation sont clairement orientés vers l’analyse diagnostique des compétences et des trajectoires scolaires. Les résultats issus de divers dispositifs d’évaluation sont utilisés afin d’orienter les politiques éducatives nationales et les enseignants disposent d’outils professionnels fournissant des repères pour comprendre les erreurs des élèves. Parallèlement, face aux difficultés importantes et durables que rencontrent certains élèves au cours de leur scolarité, les psychologues peuvent utiliser des outils d’évaluation spécifiques afin de déterminer l’ampleur des difficultés, et, en lien avec les recherches en psychologie de la cognition et du développement et en neuropsychologie, d’identifier les processus cognitifs défaillants ainsi que les ressources cognitives disponibles.
Bien qu’il existe une plus grande diversité d’épreuves pour l’évaluation diagnostique ou pronostique des difficultés des élèves, bien des problèmes restent en suspens. Ainsi, par exemple, certaines évaluations académiques nationales présentent un découpage en compétences disciplinaires qui semble peu pertinent eu égard aux compétences cognitives qui sont sollicitées. On observe par ailleurs que les pratiques d’évaluation des enseignants restent relativement normatives, y compris lorsqu’elles sont conçues dans une visée diagnostique. Au-delà des questions de mesure et de validité que posent certains outils, le champ des compétences appréhendées par les évaluations psychologiques reste encore relativement étroit. En effet, si les psychologues disposent d’évaluations pertinentes pour appréhender le fonctionnement langagier oral et écrit et les compétences cognitives associées aux difficultés dans ce domaine, bien des secteurs de compétences restent peu évalués. Il en va ainsi, en particulier, de l’orthographe, de la production écrite et, dans une moindre mesure, des compétences numériques. Par ailleurs, les aspects émotionnels, motivationnels ou conatifs restent peu pris en compte alors même qu’ils jouent un rôle important dans la construction des compétences et qu’ils sont perçus comme devant être nécessairement intégrés aux projets de prise en charge de nombre d’enfants en difficulté.  Les outils utilisés ont été le plus souvent étalonnés et standardisés sur des populations d’enfants français « standards» et ne sont pas adaptés aux élèves ayant une culture et une langue d’origine différentes, voire même deux cultures. Ainsi les enseignants et les psychologues sont le plus souvent démunis pour évaluer correctement les compétences des enfants issus de l’immigration (enfants allophones, bilingues, etc.) et ils ne peuvent utiliser, par exemple, l’étalonnage proposé.
  • LES OBJECTIFS DU COLLOQUE

L'objectif principal est de présenter des recherches en psychologie du développement et de l'éducation susceptibles d'ouvrir des perspectives nouvelles en matière d'évaluation des compétences dans le cadre scolaire. Ce colloque doit permettre en particulier de contribuer à dresser un inventaire des outils d'évaluation récents validés ou en cours de validation destinés à appréhender tant les acquisitions fondamentales du lire-écrire-compter que les dimensions cognitives, émotionnelles, motivationnelles et conatives impliquées dans la construction de compétences clés. L'objectif est également de recenser ceux plus particulièrement destinés à l'évaluation diagnostique des enfants présentant des besoins spécifiques (troubles des acquisitions scolaires ou du développement).

  • L'APPEL A COMMUNICATION

Les propositions de communications peuvent être orales ou affichées.
Elles seront à établir et à transmettre, à partir du formulaire de soumission ci-après mais aussi téléchargeable sur le site du LABECD et sur le site de l’Université de Nantes

Date limite d'envoi des soumissions par e-mail : 9 février 2009.
Date limite d'envoi des notifications d'acceptation des soumissions : 31 mars 2009.

  • LES ORGANISATEURS RESPONSABLES

Isabelle Nocus, Philippe Guimard, Agnès Florin & Mohamed Bernoussi

Catégories

Lieux

  • Cité des congrès et Université de Nantes
    Nantes, France

Dates

  • lundi 09 février 2009

Mots-clés

  • éducation, évaluation scolaire

Contacts

  • Sylvie Sotuela
    courriel : sylvie [dot] sotuela [at] univ-nantes [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sylvie Guionnet
    courriel : sylvie [dot] guionnet [at] univ-nantes [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Évaluation des compétences scolaires : nouvelles perspectives », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 05 décembre 2008, http://calenda.org/196142