AccueilBarrettes, soutanes et souliers mignons

Barrettes, soutanes et souliers mignons

Portraits d'hommes d'église dans les campagnes françaises (XVe - XIXe siècle)

*  *  *

Publié le mercredi 07 janvier 2009 par Marie Pellen

Résumé

Cette journée d'études est le prolongement d'une première rencontre organisée à l'Université de Toulouse II en Septembre 2008, consacrée à « La culture artistique des prêtres en milieu rural (XVe-XIXe siècle) » Il s'agit cette fois d'explorer une nouvelle piste, celle de l'image du prêtre, du curé de campagne figuré par le biais de portraits ou acteur de scènes narratives. Une réflexion qui devrait nous permettre de mieux comprendre le rôle du prêtre dans la société d' Ancien Régime et la perception de sa propre condition.

Annonce

Le 23 septembre 2008 s’est tenue à l’Université de Toulouse II une journée d’études consacrée à La culture artistique des prêtres en milieu rural (XVe-XIXe siècle). Cette manifestation a permis de mieux comprendre quel était alors le rôle du clergé séculier dans la commande des œuvres d’art destinées aux paroisses de campagne. Les différents intervenants, impliqués dans l’étude ou la conservation du patrimoine religieux, ont montré que la commande pouvait être à la fois affaire de goûts personnels, d’usages dictés par la hiérarchie, ou encore liée aux réseaux familiaux ou personnels des prêtres. Ces facteurs influencèrent non seulement le choix des exécutants, mais aussi des sujets, voire le style des oeuvres.

Il s’agit à présent d’explorer une seconde piste : celle de l’image du prêtre dans le cadre de la paroisse rurale. Il conviendra de faire cette fois-ci appel aux représentations, au sens propre du terme. Si l’on considère le patrimoine religieux en prenant en compte tous les supports disponibles (peintures murales, retables, sculptures, ouvrages imprimés…), il est d’ores et déjà possible d’établir un corpus assez riche. Les curés de campagne ont été figurés par le biais de portraits, ils apparaissent aussi au sein de scènes narratives, ou encore d’images plus emblématiques telles que sceaux, plates-tombes ou estampes. Face à ce patrimoine, et au-delà de la simple énumération, nous tenterons de faire ressortir les lignes forces de la représentation du prêtre au sein de son église, entre les XVe et XIXe siècle.

En laissant de côté l’approche strictement descriptive, plusieurs questions peuvent être soulevées : comment les prêtres se sont-ils fait représenter ? Dans quels contextes ? La construction de l’image du prêtre dans l’art, depuis le bas Moyen Âge, documente à la fois la perception que ces hommes avaient d’eux-mêmes (de leur statut et de leur fonction au sein de la paroisse),  et le regard que les artisans et les fidèles portaient sur leur personne. Du guide de cortèges processionnels au faiseur de miracles, du célébrant de l’autel au « notable » en soutane… les représentations sont autant de clichés qui questionnent les échanges avec la culture du temps. Ces images sont-elles le reflet des indications que textes et traditions orales nous ont transmises ?  De même que le saint terrassant le mal, le prêtre est-il montré comme un symbole de la proclamation ou de la réaffirmation des dogmes chrétiens, du Moyen Âge au Renouveau religieux du XIXe siècle ?  Le métier de prêtre, réalisé dans la pratique des sacrements, l’exercice de la parole ou l’assistance aux personnes a-t-il été valorisé par le biais de l’image ? Quelle signification accorder à l’émergence du portrait individuel ? Entre restitution réaliste et idéalisation, comment distinguer avec justesse les choix de l’artisan des exigences du sujet peint ?

Les difficultés de l’interprétation sont parfois accrues par les poncifs hérités des siècles passés, mais toujours vivaces : l’image du prêtre-pasteur, pourtant censé être un modèle au sein de la paroisse, est souvent teintée d’ironie, de moquerie voire de déni. De l’aimable portrait à la caricature…. que penser des substrats de l’imaginaire très critique qui s’est bâti au fil des siècles autour de la figure du curé, de son emprise sur les fidèles, du pouvoir exercé au sein de la paroisse ?

Pour mieux comprendre le rôle du prêtre dans la société d’Ancien Régime, son « intelligence » des images, de la production artistique et de la représentation de sa propre condition, une réflexion à partir des objets conservés s’impose. La constitution d’un corpus des représentations paraît donc essentielle pour la confrontation des angles d’approche et des points de vue, tant historiques qu’artistiques. 

Les propositions de communications seront envoyées avant le 30 janvier aux adresses suivantes :

sduhem@wanadoo.fr

marc.salvanguillotin@neuf.fr

Le temps de présentation sera de 15 minutes

Les participants remettront l’article issu de la communication le 15 juin

Lieux

  • Maison de la recherche, salle D 31, campus du Mirail, Université de Toulouse II, 5 all. antonio Machado,
    Toulouse, France

Dates

  • mardi 12 mai 2009

Mots-clés

  • images, prêtre, production artistique, paroisses rurales

Contacts

  • Marc Salvan Guillotin
    courriel : marc [dot] salvanguillotin [at] neuf [dot] fr

Source de l'information

  • Sophie Duhem
    courriel : sduhem [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Barrettes, soutanes et souliers mignons », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 07 janvier 2009, http://calenda.org/196281