AccueilSciences et langues au Moyen Âge

Sciences et langues au Moyen Âge

Atelier franco-allemand

*  *  *

Publié le mardi 20 janvier 2009 par Marie Pellen

Résumé

La période médiévale est sans nul doute particulièrement remarquable par l’important mouvement de néologie lexicale liée à l’expansion scientifique qui s’effectue à partir de la fin du XIIe siècle: la multiplication des disciplines et des champs scientifiques, la réception de théories par le biais des traductions arabo-latines ou gréco-latines aboutissent à la création d’une langue scolastique, scientifique et technique dont les caractéristiques différent du latin antique et littéraire. Mais c’est aussi l’époque où les langues vernaculaires deviennent modes d’expression pour une vulgarisation et une diffusion des savoirs. L'objectif principal de l'atelier sera de réfléchir sur les modalités linguistiques des sciences au Moyen Âge aussi bien dans l’examen de pratiques linguistiques que dans les théories médiévales sur le langage et la science.

Annonce

Paris. 27 janvier - 31 janvier 2009

Atelier franco-allemand avec le soutien de l'Université Franco-Allemande.

Université de Paris-Sorbonne (Paris IV) et Université de Heidelberg

L’équipe d’accueil « Sens Texte Histoire » de l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV) envisage d’organiser avec le Colloque d'études médiévales du Séminaire de Romanistique de l'Université de Heidelberg au mois de janvier 2009, un Atelier franco-allemand sur Sciences et langues au Moyen Age, qui succède à un précédent atelier organisé en janvier 2008 à Heidelberg sur Transferts de savoirs au Moyen Age.

La période médiévale est sans nul doute particulièrement remarquable par l’important mouvement de néologie lexicale liée à l’expansion scientifique qui s’effectue à partir de la fin du XIIe siècle: la multiplication des disciplines et des champs scientifiques, la réception de théories par le biais des traductions arabo-latines ou gréco-latines aboutissent à la création d’une langue scolastique, scientifique et technique dont les caractéristiques différent du latin antique et littéraire. Mais c’est aussi l’époque où les langues vernaculaires deviennent modes d’expression pour une vulgarisation et une diffusion des savoirs. L'objectif principal de l'Atelier sera de réfléchir sur les modalités linguistiques des sciences au Moyen Age aussi bien dans l’examen de pratiques linguistiques que dans les théories médiévales sur le langage et la science.

Plusieurs axes peuvent être retenus pour les contributions. La première interrogation porte sur la définition d’une langue scientifique au Moyen Age : avec deux perspectives, la première sur la relation entre langage et connaissance des realia dans les théories philosophiques, la deuxième sur la constitution spécifique d’une langue de spécialité dans ses caractéristiques lexicales, mais aussi morphologiques et syntaxique.

 La deuxième interrogation porte sur l’existence plurielle ou singulière d’une langue scientifique au Moyen Age. Si le latin est la langue savante par définition, les langues vernaculaires sont également des supports de science. Il s’agit donc d’envisager leur place et leur fonction dans la diffusion savante en fonction de leurs usages : langue de vulgarisation, langue de praticiens ou langue de  réflexion et de création ? Le bilinguisme des litterati favorise-t-il un accès au savoir par une reproduction du latin ou une autonomie de la langue vernaculaire ? C’est aussi la relation entre diffusion scientifique et aire linguistique qui est posée : quelles langues sont considérées comme relevant du savoir ?

On s’interrogera enfin sur la relation entre concepts scientifiques et langue scientifique.  La présence d’un mot dans un texte spécialisé ne suffit pas en faire un terme, mais c’est son utilisation dans le cadre d’une doctrine spécifique avec des concepts propres qui en fait un élément de langue de spécialités. Ce sont aussi les variations sémantiques des termes différents selon les domaines et les périodes, un même lexème pouvant changer de signification, selon l’évolution des connaissances scientifiques ou le domaine spécifique envisagé.

Programme

Mardi 27 janvier 

10 heures 30 : Ouverture : Joëlle Ducos (Université Paris IV Sorbonne) et Raymund Wilhelm (Université de Heidelberg)

I. Sciences, concepts scientifiques et langue médiévale

11h00 : Sabine Rommevaux (CESR-Tours) : La constitution d’un vocabulaire mathématique dans les traductions des éléments d’Euclide du xiie siècle

11h45 discussion 

12h15 Pause repas

14h00  Stéphane Lamassé (Paris 1) : Les traités d'arithmétique médiévale et la constitution d'une langue de spécialité.

14h25 Matthieu Husson (EPHE) : Le lexique des opérateurs arithmétiques élémentaires dans la Pratike de geometrie

15h50 : Discussion

16h15 : Pause

16h30 : Françoise Fery-Hüe (IRHT) : Les traductions latines d’oeuvres vernaculaires au Moyen Age et à la Renaissance: pourquoi un inventaire ?

