AccueilL'architecture de la grande échelle (AGE). Quatrième session

L'architecture de la grande échelle (AGE). Quatrième session

Appel à propositions de recherche, programme interdisciplinaire de recherche

*  *  *

Publié le jeudi 26 février 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

Cette consultation porte sur les processus de transformation de l’espace à l’échelle territoriale, les outils du projet spatial et l’articulation des échelles des projets architectural, urbain et de territoire. Centrée sur le grand territoire perçu comme une déclinaison sociale et spatiale des formes d’habiter, elle peut associer des pratiques opérationnelles et vise à faire émerger des pratiques pédagogiques innovantes. Pour cette dernière session, le comité de pilotage du programme propose d’approfondir la dimension transdisciplinaire des projets en associant plus fortement les filières de formation et de recherche en urbanisme et en ingénierie urbaine.

Annonce

Février 2009

Bilan de l'appel à propositions pour les sessions 2006 et 2007
http://www.culture.gouv.fr/culture/organisation/dapa/daparecherche07.pdf

Partenaires institutionnels du programme :

  • Ministère de la Culture et de la Communication
    Direction de l'Architecture et du Patrimoine

et

  • Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire
  • Ministère du Logement
    Direction générale de l’Aménagement du Logement et de la Nature

Comité de pilotage du programme

Eric Lengereau, architecte, chef du bureau de la Recherche architecturale, urbaine et paysagère
Emmanuel Raoul, secrétaire permanent du Plan urbanisme, construction et architecture
Pierre Bernard, urbaniste, chargé de mission au Plan urbanisme construction et architecture
Panos Mantziaras, architecte, chargé de mission au Bureau de la Recherche architecturale, urbaine et paysagère
Nicolas Tixier, architecte, chargé de mission au Bureau de la Recherche architecturale, urbaine et paysagère

Comité scientifique du programme

Eric Lengereau, architecte, chef du bureau de la Recherche architecturale, urbaine et paysagère
Emmanuel Raoul, secrétaire permanent du Plan urbanisme, construction et architecture
Pierre Bernard, urbaniste, chargé de mission au Plan urbanisme construction et architecture
Luc Bousquet, architecte, chargé de projet au Plan urbanisme, construction et architecture
Nicolas Tixier, architecte, chargé de mission au bureau de la Recherche architecturale, urbaine et paysagère
Gabriel Dupuy, professeur des universités, membre du CCRA et du Comité scientifique du PUCA
Pascal Amphoux, architecte, professeur à l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Nantes
Elena Cogato Lanza, architecte, enseignante-chercheure à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne
Frédéric Pousin, architecte, directeur de recherche CNRS UMR 8504 Géographie-cités
Alexander Schmidt, architecte, professeur à l'Institut d'urbanisme de l'Université de Duisbourg - Essen
Pieter Uyttenhove, architecte, professeur au département Architecture et Urbanisme de l'Université de Gand
Paola Vigano, architecte, professeur à l'Institut d'urbanisme et d'architecture de Venise

Préambule

Parmi les enjeux politiques de la recherche publique existent ceux qui portent en eux le passé, le présent et l'avenir des transformations du cadre culturel de la vie quotidienne. Appréhendés par les productions rationnelles de la recherche scientifique, ces enjeux n'en relèvent pas moins de l'espace sensible qui procure à chacun le sentiment légitime d'appartenir à telle ou telle société, d'habiter tel ou tel territoire. Là se situent les interrogations fondamentales qui forgent les relations entre l'échelle du logement et l'échelle du territoire, entre l'échelle domestique et l'échelle qui ne l'est pas. Le Programme interdisciplinaire de recherche sur "L'architecture de la grande échelle" possède cette dimension anthropologique de l'espace qui, à l'échelle du grand territoire,suggère des connaissances nouvelles situées à la croisée des pratiques scientifiques de la recherche et des pratiques conceptuelles du projet.
L'identité interministérielle de cette action incitative répond ainsi à une exigence qui impose une vision nécessairement horizontale des savoirs et des savoir-faire qui oeuvrent au service de l'aménagement qualitatif de l'espace.

