AccueilLes ruraux centrafricains, entre dynamiques de marginalisation et stratégies d'adaptation

*  *  *

Publié le mardi 10 février 2009 par Marie Pellen

Résumé

Ces journées d'études s'appuient sur un paradoxe, celui de marginalisation vécue par les ruraux centrafricains. Ces derniers n'accèdent pas aux « promesses » de la mondialisation, mais ne sont pas en dehors de ses influences : exposition aux instabilités des marchés mondiaux, influence des dogmes dominants du développement, tensions géopolitiques, changements climatiques, etc. Ces influences conduisent à une insécurité multiforme (économique, sanitaire, foncière, politique, militaire, etc.), face à laquelle les ruraux ne restent toutefois pas passifs, aujourd'hui comme par le passé. Ces journées d'études ont pour objectif central d'étudier les logiques d'adaptation, les stratégies individuelles et collectives de résistance et de résilience, et à remettre ces stratégies dans une perspective historique.

Annonce

Journées d'études

Université de Bangui, 11-12 mai 2009

Coordinateurs :

  • Emmanuel Mbétid-Bessane (Université de Bangui)
  • Benoît Lallau (Clersé-CNRS, Université de Lille 1)

Problématique

Ces journées d'études s'appuient sur un paradoxe, celui de marginalisation vécue par les ruraux centrafricains. Ces derniers n'accèdent pas aux "promesses" de la mondialisation (l'accès pour les populations du Sud à de meilleures conditions de vie), mais ne sont pas en dehors de ses influences : exposition aux marchés mondiaux et à leurs instabilités, influence des dogmes dominants en matière de stratégies de développement, tensions géopolitiques et conflits armés, pandémie VIH-Sida, changements climatiques, etc. Ces influences conduisent à une insécurité multiforme (économique, sanitaire, foncière, politique, militaire, etc.), face à laquelle les ruraux ne restent toutefois pas passifs, aujourd'hui comme par le passé. Ces journées d'études ont pour objectif central d'étudier les logiques d'adaptation, les stratégies individuelles et collectives de résistance et de résilience, et à remettre ces stratégies dans une perspective historique.

L'ambition de ces journées est donc double. Sur le plan empirique, il s'agit de contribuer à combler les méconnaissances sur les trajectoires historiques et les adaptations observables en milieu rural centrafricain, du fait sinon du faible nombre de travaux académiques menés, tout au moins de leur insuffisante valorisation scientifique. Une sélection des communications présentées lors de ces journées fera donc l'objet d'une publication (ouvrage collectif).

Sur le plan analytique, elles contribueront à la compréhension des mécanismes de l'adaptation aux risques, de l'articulation entre les échelles d'analyse (résilience individuelle vs résilience collective en particulier), et à l'évaluation des impacts des stratégies mises en œuvre et de leur durabilité.

Visant à diffuser les connaissances acquises sur les dynamiques rurales centrafricaines, elles s'adressent donc tout à la fois aux chercheurs, aux étudiants et aux praticiens du développement.

Contributions attendues

La vocation de ces journées et de rassembler des contributions de chercheurs provenant de différentes champs disciplinaires : économistes, sociologues, historiens, géographes, politistes, agronomes. Ces contributions associeront réflexions théoriques et applications empiriques, et veilleront à être compréhensibles pour les personnes provenant d'autres disciplines.

Quelques thématiques pourront particulièrement être abordées (liste non limitative) :

  • Une mise en perspective historique des dynamiques de marginalisation et d'adaptation des paysanneries, et des "effets de sentiers" (poids du passé dans les situations et stratégies présentes).
  • Les logiques de survie et les difficultés de recapitalisation des populations rurales touchées par l'instabilité politico-militaire de ces dernières années (frontières nord et est).
  • Les rapports entre les paysans et les éleveurs mbororo : en particulier les conflits pour une occupation de l'espace jugé utile, et la reconversion des éleveurs mbororo en agriculteurs ou prestataires de service en milieu rural suite à leur décapitalisation.
  • L'articulation entre l'agriculture et les activités alternatives en zone rurale (chantier diamantifère, etc.).
  • La disparation de la politique agricole centrafricaine.
  • La faiblesse persistante des dynamiques collectives paysannes, et l'absence d'un mouvement paysan fort, contrairement à ce qui existe ou émerge dans d'autres pays d'Afrique.
  • Le VIH/SIDA en milieu rural et son impact sur les exploitations agricoles.
  • La mise en œuvre de la nouvelle politique forestière et ses conséquences sur les populations tirant de la forêt une grande partie de leurs moyens d'existence (dont les "peuples autochtones").
  • Le déclin des productions de rente (coton et café) et les stratégies d'adaptation des paysans : nouvelles sources de revenus ou repli sur l'autosubsistance ; nouvelles pratiques dans les systèmes de culture.

Calendrier

6 mars : Date limite de réception des propositions de communication. Ces propositions présentent en deux pages maximum la thématique développée, les outils théoriques et méthodologiques mobilisés, les principaux résultats obtenus.

16 mars : Notification de la décision aux auteurs.

30 avril : Date limite de réception des communications.

Suite aux journées d'études, les communications seront soumises à une procédure d'évaluation usuelle (deux référés anonymes), afin d'en envisager une possible publication (ouvrage collectif).

Les propositions et les communications sont à envoyer à Emmanuel MBETID-BESSANE (mbetid@hotmail.com) et à Benoît LALLAU (benoit.lallau@univ-lille1.fr)

Lieux

  • Université
    Bangui, Centrafricaine, république

Dates

  • vendredi 06 mars 2009

Mots-clés

  • Marginalité, adaptation, résilience, centrafrique, développement rural

Contacts

  • Emmanuel Mbetid-Bessane
    courriel : mbetid [at] hotmail [dot] com
  • Benoît Lallau
    courriel : benoit [dot] lallau [at] univ-lille1 [dot] fr

Source de l'information

  • Benoît Lallau
    courriel : benoit [dot] lallau [at] univ-lille1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les ruraux centrafricains, entre dynamiques de marginalisation et stratégies d'adaptation », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 10 février 2009, http://calenda.org/196561