17h15: Discussion

Mercredi 28 janvier 

II. Langue scientifique et langues vernaculaires

9h 30: David Trotter (Aberystwyth University) : La operacio am ma, so es cyrurgia: prolégomènes à un glossaire du premier livre de l’Albucasis en occitan

  10h 15: Discussion

10h 30 Pause

10h 45 Michèle Bellotti (Université Paris IV Sorbonne) : Un traité de diététique  écrit dans la langue des nourrices: le Régime du corps d’Aldebrandin de Sienne et le statut de la langue vernaculaire  au XIIIe siècle dans l’écriture des savoirs

11h05 Maria Sofia Corradini (Università di Pisa) : Nouvelles acquisitions et connaissances pour l’étude de la variation (diachronique, diatopique et diaphasique) du lexique médical occitan du Moyen Age

11h 30 Katy Bernard (Université Bordeaux 3) : La question de l’exigence terminologique dans les témoins occitans de l’art géomantique (BNF, lat. 7349 et 7420A)

11h 55 discussion

12h 15 Pause déjeuner

14h 00 Sylvie Bazin-Tacchella (Université Nancy 2) : Le réceptaire médical attribué à Jean Pitard (début XIVe siècle). Constitution d’une édition et d’un glossaire électroniques: difficultés et apports.

14h 45 Cécile Lecornec (Université Paris IV Sorbonne): La dénomination des poissons merveilleux dans les textes français.

15h 10 Discussion

15h 25 Pause

15h 35 Sabine Tittel (DEAF, Heidelberg) : Autoren und Uebersetzer als Didaktiker: Die Vermittlung von medizinischen Fachwissen in Texten des 14. Jahrunderts

16h 00 Isabelle Vedrenne (Université de Nice Sophia-Antipolis) Les pratiques linguistiques des médecins, auteurs, traducteurs ou copistes de traités médicaux, évolution du 13e au 15e siècle.

16h 25 : Discussion

Jeudi 29 janvier

III. Textes de savoir, écriture et rhétorique

 9h30 : Stephen Dörr (DEAF, Heidelberg): Autors Werk und Übersetzers Beitrag: Statische und dynamische Äquivalenz im Fachtext

10h15: Discussion

10h30 : Pause

10h45 : Marc Kiwitt (DEAF, Heidellberg) : Les éléments hébreux et arabes dans le Commencement de sapience

11h05: Silvia Albesano (Università della Svizzera italiana-Lugano) : Dicimus quod vulgarem locutionem appellamur, Ueberlegungen zu einem Glossar metasprachlicher Ausdrücke bei Dante

11h30 : Hélène Biu (Université Paris IV Sorbonne) : Traduire le droit en français : la traduction française de la Summa Azonis super Codicem

12h05 : Discussion

12h20 : Pause

14h 00 Loïc Depecker (Université Paris 3) : La terminologie aujourd'hui : 2500 ans de philosophie du langage

14h45: Yela Schauwecker ( Zeppelin-Gymnasium Stuttgart) : Das Secre des secrez von Jofroi de Waterford im Spiegel der Wissenschaftsgeschichte

15h05: Discussion

15h20: Pause

16h05 Elisa de Roberto (Università Roma Tre) : Le discours scientifique au Moyen Age : à propos des outils d’organisation textuelle.

16 h30 : Amandine Mussou (Université Paris IV Sorbonne) : Le « mirëoir concave » des Eschés amoureux et du Livre des eschez amoureux moralisés d’Évrart de Conty : de l’objet poétique à l’exposé scientifique".

16h55 Discussion

 Vendredi 30 janvier :

9h 00 Raymund Wilhelm (Université de Heidelberg) : “Rhétorique et discours scientifique. Les traductions du de inventione cicéronien par Brunet Latin et Jean D’Antioche »

9h 45 : Stéphane Marcotte (Université Paris IV Sorbonne) : Science du droit, science d’écriture : observations sur la construction syntaxique du discours juridique

10h10 : Discussion

10h 25 Pause

10h 40 : Mika Job (Université de Heidelberg)  : Sprache als Mittel der Politik

11h05 : Eva-Maria Höllerer (Université de Heidelberg) : Die erste gedruckte Version des Decameron von Antoine Vérard, 1485

11h30 : Discussion

11h45 : Conclusion


Avec le soutien de l’Université Franco-Allemande, de l’équipe EA 4089 Sens Texte Histoire  de l’université Paris-Sorbonne (Paris IV) et de l’université de Heidelberg

Lieux

  • Centre Malesherbes. Université de Paris IV-Sorbonne
    Paris, France

Dates

  • mardi 27 janvier 2009
  • vendredi 30 janvier 2009
  • jeudi 29 janvier 2009
  • vendredi 30 janvier 2009

Mots-clés

  • Histoire du lexique, sciences, traduction médiévale, terminologie

Contacts

  • joëlle Ducos
    courriel : joelle [dot] ducos [at] paris-sorbonne [dot] fr
  • Pagan Martine
    courriel : martine [dot] pagan [at] paris-sorbonne [dot] fr

Source de l'information

  • joëlle Ducos
    courriel : joelle [dot] ducos [at] paris-sorbonne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Sciences et langues au Moyen Âge », Colloque, Calenda, Publié le mardi 20 janvier 2009, http://calenda.org/196387