Objectifs

La conception et la mise en oeuvre du Programme interdisciplinaire de recherche sur "L'architecture de la grande échelle" part d'une constatation que de nombreux acteurs de l'aménagement de l'espace ont en partage, en France comme dans la plupart de ses partenaires européens : ce n'est qu'à une certaine échelle de perception, de représentation, de conception, de décision et d'aménagement de l'espace que se rejoignent les enjeux professionnels de la maîtrise d'oeuvre et les productions intellectuelles de la recherche scientifique. Il s'agit de l'échelle territoriale susceptible de promouvoir une dynamique scientifique interdisciplinaire notamment centrée sur les pratiques conceptuelles du projet. Le programme se donne donc pour objectif de susciter la production d'une recherche scientifique qui, pour innover dans ses objets, ses méthodes et ses finalités, est le fruit d'une ambition collective qui intègre les enjeux professionnels et les pratiques pédagogiques.

Problématique générale de la consultation

La problématique générale de la consultation tend à interroger les processus de transformation de l’espace à l’échelle territoriale. Pour ce faire, elle suppose d'abord que les objets de recherche soient de nature à appréhender les différentes formes d’habiter le territoire. Elle suggère ensuite que les outils du projet spatial soient clairement situés au coeur des investigations scientifiques. Elle propose enfin que les travaux de recherche soient irrigués par les productions cognitives de l'expérimentation projectuelle.

A. Les différentes formes d’habiter le territoire

Au sein d’une posture analytique basée sur l'articulation des échelles du projet d’architecture, du projet urbain et du projet territorial, peuvent être appréhendées les différentes formes d’habiter le territoire résultant d'un dialogue entre celles qui sont de nature collective et celles qui sont d’ordre individuel. Parmi ces formes d'habiter le territoire, il convient de distinguer celles qui relèvent précisément de l'habitat de celles qui sont à inscrire dans les autres registres d'appropriation de l'espace. La présente consultation de recherche tend à situer les interrogations fondamentales du logement au centre de sa problématique territoriale. Elle suggère donc que les directions de recherche puissent interroger les relations fondamentales entre l'habiter et la mobilité, entre les géographies sociales et les représentations spatiales, entre les paysages urbains et les territoires suburbains. Bien entendu, c'est la richesse du spectre des formes d'habiter le territoire qui justifie que l'analyse des grands équilibres spatiaux soit en mesure de se focaliser sur le logement tout en le dépassant. Mais c'est aussi l'éventail des évolutions structurelles du paysage (urbain, suburbain ou rural) qui suggère que le grand territoire soit perçu comme une déclinaison spatiale et sociale des formes d'habiter. Ainsi, pour penser le devenir fragile de ce paysage en terme de développement durable, il convient de percevoir qu'il y a parfois autant matière à aménager qu'à ménager l'espace de ce grand territoire. Dans cette optique, les projets de recherche s'attacheront tout particulièrement à étudier l'évolution du rôle des collectivités locales et le périmètre de leurs responsabilités dans leur relation complexe avec la mutation permanente des territoires.

B. Les outils du projet spatial

Parmi les processus complexes de transformation de l'espace à l'échelle territoriale, il faut bien entendu reconnaître la très grande diversité des pouvoirs engagés, intérêts sollicités et compétences mobilisées au sein de la maîtrise d'oeuvre et de la maîtrise d'ouvrage. Il faut également appréhender les temporalités spécifiquement attachées à l'échelle du grand territoire qui suggèrent toujours – tel le projet urbain – une spatialité nourrie d'inachèvement et d'incomplétude. Il faut aussi identifier la convergence des savoirs et savoir-faire qui forgent ensemble les contours d'une culture professionnelle capable de manipuler à la fois les échelles et les temporalités de l'espace sensible, les instruments complexes de la représentation de l'espace et les matériaux intellectuels du processus de conception. Cette action incitative de recherche se donne pour priorité de comprendre la réalité des outils du projet spatial lorsque celui-ci est convoqué pour maîtriser et/ou réinventer les processus de transformation de l'espace à l'échelle du grand territoire.

