AccueilClisthène et Lycurgue d’Athènes. Autour du politique dans la cité classique

*  *  *

Publié le lundi 05 janvier 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

Soucieux d'associer une étude de la politique (au sens étroit et institutionnel du terme) et du politique (au sens de l'ensemble des pratiques sociales définissant la vie en cité), ce colloque se propose d’examiner deux événements-phare dans l’histoire de la démocratie athénienne. Aux deux extrémités de ce qu’il est convenu d’appeler la cité classique, le moment clisthénien et la refondation lycurguéenne permettent d’envisager le politique de façon élargie. Ces deux moments charnières sont l’occasion rêvée d’entrevoir, à la manière d’une coupe géologique, le politique dans ses multiples articulations.

Annonce

Pour les Grecs, la politique était loin de se réduire aux seuls mécanismes institutionnels. Chez Aristote, ta politica désigne en effet tout ce qui concerne la polis. Et la polis représente l'organisme naturel dans lequel l’homme peut mener une vie heureuse, faite d’activités très diverses, qui ne se limitent nullement à la participation à l’exercice du pouvoir. C’est pour tenir compte de cette définition grecque, bien distincte de la nôtre, qu’on parlera ici du politique et non de la politique : par ce léger décalage, on privilégiera une approche englobante du phénomène, selon une tradition d’analyse remontant aux Grecs eux-mêmes et réactivée au siècle dernier par Carl Schmitt et Hannah Arendt. Invoquer une telle conception ne va toutefois pas sans risque : elle donne au politique un caractère totalisant, voire totalitaire, au risque de dissoudre la notion en lui donnant une extension exagérée. Le travail de l’historien consiste dès lors à étudier les articulations changeantes entre la politique, au sens étroit du terme (institutions et vie politique), et le politique au sens large – l’ensemble des pratiques sociales définissant la vie en cité. C’est dans cette perspective que le colloque se propose d’examiner deux événements-phare dans l’histoire d’Athènes qui, historiographiquement, ont souvent été lus comme des moments de rupture – rupture que nous souhaiterions interroger. Aux deux extrémités de ce qu’il est convenu d’appeler la cité classique, le moment clisthénien et la refondation lycurguéenne permettent d’envisager le politique de façon élargie.

• En amont, le moment clisthénien est généralement présenté, dans l’historiographie, comme le coup d’envoi de la démocratisation de la cité. De fait, ces réformes, autant qu’on puisse les reconstituer, ont de multiples facettes : elles combinent des luttes politiques, où l’on devine des innovations institutionnelles stricto sensu (avec la transformation de la Boulè notamment), des jeux d’influence socio-économique (avec la question des hétairies) et, enfin, un nouveau découpage territorial (lié à la redistribution de la population civique dans ces nouveaux cadres et débouchant sur la redéfinition de l’identité civique). Autant d’éléments susceptibles de révéler une configuration particulièrement riche du politique.

• En miroir, on analysera, en aval, la période lycurguéenne des années 340/320 av. J.-C. Ce moment correspond en effet à une réorganisation profonde de la cité, tant sur le plan politique (avec l’instauration de l’ekklesia kuria, l’assemblée principale), militaire (avec la réforme de l’éphébie notamment), économique (avec la réorganisation des finances civiques), mais aussi culturel (puisqu’on fixe un texte officiel pour les trois grands Tragiques du Ve siècle) et religieux (les statues et les temples de l’Acropole sont restaurés). Cette phase aboutit à la création d’une nouvelle société politique athénienne, désormais mieux hiérarchisée et formalisant davantage les rapports entre les différentes sphères de l’activité sociale. C’est au demeurant cette Athènes là qui est décrite dans l’œuvre d’Aristote – une œuvre qui, précisément, distingue et hiérarchise, et sur laquelle se fondent bon nombre d’historiens et de philosophes contemporain pour penser le politique. Ces deux moments charnières sont peut-être l’occasion rêvée d’entrevoir, à la manière d’une coupe géologique, le politique dans ses multiples articulations.

