AccueilIslams et santé

Islams et santé

Revue Sociologie santé

*  *  *

Publié le jeudi 26 mars 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

Appel à contribution pour le n°31 – décembre 2009 - Revue Sociologie santé : « Islams et santé », coordonné par Laurence Kotobi et Anne-Marie Moulin. Dans le contexte actuel d’une globalisation des modèles et des politiques sanitaires, nous souhaitons proposer 15 ans après notre numéro 9 sur « Islam et santé », une actualisation de la réflexion sur ce même thème, qui rendrait compte de l’articulation que cette religion propose aujourd’hui dans ces différentes adaptations locales, avec les questions du sanitaire et de la santé, au sens large de la définition proposée par l’OMS.

Annonce

Appel à proposition
N°31 « Islams et santé » -revue Sociologie Santé
Décembre 2009

Coordonné par Laurence KOTOBI et Anne-Marie MOULIN

Les articles sont à envoyer par courriel à : sociologie_sante_redaction@yahoo.fr

Les auteurs peuvent également joindre la Rédaction à cette adresse

Date ultime de proposition des articles : 30 Juillet 2009

Nous attirons l'attention des auteurs à bien respecter les normes ci-jointes.

Dans le contexte actuel d’une globalisation des modèles et des politiques sanitaires, nous souhaitons proposer 15 ans après notre numéro 9  sur « Islam et santé »,  une actualisation de la réflexion sur ce même thème, qui rendrait compte de l’articulation que cette religion propose aujourd’hui dans ces différentes adaptations locales, avec les questions du sanitaire et de la santé, au sens large de la définition proposée par l’OMS.

Sans omettre le caractère universaliste du message monothéiste musulman, on cherchera dans ce nouveau numéro, à mettre aussi en valeur les particularismes produits localement dans les différentes régions du monde où cette religion est pratiquée, afin d’appliquer l’exigence anthropologique qui consiste à prendre en compte les sociétés humaines dans leur dans leur unité autant que dans leur diversité. Ce qui explique le pluriel de notre nouveau titre : « Islams et santé ».   

Thème encore trop peu étudié en France où il demeure sensible, il nous paraît également important de rendre compte à cette occasion des nouvelles problématiques et analyses produites par la médecine autant que par les sciences sociales, dans le contexte particulièrement mouvementé du passage au XXIème siècle, déjà lu depuis les années 80 comme un siècle religieux.

En effet, si un certain nombre d’évènements internationaux et nationaux ont contribué à envisager ce nouveau siècle sous l’angle d’un « choc des cultures », versus d’un « dialogue des civilisations », ou encore à réaffirmer comme en France un choix sociétal de « laïcité française », il devient nécessaire d’en mesurer les effets plus concrètement. C’est ce que nous nous proposons de faire ici, dans la rencontre que l’Islam, religion fortement visée par ces phénomènes, opère ou n’opère pas dans le champ de la santé, qui intéresse notre revue.

A ce titre, plusieurs axes sont envisagés pour renouveler les points de vue quant à cette articulation, qui amènent les questionnements suivants :

Quelle place occupe aujourd’hui l’histoire de la médecine arabo-islamique dans l’enseignement et l’histoire de  la biomédecine et des sciences ? 

Qu’en est-il des discours et des pratiques érigés sur, à propos ou au nom de l’Islam dans le champ médical aujourd’hui ? Y a-t-il des domaines (comme l’éthique par exemple) plus investis que d’autres ?

Des contributions historiques comme des contributions sur la médecine humanitaire islamique par exemple seraient bienvenues, autant que des articles illustrant les discussions juridiques islamiques  ou bioéthiques sur un point particulier de santé ou de maladie. De même, seront appréciées les propositions d’articles qui porteront sur les positions d’instances officielles nationales ou internationales (musulmanes ou non) et/ou les analyses  incluant  la dimension économique  du champ sanitaire.

Quels points sont-ils récurrents dans la littérature scientifique et dans les débats ? Et que révèlent en France ces points focaux en regard des représentations que les acteurs médicaux, politiques, sociaux ou encore religieux construisent?

Des articles portant sur les interdits alimentaires, le port du voile à l’hôpital ou encore les espaces symboliques que traduisent souvent les pratiques rituelles (pureté/impureté, licite/illicite , interdit/ toléré/autorisé…) sont attendus non pas pour illustrer un catalogue de la diversité culturelle des patients par trop souvent réduite à son expression matérielle (dont l’ouvrage de I. Lévy est un parfait exemple)[1], mais pour permettre de rendre visible ce qui se joue dans les pratiques soignantes autour d’une religion qui peut s’inscrire tant dans le quotidien que dans les corps.

