AccueilVivre l'insularité en Méditerranée (temps modernes et contemporains)

*  *  *

Publié le jeudi 15 janvier 2009 par Marie Pellen

Résumé

Ce colloque sur « Vivre l’insularité en Méditerranée », propose à partir d’une approche pluridisciplinaire, pour les temps modernes et contemporains, de réfléchir sur la manière dont l’isolement des îles a des implications dans le maintien d’un « monde autre » qui, en tant que conservatoire de traditions, de valeurs et de cultures, devient une protection contre une certaine uniformisation. Pour les insulaires, les paradoxes sont nombreux. S’ils aspirent à une certaine forme de développement et de modernité, ils se réfugient derrière une culture, une langue, une histoire et des pratiques violentes, qui leur apparaissent comme étant les seuls garants de leur identité et de leur union face à « l’Autre ». Les îles fonctionnent comme un conservatoire et un laboratoire précieux pour l’étude des sociétés méditerranéennes. Elles constituent à elles seules, à la fois un « monde fermé », un « monde frontière » et un « monde d’échanges ».

Annonce

Colloque international

Nice Sophia-Antipolis, 10 avril 2009

Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine EA 1193-MSH

« Mer entourée de terres », la Méditerranée est un vaste lieu d’échanges, de circulation des hommes, des idées, des marchandises, mais également un espace historique d’enjeux et d’affrontements. Les îles qui la définissent constituent un domaine aux multiples champs d’interrogations. Elles imposent de nouvelles définitions relatives aux frontières et à l’espace temps. De leurs histoires, de leurs identités, se mesure combien la Méditerranée rapproche tout autant qu’elle divise les hommes. Sur le plan culturel, elles forment des terres et des passerelles, à l’image de celles établies avec le monde arabe ou entre l’Italie et l’Espagne. Les îles forment ainsi des lieux particuliers dans la mesure où leurs frontières ne peuvent s’inscrire ni dans le temps, ni dans l’espace. Liées à une histoire méditerranéenne qui, à la fois, les dépasse et les place en même temps au cœur des ruptures et des continuités liées à l’histoire, elles oscillent en permanence entre guerres et paix, entre fermeture et ouverture à « l’Autre » par l’intermédiaire notamment de routes commerciales dont elles constituent les bases terrestres des escales maritimes. Terres d’exil, de refuge, et conservatoire de traditions, les îles méditerranéennes sont aussi devenues progressivement des îles miroirs ou îles laboratoires, au sein desquelles s’est déclinée la modernité.

Les îles forment à elles seules ce « monde à part » relaté depuis des siècles, au travers d’une littérature de voyages foisonnante produite par des écrivains, des scientifiques ou divers observateurs en quête d’une approche de l’insularité et de ses identités. Cette perception des frontières dont la mer dessine les contours et qui donne aux îles l’apparence d’un « monde clos », est présente au sein des consciences collectives des sociétés insulaires. Pour ces dernières, « vivre l’insularité » se caractérise par un fort sentiment d’appartenance à un même ensemble, une même histoire et par la nécessité de construire un avenir commun qui soit à la fois spécifique et par ailleurs lié aux destinées des Nations à qui elles appartiennent. Mais « vivre l’insularité » se manifeste également par l’existence d’une volonté de se soumettre à un système de règles collectives et d’une réserve, vis-à-vis de l’extérieur, synonyme de changements à l’encontre des valeurs socioculturelles qui forment le terreau des identités. Ces différences, exacerbées par l’isolement, se retrouvent dans la dualité des sentiments nationaux et régionaux manifestés par les insulaires et dont les degrés varient selon les périodes et les contextes historiques.

Ce colloque sur « Vivre l’insularité en Méditerranée », propose à partir d’une approche pluridisciplinaire, pour les temps modernes et contemporains de réfléchir sur la manière dont l’isolement des îles a des implications dans le maintien d’un « monde autre » qui, en tant que conservatoire de traditions, de valeurs et de cultures, devient une protection contre une certaine uniformisation. Pour les insulaires, les paradoxes sont nombreux. S’ils aspirent à une certaine forme de développement et de modernité, ils se réfugient derrière une culture, une langue, une histoire et des pratiques violentes, qui leur apparaissent comme étant les seuls garants de leur identité et de leur union face à « l’Autre ». Les îles fonctionnent comme un conservatoire et un laboratoire précieux pour l’étude des sociétés méditerranéennes. Elles constituent à elles seules, à la fois un « monde fermé », un « monde frontière » et un « monde d’échanges».

Il conviendra de déterminer notamment comment à travers la littérature, les écrits personnels, la presse, les témoignages ou encore les pratiques, les comportements et les langues, les insulaires témoignent et vivent leur insularité. Quelles perceptions, quelles représentations en ont-ils et en donnent-ils ? L’analyse portera également sur la manière dont il est possible de « vivre l’insularité » loin des îles pour des hommes poussés dans « une certaine forme d’exil » pour des raisons politiques, professionnelles, familiales, économiques ou inhérentes à des contextes particuliers lors de conflits notamment.

Ces multiples interrogations et ces différents axes de recherches et d’études constitueront l’objet central de notre réflexion pour une meilleure compréhension des îles de la Méditerranée et des hommes qui les représentent.

Envoyer un résumé de 15 lignes (formulaire joint) avant le 1 mars 2009 à jean-paul.pellegrinetti@wanadoo.fr

Lieux

  • Campus Saint-Jean d'Angély
    Nice, France

Dates

  • dimanche 01 mars 2009

Fichiers attachés

Mots-clés

  • insularité, Méditerranée, identité, langues

Contacts

  • Jean-Paul Pellegrinetti
    courriel : jean-paul [dot] pellegrinetti [at] wanadoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Jean-Paul Pellegrinetti
    courriel : jean-paul [dot] pellegrinetti [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Vivre l'insularité en Méditerranée (temps modernes et contemporains) », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 15 janvier 2009, http://calenda.org/196343