C. L'expérimentation projectuelle

En matière d'aménagement de l'espace, nombreuses et variées sont les pratiques et productions scientifiques qui relèvent d'une analyse fine de la marche des idées, du jeu des acteurs, du rôle des services, de la complexité des processus et de l'état des procédures. Les travaux de recherche sur le sujet sont à la fois riches et nécessaires. Reste cependant à produire la matière théorique susceptible de nourrir les dynamiques conceptuelles du projet spatial à l'échelle du grand territoire. Cette consultation a vocation à susciter cette production intellectuelle. Elle entend ainsi permettre au projet scientifique de s'emparer des richesses (souvent évoquées mais rarement exploitées) du couple théorie/projet pour faire naître de nouvelles pratiques et processus de conception. De fait, elle conduira à l'émergence d'une démarche spécifique dont il conviendra de définir l'ambition épistémologique. C'est en cela qu'un tel appel à propositions de recherche souhaite promouvoir une dynamique d'expérimentation projectuelle capable d'innover à la fois dans les constructions théoriques et les stratégies conceptuelles d'aménagement.

Spécificité des projets de recherche attendus

La spécificité des projets de recherche attendus impose qu'ils soient impliqués, directement et/ou indirectement, dans les questions du logement – du collectif à l'individuel – lorsqu'elles sont posées à l'échelle territoriale de l'aménagement de l'espace. Elle manifeste par ailleurs la nécessité qu'ils puissent convoquer en leur sein la richesse opérationnelle des compétences professionnelles issues de la maîtrise d'œuvre et/ou de la maîtrise d'ouvrage. Elle impose enfin qu'ils puissent notamment se structurer sur la base des pratiques et productions pédagogiques fondées sur l'expérimentation projectuelle.

A. Territoire et habitat

Les projets de recherche seront élaborés à partir d'un objet d'étude qui, à l'échelle du grand territoire, intègre les problématiques actuelles du logement et de l'habitat sous ses différentes formes. Lorsqu'il s'agira du logement collectif, il conviendra d'appréhender un terrain d'investigations identifié dans les procédures opérationnelles de l'Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU). Les perspectives de travail pourront ainsi, notamment, interroger les relations historiques et géographiques qu'entretient le grand ensemble avec les infrastructures de transport de son environnement territorial. Lorsqu'il s'agira d'habitat individuel, il conviendra de définir un terrain d'investigations identifié dans un contexte de croissance urbaine liée au développement des maisons individuelles. Les orientations de recherche pourront ainsi, notamment, guider l'analyse des relations entre les ensembles d'habitat individuel et les nouveaux développements de l'urbanisme commercial. Entre ces deux polarités clairement identifiées, émerge à nouveau la question de l'habitat dit "intermédiaire", principalement dans la ville en recomposition. Il s'agira d'appréhender les potentialités offertes par ces alternatives porteuses de changement et d'ouverture sur une voie médiane entre le "tout-collectif" et le "tout-individuel". Dans ces différents cas, les projets de recherche conduiront à nourrir la connaissance des articulations multiples qui existent entre le grand territoire en question, généralement intercommunal, et les ensembles hétérogènes d'habitat qui le constituent pour partie.

B. Pratiques scientifiques et pratiques opérationnelles

Les projets de recherche seront élaborés à partir d'une dynamique interdisciplinaire susceptible de convoquer à la fois les sciences de l'homme et de la société (SHS) et les sciences pour l'ingénieur (SPI). Ouvertes sur les réalités opérationnelles de la maîtrise d'oeuvre et de la maîtrise d'ouvrage, ces perspectives de travail en commun auront à intégrer un partenaire privé ou public issu des milieux professionnels régulièrement sollicités pour ce type de projet d'aménagement à l'échelle du grand territoire. De fait, il s'agira de nourrir une hybridation des pratiques scientifiques capables d'assumer, non seulement les articulations entre la recherche amont (dite fondamentale) et la recherche aval (dite appliquée ou opérationnelle), mais aussi les interactions nécessaires entre recherche et développement. En dépit d'une distance maîtrisée avec le réel socio-économique et politique de l'aménagement de l'espace, les productions de recherche de cette consultation seront ainsi irriguées et stimulées par des compétences "praticiennes" aptes à s'intégrer dans une démarche collective de type spéculatif. Elles seront donc le fruit des interrogations convergentes des pratiques scientifiques et des pratiques opérationnelles.