VENDREDI 30 JANVIER 2009

Matin

9h15 V. AZOULAY et P. ISMARD (Paris-Est)
Introduction générale

10h00 Pascal PAYEN (Toulouse)
Clisthène et Lycurgue d’Athènes : la politique entre révolution et tradition. Parcours historiographique

10h30 Discussions et pause

I. Autour de la notion d’événement politique : la réforme clisthénienne

11h00 Josiah OBER (Stanford)
Cleisthenes’ “machine” in Lycurgus’ Athens. Cephisophon’s decree revisited

11h30 Egon FLAIG (Greifswald)
La Révolution athénienne de 507. Un mythe fondateur ‘oublié’

12h00 Giorgio CAMASSA (Udine)
Les (nouvelles) lois de Clisthène

12h30 Discussions et déjeuner

Après-midi

II. Autour de la notion d’événement politique : le moment lycurguéen

14h30 Michele FARAGUNA (Trieste)
Lycourgan Athens ?
[répondant : Patrice Brun]

15h15 Graham OLIVER (Liverpool)
Les origines du changement à Athènes sous Lycurgue : pressions sociales, économiques et politiques dans la polis au IVe siècle av. J.-C.

15h45 Discussions et pause

III. De l’événement au monument : ruptures et continuités

16h30 Maria Chiara MONACO (Athènes)
Tra continuità e cesure : l’Acropoli e l’Agora di Atene come spazi delle dediche pubbliche e private (340-320 a.C.)

17h00 Francis PROST (ENS Ulm)
De Clisthène à Lycurgue ou l’invention du monument démocratique

17h30 Daniela MARCHIANDI (Turin)
Il peribolo funerario attico : lo specchio di una ‘borghesia’

18h00 Discussions

SAMEDI 31 JANVIER 2009

Matin

IV. Le politique élargi : la citoyenneté entre statut et pratiques

9h00 Évelyne SCHEID-TISSINIER (Paris-XIII)
Les dèmes, lieux de citoyenneté, lieu de conflits

9h30 Paulin ISMARD (Paris-Est/MLV)
Les associations et la réforme clisthénienne : le politique « par le bas »

10h00 Alain DUPLOUY (Paris-I)
Observations sur les modes de citoyenneté archaïques et classiques

10h30 Discussions et pause

V. Le politique élargi : religion et communauté

11h00 François DE POLIGNAC (EPHE)
Après Ajax, Hippothoon : les héros « marginaux » du système clisthénien

11h30 Josine BLOK (Utrecht)
Hiera kai hosia and the nature of the Athenian polis

12h00 Discussions

Après-midi

VI. Le politique élargi au prisme de Lycurgue

14h00 Stephen LAMBERT (Cardiff)
Some shifts in "the political" in Lykourgan Athens

14h30 Vincent AZOULAY (Paris-Est/MLV)
Lycurgue et l’invention d’un nouveau koinon : autour du Contre Léocrate

15h00 Discussions et pause

15h45 Pauline SCHMITT PANTEL (Paris-I)
Moeurs et Politique : l’énigmatique Lycurgue

16h15 Violaine SEBILLOTTE CUCHET (Paris-I)
Sexes, genre et idéologie civique : les dessus et les dessous du Contre Léocrate

16h45 Discussions

17h15 Claude MOSSÉ (Paris-VIII)
Conclusions

Lieux

  • INHA, 2 rue Vivienne, salle Giorgio Vasari
    Paris, France

Dates

  • vendredi 30 janvier 2009
  • samedi 31 janvier 2009

Mots-clés

  • démocratie, Athènes, événement, politique, Antiquité, historiographie

Contacts

  • Vincent Azoulay
    courriel : vincent [dot] azoulay [at] noos [dot] fr

Source de l'information

  • Vincent Azoulay
    courriel : vincent [dot] azoulay [at] noos [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Clisthène et Lycurgue d’Athènes. Autour du politique dans la cité classique », Colloque, Calenda, Publié le lundi 05 janvier 2009, http://calenda.org/196248