AccueilHyperurbain 2. Nouvelles cartographies, nouvelles villes ?

*  *  *

Publié le jeudi 22 janvier 2009 par Marie Pellen

Résumé

La série des colloques « HyperUrbain » propose des réflexions sur la conception de la ville « sociale » (sociale ici voudra dire une conception centrée sur l'utilisateur de l'espace urbain) où les modalités de communication, de sociabilité, d'apprentissage, de transaction, de travail, etc. passent par des différentes formes d'(auto)régulation, dont un nombre croissant repose sur les Technologies d'Information et de Communication (TIC). L'HyperUrbain observe que la société vit une nouvelle forme de mutation profonde qui est à la fois implicite (sur le fond) et explicite (sur la forme). L'HyperUrbain repose la question de la « Ville en devenir » en termes artistique, culturelle, philosophique, sociale, économique, politique, … et technologique. Ainsi, les colloques HyperUrbain s'adressent à un public multidisciplinaire, aux chercheurs et professionnels œuvrant dans les domaines suivants : l'architecture, l'art numérique (ville virtuelle, appropriation des SIG, etc.), la conception, l'ergonomie, la géographie, la géopolitique, la philosophie, la psychologie, la sociologie, la télécommunication, le transport, l'urbanisme, les TIC et la ville comme espace public.

Annonce

Présentation

Le deuxiéme colloque HyperUrbain a comme thème la "ville cartographiée". Il entend interroger les formes émergentes d'appropriation des territoires urbains par des individus et des groupes mobilisant différentes technologies numériques, à travers des applications variées évoluant dans divers contextes sociaux. Les fictions hyperurbaines, ou exemplifications virtuelles et réalisations d'un imaginaire urbain par les nouvelles technologies, ne concernent pas seulement les ingénieurs, mais aussi des types d'innovation transversale développés dans des usages quotidiens (l'habitant de la ville) et dans les usages alternatifs (les artistes). HyperUrbain.2 se propose d'approcher ces questions de manière pluridisciplinaire et vise explicitement le dialogue entre les disciplines techniques et les Sciences Humaines et Sociales.

Le développement et la vulgarisation des systèmes d'information en général, et des systèmes d'information géographique (SIG) en particulier, bouleversent le domaine de la cartographie, ainsi que notre façon de lire et d'interagir avec le territoire urbain. Entre les nouveaux modes de visualisation en temps réel et la prolifération des données géoréférencées s'ouvre un espace de technologies et de pratiques qui a le potentiel de transformer en profondeur la face de la ville ainsi que notre façon de l'habiter. Les représentations produites par les TIC semblent en mesure de nous aider à comprendre la complexité d'un espace hybride, entre physique / numérique, tangible / intangible et visible / invisible, ajoutant elles-mêmes, dans le même temps, de la complexité au système qu'elles représentent.

En l'espace de quelques années, ce qui constituait une réflexion et une pratique réservées aux seuls scientifiques et professionnels (géographie, informatique, urbanisme, etc.) est passé entre les mains d'un public plus large : la cartographie  numérique et interactive est désormais partout et les applications professionnelles côtoient les créations d'amateurs et les appropriations d'artistes. Les systèmes de cartographie interactive commerciaux mais gratuits proposés par Google ( Google Maps , Earth , Street View , etc.), Yahoo et Microsoft,  ainsi que les efforts de l'Etat ( Géoportail ) et de la communauté Open Source (OpenLayers , OpenStreetMaps ) ont ouvert un espace de création et d'expérimentation où tout le monde peut créer des cartes interactives ou même des SIG. A côté des applications Web, les industriels préparent une cartographie de nouvelle génération en utilisant la 3D et les technologies de réalité augmentée ou virtuelle. Les objets à « sensibilité spatiale », équipées de capteurs, de GPS (Global Positioning System) ou de puces RFID (Radio Frequency Identification) s'apprêtent à remplir les bases de données avec des informations géoréférencées, tandis que les algorithmes de fouille et extraction de données (datamining) parviennent, de manière de plus en plus fine, à rétablir un contexte géographique pour des masses d'information présentes sur le Web et ailleurs. A partir de la cartographie interactive accessible et des données géospatiales et géo-référencées disponibles en grand nombre se développe une pratique technique qui consiste à superposer sur l'espace géographique des couches d'information toujours plus riches, des interfaces innovantes et de nouvelles modalités de perception du territoire.

Appel à communication

Le moment d'émergence que nous vivons aujourd'hui demande une juxtapostition de regards différents. La cartographie augmentée - mise en œuvre par des professionnels, chercheurs, artistes ou «amateurs» - est au centre de nos interrogations :
  • Quel est son apport (potentiel) dans les pratiques quotidiennes ?
  • Comment change-t-elle notre conception de l'espace urbain ?
  • Dans quelle mesure nous aide-t-elle à l'interpréter ?
  • Quel est le rapport entre cartographie, données géospatiales, géoréférencées, et usages ?
  • Comment conceptualiser des SIG urbains ? Quels sont les enjeux de pouvoir, de citoyenneté et les dangers ?
HyperUrbain.2 s'adresse donc à l'ensemble de la communauté scientifique et notamment la géographie, l'architecture, l'urbanisme, la sociologie, les sciences de l'information et de la communication, l'informatique, l'ergonomie, l'art et la philosophie. Nous souhaitons solliciter des contributions de chercheurs, professionnels et artistes qui proposent une réflexion ou décrivent une (ou plusieurs) réalisation(s) dans ces domaines (liste non-exhaustive) :
  • Conception de l'information et de la communication dans un espace urbain
  • Conception des objets communicants
  • Ergonomie de la conception des nouveaux systèmes d'information
  • Nouveaux systèmes d'information géographique (SIG) intégrés
  • Impacts de la cartographie numérique sur l'aménagement du territoire et l'urbanisme
  • Modes et méthodes de visualisation graphique de données géoréférencées
  • Interfaces géospatiales, modes de production de données et géotaggage
  • Cartographie ludique, jeux vidéo, jeux de réalité mixte ou jeux pervasifs comme formes d'appropriations de la ville
  • La cartographie dans l'art numérique et le netart
  • SIG et pratiques d'usage quotidiennes
  • Rapport état-citoyen et démocratie locale
  • L'heuristique de la cartographie interactive : comment lire et faire lire le territoire ?
  • L'appropriation et la création de SIG par les amateurs
  • La cartographie numérique et le rapport à la ville ?
  • Technologies de géoinformation et sociabilité urbaine
  • Pratiques et représentations de la ville
  • Les dangers de ces nouvelles pratiques technologiques et les horizons normatifs

Soumission

Les soumissions de communication doivent être envoyées sous la forme d'un résumé étendu (6000 caractères) au plus tard le 16/03/2009 : soumission@hyperurbain.net

Organisation

  • Citu-Paragraphe, Université Paris 8
  • FING

Lieux

  • Cité des Sciences
    Paris, France

Dates

  • lundi 16 mars 2009

Mots-clés

  • cartographie numérique, espace urbain, pratique de la ville, appropriation

Contacts

  • Khaldoun Zreik
    courriel : zreik [at] univ-paris8 [dot] fr
  • Bernhard Rieder
    courriel : bernhard [dot] rieder [at] univ-paris8 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Bernhard Rieder
    courriel : bernhard [dot] rieder [at] univ-paris8 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Hyperurbain 2. Nouvelles cartographies, nouvelles villes ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 22 janvier 2009, http://calenda.org/196411