AccueilValeur(s) de l'art contemporain : exposition, économie, usage

*  *  *

Publié le mercredi 07 janvier 2009 par Marie Pellen

Résumé

De quoi parle-t-on lorsqu’on évoque la valeur de l’art en lien avec la production artistique actuelle ? Parle-t-on de l’œuvre d’art comme d’une abstraction de la monnaie (valeur fiduciaire) propice à une spéculation financière dérégulée (valeur spéculative) ? Peut-on relier la valeur économique d’une œuvre d’art à sa dimension critique ? On observe par exemple un parallèle entre la cote élevée de certains artistes et leur volonté de transgression — voire de provocation — comme chez les Young British Artists, Maurizio Cattelan, Jeff Koons, etc. Interrogeons-nous sur le point de vue adopté pour parler des objets : quelle est la place des enjeux économiques dans la valeur accordée aux œuvres d’art ? Une œuvre est-elle célébrée parce que plébiscitée par le marché de l’art ou sa valeur marchande est-elle une conséquence de ses « qualités » artistiques.

Annonce

Appel à contribution Marges 11

Valeur(s) de l’art contemporain : exposition, économie, usage.

            De quoi parle-t-on lorsqu’on évoque la valeur de l’art en lien avec la production artistique actuelle ? Parle-t-on de l’œuvre d’art comme d’une abstraction de la monnaie (valeur fiduciaire) propice à une spéculation financière dérégulée (valeur spéculative) ? Peut-on relier la valeur économique d’une œuvre d’art à sa dimension critique ? On observe par exemple un parallèle entre la cote élevée de certains artistes et leur volonté de transgression — voire de provocation — comme chez les Young British Artists, Maurizio Cattelan, Jeff Koons, etc. Interrogeons-nous sur le point de vue adopté pour parler des objets : quelle est la place des enjeux économiques dans la valeur accordée aux œuvres d’art ? Une œuvre est-elle célébrée parce que plébiscitée par le marché de l’art ou sa valeur marchande est-elle une conséquence de ses « qualités » artistiques.

Sur quoi s’arrête notre attention lorsqu’on évoque la valeur de l’art ? La valeur doit-elle se concevoir comme une caractéristique intrinsèque à une classe d’objet (l’œuvre d’art), naît-elle dans la confrontation avec le « regardeur » ; se constitue-t-elle par comparaison avec d’autres objets (de l’histoire de l’art à l’exposition) ou plus prosaïquement répond-elle à une nécessité professionnelle (le monde de l’art). Peut-on considérer la valeur d’exposition comme une tentative de substitution de l’évaluation de l’œuvre l’art à l’évaluation de l’exposition, autrement dit comme un glissement de la critique d’art vers la critique d’exposition.

La sociologie d’un Howard Becker a montré que la production d’une œuvre d’art dépendait d’un réseau d’interactions complexes. Sur ce modèle, on pourrait se demander de quelle manière se construit la valeur critique d’une œuvre. Par exemple, comment se fait-il qu’une œuvre plutôt qu’une autre jouisse d’une fortune critique, comment expliquer les disparités dans les valeurs accordées aux différentes productions artistiques actuelles ? Plus généralement, quels éléments nous informent sur la valeur d’une œuvre ?

On peut envisager différents axes de réflexion :

  • Rôle de l’exposition dans l’attribution de la valeur ;
  • Valeur symbolique et utilité sociale ;
  • Dimension morale et éthique des œuvres ;
  • Dimension prescriptive ou normative de la valeur ;
  • Hiérarchie et/ou conflit de valeurs (Corrélation entre les différents systèmes de valeurs pour le fonctionnement d’un « système de l’art ») ;
  • Création d’une plus-value esthétique et/ou artistique ;
  • Marché de l’art ;
  • Critères pour l’évaluation de l’art ;

Afin de traiter de cette question, la revue Marges fait appel aux jeunes chercheurs des disciplines susceptibles d’être concernées (esthétique, arts plastiques, sociologie, histoire de l’art, économie…).

Cet appel à contribution a pour finalité une journée d’étude et une publication au sein d’un numéro thématique de Marges. Les propositions devront nous parvenir sous forme d’une problématique résumée (3000 signes espaces compris) avant le 15 février 2009 par courriel à jerome.glicenstein@club-internet.fr.
Les textes définitifs des propositions retenues devront nous parvenir avant le 1er juin 2009 (40 000 signes espaces compris). La journée d’étude aura lieu en juin 2009 à Paris, à l’INHA. Le numéro 11 de la revue Marges paraîtra fin 2010.

Catégories

Lieux

  • INHA
    Paris, France

Dates

  • dimanche 15 février 2009

Mots-clés

  • art contemporain, valeur économique, valeur d'usage, valeur d'exposition, valeur critique, marché de l'art

Contacts

  • Jérôme Glicenstein
    courriel : jerome [dot] glicenstein [at] club-internet [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Nadia Ghanem
    courriel : nadiaghanem [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Valeur(s) de l'art contemporain : exposition, économie, usage », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 07 janvier 2009, http://calenda.org/196280