AccueilUtopie et nostalgie

Utopie et nostalgie

Une « forme narrative » de la modernité / Projections mémorielles en situations migratoires

*  *  *

Publié le mardi 10 février 2009 par Marie Pellen

Résumé

Le cycle des journées d’étude communes Utopie/Nostalgie de l’Idemec et de Telemme (CNRS et Université de Provence). Une première journée propose d’envisager l’alliance du désir utopique et de la nostalgie comme une forme narrative propre à la modernité, engageant aussi bien l’individu que le collectif, et que l’on explorera à travers des objets variés dans la France contemporaine. Les deux rencontres de l’Idemec proposent d’étudier la matérialité et l’efficacité de l’utopie et de la nostalgie vécues comme des espaces de projection identitaire et d’explorer l’entrelacement de ces deux aspects de la mémoire à travers les artefacts produits dans les situations de mobilité et de migration.

Annonce

Journées d’étude communes Idemec et Telemme


Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
5, rue de château de l’Horloge
13100 Aix-en-Provence

Journée d’étude Telemme 25 mars 2009

Utopie et Nostalgie. Une "forme narrative" de la modernité?

Il existe une forme spécifique de la narration utopique, pour laquelle la référence à un idéal du passé constitue le point d’ancrage de la projection dans un ailleurs. Cette pensée fonde sa révolte à l’égard du présent et sa capacité créatrice sur une (sur)valorisation du passé et l’expérience d’une perte, échappant en cela fréquemment aux catégories habituelles forgées par les sciences humaines et sociales. Celles-ci, du même coup, ont bien du mal à appréhender les phénomènes qui témoignent d’une telle alliance de concepts contradictoires. Pourtant, l’on peut faire l’hypothèse que l’alliance de l’utopie et de la nostalgie constitue une « forme » (A. Jolles) narrative majeure des sociétés modernes, engageant fortement la subjectivité individuelle. Cette rencontre propose d’appréhender cette « forme » à travers ses espaces de déploiement variés, de la création littéraire aux modes d’engagement collectif, en insistant sur ses possibilités d’expression ordinaires et fragmentées. L’on interrogera alors l’expérience du temps propre à l’utopie-nostalgie et la possibilité de l’envisager comme une vision du monde à part entière, ancrée dans un moment historique singulier.

25 mars 2009 9h15-17h30

Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, 13100 Aix-en-Provence, salle Duby

Matinée: 9h15 – 12h30

Président : Jean-Noël Pelen (TELEMME)

Karine Basset (TELEMME) : Introduction et présentation de la journée

Michèle Baussant (CNRS Nanterre, Laboratoire d’ethnologie et d’anthropologie comparative) : Face à la mauvaise mort : la nostalgie chez les soignants à l'hôpital

Jacques Guilhaumou (ENS Lyon, TRIANGLE) : Mai 68 entre utopie et nostalgie : fragments d’un autoentretien

Après-midi : 14h00 - 17h30

Présidente : Michèle Baussant

Stéphane Baquey (Université de Provence, CIELAM) : Le Fou d’Elsa d’Aragon, de la nostalgie andalouse aux incertitudes de l’internationalisme prolétarien : mise en récit d’un devenir de l’utopie

Anne-Marie Granet-Abisset (UPMF Grenoble, LARHRA) : La communauté utopique de Boismondeau

Karine Basset (Telemme) : Aux origines des espaces protégés français : une utopie conservatrice ?


