AccueilUsages populaires de l'espace

Usages populaires de l'espace

Espaces et Sociétés n° 143 / 2011

*  *  *

Publié le lundi 22 décembre 2008 par Delphine Cavallo

Résumé

Ce numéro d'Espaces et sociétés s'interrogera sur l'existence et la consistance des usages populaires de l'espace, c'est-à-dire les façons spécifiquement populaires d'occuper et d'utiliser l'espace. Le terme « populaire » renvoie ici à des milieux sociaux qui se trouvent au bas de l'échelle sociale structurée par la division du travail et qui jadis incarnaient « le Peuple » du fait qu'ils représentaient la très large majorité de la population. Ces usages seraient « spécifiquement populaires » à partir du moment où ils ne se constateraient pas dans les milieux sociaux supérieurs. Ils peuvent être anciens ou récents, concerner différentes fractions des milieux populaires, s'exprimer dans un cadre public ou privé, en milieu urbain ou rural, en France ou à l'étranger.

Annonce

Appel à articles

Existe-t-il des usages populaires de l’espace, c’est-à-dire des façons spécifiquement populaires d’occuper et d’utiliser l’espace ? Comment définir le caractère « populaire » de tel ou tel usage ?

Le terme « populaire » renvoie ici à des milieux sociaux qui se trouvent au bas de l’échelle sociale structurée par la division du travail, et qui jadis incarnaient « le Peuple » du fait qu’ils représentaient la très large majorité de la population. Ces usages de l’espace seraient « spécifiquement populaires » à partir du moment où ils ne se constateraient pas dans les milieux sociaux supérieurs.

Ces usages populaires de l’espace peuvent être anciens ou récents, concerner une fraction (les jeunes, les femmes, les sportifs, les alcooliques, etc.) ou la totalité du milieu populaire, renvoyer au quotidien ou à l’extraordinaire (fêtes, révoltes, vacances, manifestations diverses, etc.), dans ou en dehors de l’espace résidentiel (parcs, squares, rives des rivières et des fleuves, centres commerciaux, transports en commun, etc.), dans un cadre public ou privé, en milieu urbain ou rural, en France ou à l’étranger (en Europe notamment).

Pour les décrire, il s’agira de cerner leur temporalité, leur localisation ainsi que l’étendue des acteurs et des milieux sociaux qu’ils concernent.

L’utilisation habituelle de la rue comme lieu de vie et non comme simple lieu de passage correspond par exemple à un usage populaire de l’espace urbain que nous qualifions de typique. Du Paris du XVIIIe siècle décrit par Arlette Farge jusqu’à aujourd’hui en passant par le Gavroche de Victor Hugo pour le XIXe, nous constatons que les plus pauvres envisagent et utilisent la rue comme un lieu de vie habituel, un lieu où toutes les émotions et activités sont possibles, un lieu habituel d’ennui, d’attente, d’urgence, de repos, de commerce, de loisir... Cet usage populaire de l’espace, dicté par la nécessité dans un premier temps puis souvent par une dimension culturelle spécifique dans un second temps, concernait autrefois la majorité de la population, il ne concerne plus aujourd’hui en France qu’une minorité dite « marginalisée » ou « exclue », dont la présence stagnante dans l’espace public pose souvent un problème au reste de la société, une problématique particulièrement sensible dans les cités HLM, les centres commerciaux, les gares ferroviaires, etc. Qu’en est-il dans les autres villes et pays européens ?

On avance souvent des « causes culturelles » pour expliquer le rapport à l’espace de telle ou telle population, immigrée notamment, ces causes se référant en général à une culture nationale ou régionale sans que la culture du milieu social (ou la « culture de classe ») ne soit prise en compte, ni, bien sûr, les nécessités socio-économiques qui l’ont déterminée ou du moins influencée.

Cet appel à articles entend complexifier de telles analyses en introduisant des références culturelles typiquement « populaires » pour qualifier des usages de l’espace qui transcendent plus ou moins les frontières culturelles induites, par exemple, par le concept de « Nation », du fait qu’ils renvoient à des nécessités spécifiques aux populations qui, où qu’elles se trouvent, rencontrent d’importantes difficultés économiques.

L’appel s’intéresse également aux représentations de ces usages populaires de l’espace (artistiques ou politiques, profanes ou scientifiques), à la manière dont elles renvoient à des causes culturalistes ou matérialistes et à la façon dont ces représentations et ces usages sont perçus comme nuisibles ou bénéfiques.

COORDINATION DU DOSSIER

Marie-Hélène Bacqué et Thomas Sauvadet

CALENDRIER

  • 15 juillet 2009 : date limite de remise des articles
  • 1er octobre2009 : informations aux auteurs

ADRESSE POUR LA CORRESPONDANCE

de préférence en version électronique par courriel

ou par voie postale en quatre exemplaires :

Marie-Hélène Bacqué
L’OUEST / CRESSAC-CRH
ENSA Paris-Val de Seine
3-15 quai Panhard et Levassor
75013 Paris

Attention, dorénavant la revue ne demande plus de propositions d’articles mais directement les articles.
Les articles ne dépasseront pas 42 000 signes (espaces compris) en incluant : texte, notes, références bibliographiques, annexes, mais hors résumés.
Les conseils aux auteurs figurent dans chaque numéro.
Les normes de présentation et les conseils aux auteurs sont disponibles sur le site de la revue : http://www.espacesetsocietes.msh-paris.fr

Dates

  • mercredi 15 juillet 2009

Fichiers attachés

Mots-clés

  • usages, populaire, espace, représentations

Contacts

  • Marie-Hélène Bacqué
    courriel : mhbacque [at] club-internet [dot] fr
  • Thomas Sauvadet
    courriel : thomassauvadet [at] hotmail [dot] com
  • Joëlle Jacquin (secrétaire de rédaction d'Espaces et Sociétés) ~
    courriel : espacesetsocietes [at] msh-paris [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Joëlle Jacquin
    courriel : espacesetsocietes [at] msh-paris [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Usages populaires de l'espace », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 22 décembre 2008, http://calenda.org/196226