C. Pratiques scientifiques et innovations pédagogiques

En terme d'élaboration des connaissances, les projets susceptibles d'être financés auront à promouvoir l'esprit d'une démarche pédagogique qui, par le chantier de l'expérimentation projectuelle, se transforme en une posture de recherche scientifique. La démarche d'innovation pédagogique sera donc appelée à jouer un rôle important au sein du projet scientifique. Pour ce faire, les principes méthodologiques retenus auront à intégrer le dispositif complet d'un enseignement du projet territorial afin que celui-ci soit interrogé, sollicité, voire même instrumentalisé, et irrigué en retour. A partir d'un territoire physique identifié dès l'amont par l'équipe de recherche, l'expérimentation projectuelle conduira à interroger en profondeur les processus de conception et les stratégies conceptuelles d'aménagement de l'espace. Elle permettra enfin d'impliquer les chercheurs, les enseignants, les étudiants et les praticiens dans une dynamique collective fondée, non pas sur le projet lui-même, mais bien sur les pratiques du projet, lorsque celles-ci se donnent le temps et les moyens de se soumettre à l'introspection théorique.

Elaboration du projet scientifique

Dans le processus d'analyse et de sélection des candidatures, une attention toute particulière sera consacrée à la mise en cohérence des quatre éléments constitutifs du projet scientifique : la constitution efficace et crédible d'une équipe de recherche à l'identité plurielle ; l'élaboration rigoureuse et originale d'un projet d'investigations scientifiques ; la construction délicate et volontariste des attendus méthodologiques ; la structuration précise et ambitieuse d'une démarche de valorisation des productions.

A. Constitution de l'équipe de recherche

Les équipes constituées pour répondre à cet appel à propositions de recherche seront issues d'une ambition collective ouverte sur l'innovation dans les objets, les terrains, les méthodes, les pratiques et les productions scientifiques. Ces équipes seront formées sous la responsabilité de compétences scientifiques reconnues. Elles seront rattachées à une unité de recherche officiellement habilitée. A travers l'établissement public auquel elle appartient, cette unité de recherche sera de fait le mandataire de l'équipe. Ces équipes de recherche devront intégrer, outre les compétences scientifiques issues des unités de recherche, la présence active de compétences "praticiennes" issues d'une structure professionnelle privée ou publique et la dynamique collective d'un enseignement du projet territorial officiellement identifié dans les cursus de formation de l'enseignement supérieur au niveau master 2 ou post-master.

B. Elaboration du projet de recherche

Le projet scientifique devra donc réunir les protagonistes de l'équipe autour d'une perspective de travail en commun qui identifie à la fois :

  • une problématique générale de recherche liée à l'échelle territoriale de l'aménagement de l'espace dans ses relations immédiates à l'évolution du logement ;
  • une problématique particulière qui articule cette échelle territoriale avec l'évolution d'un grand ensemble ou le développement d'un ensemble de maisons individuelles ;
  • un ensemble de réflexions et d'investigations susceptibles de nourrir, notamment au sein du séminaire de l'équipe de recherche, le chantier épistémologique qu'engendre une telle consultation de recherche ;
  • un territoire physique choisi pour ses capacités à accueillir une dynamique  interdisciplinaire de recherche qui s'ouvre aux enjeux de l'application, de l'expérimentation, de l'action et du développement ;
  • une orientation stratégique permettant à l'innovation pédagogique d'un enseignement du projet territorial de produire les résultats d'une expérimentation projectuelle.

C. Construction des attendus méthodologiques

Le projet scientifique devra ensuite se structurer sur la base d'une "vision" méthodologique partagée dont il faudra bien entendu préciser les ambitions, les moyens et les limites. Ainsi conviendra-t-il de détailler la réalité des relations de travail prévues au sein de l'équipe entre les compétences scientifiques et la structure professionnelle publique ou privée. Ainsi conviendra-t-il également d'insister avec objectivité et réalisme sur les conditions de toute nature qui permettront l'organisation d'un dispositif pédagogique innovant placé au service et au sein du projet scientifique. Par l'organisation des séances régulières du séminaire de l'équipe, les candidatures souligneront aussi les perspectives méthodologiques "agissantes" qui conduiront à l'implication concrète des pratiques scientifiques dans les pratiques conceptuelles et vice versa. Les candidatures préciseront enfin les enjeux, méthodes et moyens d'évaluation, interne et externe, des productions scientifiques collectivement mises en oeuvre.