Journées d’étude communes Idemec 2 et 9 avril 2009

La nostalgie et l’utopie créent une distance sentimentale et idéaliste avec le monde que les réalités de la confrontation mettent souvent à mal. Le sentiment nostalgique recompose dans le présent un temps passé, qui est une sorte d’utopie, et l’utopie se nourrit d’éléments idéalisés et peut provoquer un sentiment de regret. Pourtant, malgré leurs caractères fuyants et insaisissables, ces deux modes de narration mobilisent des motifs, des objets, des représentations qui s’inscrivent dans des situations concrètes et singulières. L’objectif de ces rencontres consiste à étudier la matérialité et l’efficacité de l’utopie et de la nostalgie, vécues comme des espaces de projection identitaire bien réels, et d’explorer l’entrelacement de ces deux aspects de la mémoire à travers les artefacts produits dans les situations de mobilité et de migration. L’écriture, la peinture, la sculpture, la musique, l’artisanat ou l’architecture permettent de mettre en scène et de reconstruire le sentiment de perte d’un lieu vécu comme originel. Lettres, tableaux, crèches, art urbain contemporain (hip hop), chants « traditionnels », « pèlerinages » identitaires seront au centre des communications proposées dans ces rencontres.

2 avril 2009, 17h-19h30

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
Salle Paul-Albert Février

Projection et débat Chant d’un pays perdu de B. Lortat-Jacob

(Centre de Recherche en Ethnomusicologie, CNRS, Université Paris X-Nanterre)
2006 (70 min) en présence du réalisateur
Débat animé par Valérie Feschet, Cyril Isnart et Gilles de Rapper

Le « pays perdu », c'est la Tchameria, au nord de la Grèce actuelle, que les Albanais musulmans ont été contraints d'abandonner après la guerre. Pays de haute nostalgie, donc, que l'on chante et pleure tout à la fois... Shaban Zeneli est chanteur et réside en Albanie : à l'occasion, il passe la frontière en clandestin dans le simple but de revoir le village de son père, désormais en ruine. Sur le coup de l'émotion, il chante.

9 avril 2009, 9h30-17h

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
Salle Georges Duby
Journée d’étude

9h30-10h Cyril Isnart et Valérie Feschet

Institut d’Ethnologie Européenne, Méditerranéenne et Comparative, CNRS, Université de Provence.
L’utopie et la nostalgie en situation migratoire

10h-11h Cyril Isnart

Institut d’Ethnologie Européenne, Méditerranéenne et Comparative, CNRS, Université de Provence.
Au village « d’une fois » : Nostalgie, musique et mémoire migratoire sur une frontière alpine (Col de Tende, Italie-France).

11h-12h Joseph Sciorra

John D.Calandra Italian American Institute, Queens College, New York City.
Imagined Places, Fragile Landscapes: Italian-American Presepi (Nativity Crèches) in New York City.

12h00-14h00 Pause déjeuner

14h-15h Claire Calogirou

Institut d’Ethnologie Européenne, Méditerranéenne et Comparative, CNRS, Université de Provence et Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.
Art urbain et inspirations nostalgiques: le motif des racines dans le hip hop.

15h-16h Pierre Sintès

TELEMME, CNRS, Université de Provence.
(Re)construire la Judéria de Rhodes (Grèce) : du discours nostalgique à l'action in situ.

16h-17h Valérie Feschet

Institut d’Ethnologie Européenne, Méditerranéenne et Comparative, MMSH, Université de Provence.
Regrets, mots et peintures. La puissance discrète des évocations nostalgiques des « Barcelonnettes » au Mexique.

Lieux

  • Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme - 5 rue du Château de l'Horloge
    Aix-en-Provence, France

Dates

  • mercredi 25 mars 2009
  • jeudi 02 avril 2009
  • jeudi 09 avril 2009

Fichiers attachés

Mots-clés

  • utopie, nostalgie, mémoire, migration, mobilité, artefact, identité

Contacts

  • Cyril Isnart
    courriel : isnart [at] uevora [dot] pt
  • Valérie Feschet
    courriel : feschet [at] mmsh [dot] univ-aix [dot] fr
  • Karine Basset
    courriel : basset [dot] karine [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Cyril Isnart
    courriel : isnart [at] uevora [dot] pt

Pour citer cette annonce

« Utopie et nostalgie », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 10 février 2009, http://calenda.org/196556