AccueilDes savoirs et des hommes

Des savoirs et des hommes

Quelle pertinence de la notion de médiation pour penser l’élaboration et la transmission du savoir et de la culture ?

*  *  *

Publié le lundi 09 mars 2009 par Marie Pellen

Résumé

Pour la sixième année consécutive, l’Association Lyonnaise des Etudiants Chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication (ALECSIC) organise une journée d’étude à destination des doctorants et jeunes docteurs le 25 juin prochain à l'ENS-LSH. Cette année, la réflexion portera sur la question de l’élaboration et de la transmission des savoirs et de la culture. Plus précisément, il s’agira d’interroger la notion de médiation dans son rapport à la création, à l’élaboration et à la circulation des savoirs et de la culture dans différents espaces du collectif.

Annonce

Lyon, ENS-LSH, Le 25 juin 2009

Des savoirs et des hommes : quelle pertinence de la notion de médiation pour penser l’élaboration et la transmission du savoir et de la culture ?

Pour la sixième année consécutive, l’Association Lyonnaise des Etudiants Chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication (ALECSIC) organise une journée d’étude à destination des doctorants et jeunes docteurs.

Cette année, la réflexion portera sur la question de l’élaboration et de la transmission des savoirs et de la culture. Plus précisément, il s’agira d’interroger la notion de médiation dans son rapport à la création, à l’élaboration et à la circulation des savoirs et de la culture dans différents espaces du collectif.

Cet appel invite donc à proposer des communications autour de deux axes de réflexion.

La médiation comme outil théorique pour penser la construction et la transmission des savoirs

La médiation est certainement d’abord un concept utilisé pour penser la construction, la transmission, la vulgarisation des savoirs et de la culture en dehors du schéma canonique de la communication. La médiation consisterait alors en la recherche de paradigmes pour concilier des ordres hétérogènes :

  • médiation entre singularités et contraintes du collectif. Ainsi, la réflexion pourra porter sur la médiation comme processus de compromis dans l’élaboration du savoir entre invention et génie supposés du chercheur et ordres de discours contraignants.
  • médiation entre savoirs et réalité. Ainsi, on peut s’interroger sur la référence du savoir et de la culture. Quelle forme de médiation est instituée entre savoirs et réalité (physique, sociale) dans un protocole expérimental qui vise à découper d’une manière spécifique le flux indistinct de la réalité ? Peut-on alors parler de savoir médiaté dans le cas des réflexions spéculatives qui semblent ne renvoyer qu’à elles-mêmes ?
  • médiation entre tenants du savoir légitime et les publics. Sous l’angle du processus, quels sont les procédés discursifs et sociologiques de démocratisation et de vulgarisation de la culture et des savoirs ?

Alors, comment (et pourquoi) distinguer la médiation comme processus – mise en relation des termes hétérogènes – et comme résultat – savoir figé ? La culture et les savoirs ne sont-ils pas assimilables au jeu d’une tension continuelle entre volonté de fixation de la pensée légitime et mise en débat permanente de celle-ci ?

Ensuite, toute opération symbolique ou théorique produit un reste respectivement non-symbolisé ou exclu de la théorie. Si la médiation est conciliation d’ordres hétérogènes, comment alors envisager les « résidus » de la médiation ? Ces « résidus » ne peuvent-ils pas être interprétés comme les germes d’une autre culture susceptible de faire l’objet de nouvelles médiations ? Cela invite à penser la médiation sur un plan pratique puis politique :

La médiation comme pratiques :

Des communications qui s’articuleront à des enquêtes d’étude des pratiques seront les bienvenues sur les points suivants, non-exhaustifs :

  • Usages sociaux des outils de transmission de l’information, de la culture et des savoirs
Les nouvelles technologies de l’information et de la communication semblent permettre la participation de publics hétérogènes à la construction et à la transmission du savoir. Dans quelle mesure les usages émergents d’Internet, construisent-ils un rapport inédit de l’homme au(x) savoir(s) ? En quoi Internet est-il un lieu fort d’hybridation des savoirs concédant la parole à des acteurs autres que les instances classiques de légitimation et pouvant aider l’institution à formuler des expertises ?
Dans quelle mesure l’interactivité vient-elle reconfigurer les médiations traditionnelles et unidirectionnelles des connaissances ?
  • Médiation et médiateurs : approche de la médiation par les pratiques professionnelles
Que penser du phénomène actuel de professionnalisation et de création de compétences spécifiques autour de la médiation informationnelle et culturelle ? Comment penser le passage de la médiation-concept à la médiation-pratique ? De quoi est fait le discours du médiateur culturel, est-il une voix de la vulgarisation ou un processus créateur d’un rapport inédit aux publics ?
Les médiateurs sociaux transmettent-ils une culture du social ou du politique au service de l’insertion et de l’intégration ?
  • Enjeux politiques de la médiation culturelle : la médiation, entre structuration des pratiques culturelles légitimes et démocratisation, processus de vulgarisation des savoirs et de la culture.

Dans la perspective des pistes précédentes, il faut s’interroger sur la volonté politique qui sous-tend les entreprises de médiation culturelle. Derrière la volonté de démocratisation de la culture et des savoirs, n’y a-t-il pas le danger de cautionner un processus de rigidification de la culture légitime ? A l’inverse, dans quelle mesure les projets de médiation culturelle sont-ils au service d’une démocratisation de la culture selon des procédés originaux ? La transmission du savoir n’entraîne-t-elle pas une transmission de la domination symbolique ?

Les propositions de communication peuvent être transversales aux deux axes.

Elles sont à envoyer avant le 20 avril 2009 à jecsic2009@gmail.com. Le résultat de l’évaluation des propositions sera donné à la mi-mai.

Les propositions tiendront sur une page (Times New Roman, police 12, interligne simple) et elles seront accompagnées des mentions du laboratoire de rattachement, du sujet de thèse du doctorant et de ses coordonnées.
Une publication des communications retenues est prévue sur le Wiki de l’association qui est accessible directement depuis le site www.alecsic.fr

Catégories

Lieux

  • ENS-LSH
    Lyon, France

Dates

  • lundi 20 avril 2009

Fichiers attachés

Mots-clés

  • médiation, culture, savoir, connaissance, communication, politique, expert, profane, scientifique

Contacts

  • Comité d'organisation Jecsic 2009 ~
    courriel : jecsic2009 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Eva-Marie Goepfert
    courriel : emgoepfert [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Des savoirs et des hommes », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 09 mars 2009, http://calenda.org/196744