D. Valorisation des productions

Le projet scientifique déclinera les différentes étapes de valorisation des productions de l'équipe de recherche en prenant soin d'exprimer les perspectives de partenariat susceptibles de promouvoir la complémentarité des différentes formes d'expression.

Constitution du dossier de candidature

Les équipes de recherche formées spécifiquement pour répondre à la présente consultation doivent élaborer un dossier de candidature (20 pages A4 maximum) dont le contenu ne sera soumis à expertise et sélection qu'après avoir été déclaré administrativement conforme aux exigences structurelles des quatre parties
déclinées ci-dessous :
A. Le projet de recherche (5 pages A4)
A1. Problématique générale et hypothèses de recherche et état de l’art (bibliographie)
A2. Objet d'étude et terrain d'investigations
A3. Perspectives arrêtées en terme de production générale des connaissances
A4. Objectifs en terme d'innovation pédagogique et d'expérimentation projectuelle
A5. Objectifs en matière de réflexion épistémologique et de construction théorique
B. Les principes méthodologiques (4 pages A4)
B1. La démarche interdisciplinaire de l'équipe
B2. Les modalités d'intégration des compétences de la maîtrise d'oeuvre
B3. Les modalités d'intégration des pratiques pédagogiques innovantes
B4. Les modalités d'organisation des séances régulières du séminaire de l'équipe
B5. Dispositif retenu pour l'évaluation interne et les hypothèses de développement
C. Les perspectives de valorisation (2 pages A4)
C1. Diffusion et publication des produits de la recherche
C2. Valorisation électronique des produits de la recherche
C3. Valorisation des productions pédagogiques au sein des établissements
C4. Perspectives de valorisation et d'implication au sein des études doctorales
C5. Hypothèses de diffusion dans les milieux professionnels de l'aménagement
D. L'équipe de recherche (6 pages A4)
D1. Nom et qualité du responsable scientifique de l'équipe
D2. Nom et qualité du responsable institutionnel de l'équipe
D3. Composition de l'équipe de recherche
D4. Références individuelles des membres de l'équipe
D5. Références institutionnelles des partenaires de l'équipe
E. Calendrier, budget, résumé (3 pages A4)
E1. Calendrier estimatif et phasage
E2. Esquisse budgétaire et répartition
E3. Résumé du projet de 3 500 à 4 000 signes
Les équipes de recherche prendront soin de préciser (notamment en B1) le détail des collaborations qui ont conduit à l'élaboration collective du projet scientifique. Ces travaux préparatoires pourront d'ailleurs être présentés à l'introduction des séances du séminaire de l'équipe qui, tout au long de l'année de recherche, pourra accueillir les compétences et responsabilités jugées utiles à l'enrichissement des productions scientifiques.

Envoi des projets de recherche

L’envoi des projets de recherche se fera uniquement par courriel au format PDF en un seul fichier à l’adresse suivante : edith.faucheux@culture.gouv.fr
Si le fichier est supérieur à 2 Mo, vous devez utiliser le service FTP du Ministère de la Culture et de Communication : http://zephyrin.culture.fr
Contacts
Edith Faucheux – 01.40.15.32.50 – edith.faucheux@culture.gouv.fr
Muriel Souvignon – 01.40.15.32.19 – muriel.souvignon@culture.gouv.fr

Dates

  • mercredi 13 mai 2009

Contacts

  • Edith Faucheux
    courriel : edith [dot] faucheux [at] culture [dot] gouv [dot] fr

Source de l'information

  • Anne Laporte
    courriel : anne [dot] laporte [at] culture [dot] gouv [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'architecture de la grande échelle (AGE). Quatrième session », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 26 février 2009, http://calenda.org/196670