AccueilSurveiller la ville. Organisation et pratiques de la police lyonnaise au XIXe siècle

*  *  *

Publié le mercredi 14 janvier 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

Jusqu’à présent, l’histoire de Lyon au XIXe siècle a surtout été celle des colères sporadiques de la ville, et particulièrement de ses ouvriers tisseurs, ces fameux canuts qui, en 1831, déclaraient vouloir « mourir en combattant » ou « vivre en travaillant ». Ce poids des révoltes lyonnaises a longtemps marqué l’historiographie : les années 1960 et 1970 voient ainsi se multiplier quantité d’études universitaires autour de l’histoire politique et sociale (syndicats, partis, événements politiques…). Cependant, les questions du maintien de l’ordre et de la surveillance de la ville n’ont pas profité de ce mouvement et ont largement été laissées de côté. Il faut attendre les années 1980 pour voir réalisés les premiers travaux universitaires sur ces thèmes, travaux qui ont connu un réel essor depuis le début des années 1990, avec le développement des recherches à l’échelle nationale. Cette table ronde entend ainsi s’inscrire dans ce mouvement, et illustrer l’aboutissement de plusieurs travaux de recherches.

Annonce

Table ronde organisée par le Laboratoire de Recherche Historique en Rhône-Alpes (LARHRA, UMR 5190)
Equipes « Villes et sociétés urbaines » et « RESEA-EMIS »

Lieu : Institut des Sciences de l’Homme, 14-16 avenue Berthelot, Lyon 7e. Salle André Bollier

Jusqu’à présent, l’histoire de Lyon au XIXe siècle a surtout été celle des colères sporadiques de la ville, et particulièrement de ses ouvriers tisseurs, ces fameux canuts qui, en 1831, déclaraient vouloir « mourir en combattant » ou « vivre en travaillant ». Ce poids des révoltes lyonnaises a longtemps marqué l’historiographie : les années 1960 et 1970 voient ainsi se multiplier quantité d’études universitaires autour de l’histoire politique et sociale (syndicats, partis, événements politiques…). Cependant, les questions du maintien de l’ordre et de la surveillance de la ville n’ont pas profité de ce mouvement et ont largement été laissées de côté. Il faut attendre les années 1980 pour voir réalisés les premiers travaux universitaires sur ces thèmes, travaux qui ont connu un réel essor depuis le début des années 1990, avec le développement des recherches à l’échelle nationale. Cette table ronde entend ainsi s’inscrire dans ce mouvement, et illustrer l’aboutissement de plusieurs travaux de recherches. Elle s’articulera autour de deux axes principaux. Il s’agira d’abord de l’organisation progressive de la surveillance au sein de la ville de Lyon, avec les cas de la police politique et celle de sûreté. La question du poids des hommes, de la progressive structuration des services et de la nécessaire dépersonnalisation du maintien de l’ordre seront au cœur des interventions. Ensuite, seront examinées les méthodes de la police lyonnaise, avec les exemples de la presse anarchiste et des jeux sous la Troisième République. Dans le cadre d’une police d’Etat, fortement hiérarchisée et placée toute entière ou presque entre les mains du préfet du Rhône, plusieurs thèmes seront abordés, notamment la collaboration entre les services, les liens avec la magistrature, les rapports entre préfecture et municipalités lyonnaises. 

Programme

 09h-09h30.  Accueil des participants.

Bruno DUMONS (Chargé de recherche CNRS, Responsable de l’équipe « Villes et sociétés urbaines »)

 09h30-09h45.  Introduction générale.

Olivier FAURE (Professeur des Universités, Université Jean Moulin Lyon 3, Responsable de l’équipe « EMIS »)

09h45-10h. Présentation de la journée.

Florent PRIEUR (Doctorant, ATER, Université Paris I – Equipe « Villes et sociétés urbaines »)

10h-12h. Maintenir l’ordre à Lyon : hommes et organisation (1800-1914)

Présidence : Igor MOULLIER (Maître de conférences en histoire moderne, ENS-LSH, Equipe « Villes et sociétés urbaines »)

Amos FRAPPA (Professeur, Lycée Dumont d’Urville, Toulon), La sûreté en personne. Le commissaire François Rousset et « la police des voleurs » à Lyon (1800-1835) 

Florent PRIEUR (Doctorant, ATER, Université Paris I – Equipe « Villes et sociétés urbaines »), Défendre le régime, surveiller ses opposants : l’Etat et la police politique à Lyon (1800-1914)

12h-14h.  Déjeuner

 14h-16h. Objets et méthodes de la police lyonnaise sous la Troisième République

Présidence : Olivier FAURE (Professeur des Universités, Université Jean Moulin Lyon 3, Responsable de l’équipe « EMIS »)

Marc JAMPY (Doctorant, Université Jean Moulin Lyon 3 – Equipe « EMIS », Professeur, Lycée Saint-Exupéry, Lyon), La surveillance de la presse anarchiste lyonnaise (1870-1914) 

Sandra JAHN (Doctorante, Université Jean Moulin Lyon 3 – Equipe « EMIS »), La police des jeux à Lyon (1880-1907)

16h-16h30.      Pause

 16h30-17h30. Conclusions et thèmes de la prochaine table ronde           

Lieux

  • Institut des Sciences de l'Homme, 12-14 avenue Berthelot, salle André Bollier
    Lyon, France

Dates

  • vendredi 06 mars 2009

Fichiers attachés

Mots-clés

  • police, maintien de l'ordre, surveillance, sûreté, police politique, presse, jeux, anarchisme, Lyon

Contacts

  • Florent Prieur
    courriel : florentprieur [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Florent Prieur
    courriel : florentprieur [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Surveiller la ville. Organisation et pratiques de la police lyonnaise au XIXe siècle », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 14 janvier 2009, http://calenda.org/196340