La focalisation sur un certain nombre de pratiques corporelles telles que la circoncision, la virginité des jeunes filles ou encore le jeûne, pourtant pas spécifiques à l’Islam semblent parfois fonctionner comme une  grille de lecture comportementale qui permettrait de dégager le gradient de religiosité des populations  musulmanes. L’Islam est souvent perçu comme une religion attachée aux soins du corps dont un certain nombre de prescriptions touchent à ce que Mauss a dépeint comme techniques du corps. 

Quelles conséquences entraîne cette construction de l’Islam sur les travaux épidémiologiques, amenés à travailler à partir d’indicateurs ?  ou les orientations de santé publique ? Quelles figures prennent en France notamment, les patients musulmans ou supposés tels, en regard de certaines pathologies (IST, cancer du sein…) ou de certaines thérapeutiques (greffes d’organes, FIV…) ?

Laurence Kotobi


[1]  Soins et croyances. Guide pratique des rites, cultures et religions à l’usage des personnels de santé et des acteurs sociaux. Paris, Ed. Estem, 1999.

NORMES

Revue Sociologie Santé
8 rue du Général Bordas 33400 Talence

 

 

Les textes soumis au Comité de rédaction de la Revue Sociologie Santé doivent être adressés par courrier électronique à sociologie_sante_redaction@yahoo.fr ou à kotobi@free.fr

 Ils sont dactylographiés selon la forme la plus simple : les titres et sous-titres sont numérotés sans être hiérarchisés par une police de caractères particulière. Les notes sont situées en bas de page (procédure d'appel de note à partir du logiciel Word). Les articles proposés ne peuvent dépasser 50 000 signes, espaces, notes, tableaux, graphiques et illus­trations compris. Ils sont impérativement  accompagnés d'un résumé en français et en anglais de 1 000 signes au maximum, portant également la traduction anglaise du titre de l'article ainsi que d'une série de mots-clefs, en français et en anglais.

Les nom et prénom(s) des auteurs des articles proposés sont accompagnés de leur titre et de leur adresse institutionnelle, et, si possible, d'un numéro de téléphone personnel (destiné à la seule rédaction) ainsi que d'une adresse électronique.

Conventions bibliographiques

Nous recommandons aux auteurs d'adopter les normes typographiques de l'éditeur : times 10 espacement 12.

Les conventions générales pour la bibliographie sont les suivantes :

Livres : NOM Prénom (en entiers), titre complet en italique, lieu d'édition, éditeur, année d'édition, nombre de pages.

Articles : NOM Prénom (en entier), « titre complet entre guillemets », titre de la revue (en entier et non abrégé), catalogue, actes... (en italique), date, numéro, pagination.

Contributions à des ouvrages collectifs : NOM Prénom (en entier), « titre entre guillemets », dans NOM Prénom (en entier) [dir.], titre de l'ouvrage, catalogue, actes, mélanges... (en italique), lieu d'édition, éditeur, année d'édition, pagination.

Enfin nous invitons les auteurs à proposer pour leur article un titre concis.

 Figures et cartes

Figures, cartes et graphiques doivent être fournies avec leur titre sur support informatique et doivent pouvoir s'insérer dans le "gabarit" de la Revue à savoir : en largeur 12 cm maximum et en hauteur 18 cm maximum. L'auteur doit s'assurer de leur lisibilité. L'impression est en nuances de gris (donc pas en couleur).

 Procédure d'expertise

Dès réception, les articles sont confiés à deux lecteurs choisis par le Comité de rédaction dans le conseil scientifique ou extérieurs à la revue. L'auteur est informé des suites données à son texte. Les manuscrits non retenus ne sont pas retournés. Les textes retenus sont renvoyés à l'auteur après corrections pour qu'il valide celles-ci ou apporte les modifications nécessaires.

Dates

  • jeudi 30 juillet 2009

Mots-clés

  • sociologie, santé, islams, maladies, médecine, politique, protection sociale

Contacts

  • François Vedelago
    courriel : vedelago_francois [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • François Vedelago
    courriel : vedelago_francois [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Islams et santé », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 26 mars 2009, http://calenda.org/196871