AccueilArrangements. Agencements. A-genre-ments

Arrangements. Agencements. A-genre-ments

La narration du genre en question

*  *  *

Publié le mardi 24 février 2009 par Marie Pellen

Résumé

La présente journée d’étude franco-allemande a pour objectif de procéder à une lecture approfondie de la problématique « genre(s) et narration(s) » et d’interroger les modes privilégiés d’expression du genre (mode ludique, mimétique, expérimental, normatif, subversif, etc.) et de mise en voix narrative.

Annonce

Si le questionnement du (des) genre(s) a émergé assez tardivement en France, il constitue l’un des axes fondamentaux d’analyse de la culture et de la société dans la recherche germanophone, souvent plus avancée sur le sujet. Par-delà les contextes nationaux et les traditions universitaires toutefois, l’un des postulats des Gender / Queer Studies est de penser le genre à partir de sa performativité, c’est-à-dire de définir les constructions genrées comme résultant d’actes discursifs, notamment narratifs. Par ailleurs, la parution en français des textes de Judith Butler sur la théorie du genre a lieu alors même que la philosophe aborde une réflexion centrée sur la narration de soi, comme en témoigne la traduction de son ouvrage Le récit de soi (2007). Considérant le « phénomène-retard » propre à la réception française de Butler, il semble opportun de se confronter aux avancées des chercheurs germanophones sur le sujet. Enfin, la question des narrations et de leurs circulations est au cœur de la recherche.

Partant de ce double constat, la présente journée d’étude franco-allemande a pour objectif de procéder à une lecture approfondie de la problématique « genre(s) et narration(s) » et d’interroger les modes privilégiés d’expression du genre (mode ludique, mimétique, expérimental, normatif, subversif, etc.) et de mise en voix narrative. Paul Ricœur signalait déjà que «l’histoire d’une vie ne cesse d’être refigurée par toutes les histoires véridiques ou fictives qu’un sujet raconte sur lui-même. Cette refiguration fait de la vie elle-même un tissu d’histoires racontées». Cette refiguration est alors une manière signifiante pour soi de ré-agencer son récit propre pour les autres, au moyen de masques et – serait-on tenté d’ajouter – de travestissements.

Programme

Vendredi 13 mars

9h   Accueil des participants
9h30-10h   
Cécile Chamayou-Kuhn, Patrick Farges, Perin Emel Yavuz
Introduction générale
10h-10h45  
Katharina Münchberg (Universität Trier)
Das Narziss-Narrativ. Emotionale Gewalt (gegen Frauen) und   deren (männliche) Erzählstrategien. 

10h45-11h    Pause

Masculin : un modèle du genre ?

Modération : Jean-François Laplénie (Université Paris 4)
11h-11h45    
Patrice Arnaud (Institut d’Etudes Politiques de Lille)
Genre et représentation chez les travailleurs français en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale.
11h45-12h30 
Klaus Wieland (Université Marc Bloch – Strasbourg 2)
Männlichkeitsmodelle in der Erzählliteratur der Neuen Sachlichkeit.
12h30-13h15 
Thorsten Schüller (Johannes Gutenberg-Universität Mainz)
Der maskuline Protest von Emma Bovary und ihren Nachfolgerinnen. 

13h15-14h30    Déjeuner

La fabrique du récit genré

Modération : Anne Kwaschik (CIERA-DAAD)
14h30-15h15   
Eva Siebenborn (Ruhr-Universität Bochum)
Darstellung von Weiblichkeit in medizinischen Fallberichten am Beispiel der Schwindsucht und Hysterie 1830-1900.
15h15-16h   
Viviane Albenga (EHESS / Université Lumière – Lyon 2)
Des narrations littéraires au récit genré de soi. La lecture comme performatif du genre, entre narrations masculinistes et féministes.
16h-17h
Susanne Beer, Marten Düring, Elissa Mailänder-Koslov (Kulturwissenschaftliches Institut Essen)
»Na, Sie wissen ja, wie das mit den Männern so ist«: interaktive Geschlechterkonstruktion in biographischen Interviews.
   
19h15    Dîner de colloque

Samedi 14 mars 

9h-9h45
Jacques Lajarrige (Université Paris 3)
« Mauvais genres » : les actionnistes viennois et le corps. 

Identités performées

Modération : Sophie Mendelsohn (Psychanalyste)
9h45-10h30
Mathilde Jegou (Université Paris 4)
Récit de voyage et expression du genre.
10h30-11h15   
Lorraine Alexandre (Université Paris 1)
La fabrique du récit genré et sa re-signification : approche artistique. 

11h15-11h30 Pause

11h30-12h15   
Wibke Straube (Humboldt Universität Berlin)
Narration der Sichtbarkeiten – Die Erzählung von Transidentität im populären Kino.
12h15-13h   
Jacques Brunet-Georget (Université Bordeaux III)
L’entretien clinique dans la démarche de « changement de sexe » : le récit de soi comme subjectivation du genre ? 

13h-14h    Déjeuner

Les genres mis en voix

Modération : Cécile Chamayou-Kuhn
14h-14h45
Deborah Gutermann (Université Paris 7)
Les écrivaines romantiques et la mise en abyme. Jeux et enjeux du genre dans l’expression de soi.
14h45-15h30    
Antonia Eder (Eberhart Karls Universität Tübingen)
Poetik des Dazwischen. Gender/kon/destruktion in Hofmannthals Elektra. 

15h30-15h45    Pause

15h45-16h30    
Anne Isabelle François (Université Paris 3)
A voice of one’s own. Mise en voix narrative et stratégies de genre (Seghers et Atwood).
16h30-17h15    
Herta-Luise Ott (Université Stendhal – Grenoble)
Sur la difficulté d’une narration au féminin.

Lieux

  • Vendredi 13 mars 2009 EHESS, 96 boulevard Raspail − Salle Lombard / Samedi 14 mars 2009 Université Paris 3, 13 rue de Santeuil − Salle Las Vergnas (3e étage)
    Paris, France

Dates

  • vendredi 13 mars 2009
  • samedi 14 mars 2009

Mots-clés

  • Gender studies, narration, genre, mise en récit, récit de soi

Contacts

  • Perin Emel Yavuz
    courriel : arvimm [dot] groupe [at] gmail [dot] com
  • Patrick Farges
    courriel : patrick [dot] farges [at] univ-paris3 [dot] fr
  • Cécile Chamayou-Kuhn
    courriel : cecile [dot] chamayou [at] wanadoo [dot] fr

Source de l'information

  • Perin Emel Yavuz
    courriel : arvimm [dot] groupe [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Arrangements. Agencements. A-genre-ments », Colloque, Calenda, Publié le mardi 24 février 2009, http://calenda.org/196639