AccueilEnvironnement et développement durable : l’apport des sciences sociales

*  *  *

Publié le jeudi 02 avril 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

L’objectif de ce colloque est de mettre l’accent sur l’apport des sciences sociales de l’environnement. En jouant sur les différents registres (traditionnel/moderne, local/global, régional/planétaire, urbain/rural, naturel/social, Nord/Sud…), elles contribuent à présenter une vision tout aussi complexe que pertinente. Dés lors, elles constituent un outil de connaissance qui interpelle, déclenche des prises de conscience et suscite de nouvelles conduites de contestation et d’appropriation de l’environnement. Tout en renforçant son champ scientifique, la sociologie marque son emprunte, son implication et son apport aux questions cruciales que traversent les sociétés d’aujourd’hui.

Annonce

Université de Sfax

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines

Groupe d’Etudes pour le Développement et l’Environnement Social (GEDES)

11 et 12 Février 2010

Outre leur originalité, les sciences sociales relatives à l’environnement se distinguent par leur globalité, leur complexité et leur richesse, en ce sens qu’elles interpellent l’homme sous ses différents aspects : psychologiques, sociaux, biologiques et naturels (Morin, 1977 ; Gendron & Vaillancourt, 2007). Elles nous révèlent le rapport de l’homme à la nature, aspect nié et marginalisé par la société moderne (Morin, 1973 ; Moscovici, 1968, 1972, 2002, Serres, 1992 ; Larrère, 1997).

Le mérite de l’approche écosociologique est justement de replacer l’homme et le réintégrer au sein de son cadre naturel. Elle constitue de fait une interface entre les sciences naturelles et les sciences sociales, et un carrefour d’interaction entre la psychologie, la sociologie, l’anthropologie, l’histoire et la géographie permettant l’émergence d’une perspective de développement durable et équitable (Guille-Escuret, 1989 ; Tessier & Vaillancourt, 1996 ; Deverre, 1998, 2001 ; Kalaora, 1998 ; Jolivet, 1998 ; Boudes, 2008…).

Dans les sociétés occidentales, la tendance  écosociologique traduit le reflet de la prise de conscience écologique (Beck, 2001 ; Rudolf F, 1998, 2001 ; Abélès, 2000 ; Dobré, 2002 …). Ce phénomène, bien que de façon embryonnaire, se laisse constater dans les pays en développement, (le cas de la Tunisie : Abdmouleh, 2008, 2009…). Cet intérêt est d’autant plus justifié que ce sont souvent ces derniers les plus endommagés par les problèmes écologiques. En ce sens, leur moyen de subsistance, leur sécurité alimentaire et leur économie (agriculture, pêche, tourisme…) dépendent directement des ressources et du cadre naturels (Brundtland, 1987, PNUE, 1999) renforçant ainsi le processus du sous-développement et des inégalités Nord/Sud (Villalba  & Zaccaï, 2007 ; Latouche, 2001 ; Emelianoff, 2005).

L’objectif de ce colloque est de mettre l’accent sur l’apport des sciences sociales de l’environnement. En jouant sur les différents registres (traditionnel/moderne, local/global, régional/planétaire, urbain/rural, naturel/social, Nord/Sud…), elles contribuent à présenter une vision tout aussi complexe que pertinente. Dés lors, elles  constituent un outil de connaissance qui interpelle, déclenche des prises de conscience et suscite de nouvelles conduites de contestation et d’appropriation de l’environnement.

Tout en renforçant son champ scientifique, la sociologie marque son emprunte, son implication et son apport aux questions cruciales que traversent les sociétés d’aujourd’hui.

Les thématiques seront réparties selon 5 axes :

1-L’éthique écologique

Il s’agit d’effectuer une lecture du contexte historique et philosophique qui a conduit l’homme à transgresser et asservir la nature pour ses fins (en l’envisageant comme une valeur instrumentale), et à opérer  une rupture ente nature et culture. En même temps, identifier les courants philosophiques et religieux qui ont favorisé (et/ou qui pourraient favoriser) l’émergence d’une éthique environnementale qui constitue un appui à l’éducation environnementale.

2-Sciences sociales, environnement et développement durable

L’accent sera mis sur la contribution théorique et méthodologique de la sociologie relative à l’environnement et au développement durable (les objectifs, la spécificité des approches théoriques et méthodologiques, les difficultés et les perspectives).

3- Sociétés, cultures et environnement

Il est question ici des investigations sociologiques et psychosociologiques relatives aux représentations et aux conduites face à l’environnement en tant qu’indicateurs de la  prise de conscience des enjeux et risques écologiques, et de la volonté de s'approprier son environnement.

Tout en intégrant les conduites de résistance (recours aux techniques traditionnelles : agricoles, culinaires, médicales, architecturales…), il importe aussi de s’ouvrir aux nouvelles formes de comportement (consommation des produits écologiques, économie de l’énergie, économie de l’eau, tri des déchets…) et d’appropriation. 

4-Acteurs, institutions et stratégies politiques

L’accent sera mis sur l’analyse des institutions politiques environnementales, des acquis, des obstacles et des stratégies de persuasion et d’alliance. Une attention particulière sera  mise sur les difficultés et les mécanismes pour sensibiliser l’opinion publique aux questions écologiques et obtenir son adhésion aux politiques gouvernementales environnementales (notamment par le biais de l’éducation relative à l’environnement).

Il est question également de mettre le point sur les limites et les lacunes de la perspective environnementale telles les inégalités sociales et écologiques qui posent un réel problème et un frein à la cause écologique et au développement durable en général, sans perdre de vue la problématique de la croissance/décroissance et son implication sur l’environnement.

5-la société civile :  apports,  handicaps, et défis

Il y a une conviction qui s’est forgée chez les décideurs (locaux, régionaux et internationaux) sur les atouts de la société civile et sur sa capacité dans la gouvernance et la gestion environnementale. En ce sens, cet axe constitue un critère fondamental au sein de la perspective environnementale et celle du développement durable. Il importe d’analyser les caractéristiques  de la société civile (notamment dans les pays du Sud) : connaître la  spécificité du mouvement associatif écologique, et de l’opposition « verte »; leur écho et leur image auprès du public, la disposition de ce dernier à les joindre,  dégager le type de relation qu’ils entretiennent ensemble, les critiques et les attentes à leur égard.

Un regard interne sur ces instances est de plus en plus sollicité afin de comprendre leur mode de fonctionnement, les formes et le degré d’adhésion, la nature des rapports qu’elles entretiennent avec le pouvoir politique ainsi qu’avec les autres partenaires de la société civile. Il s’agit de comprendre comment ces mouvements fondent leur légitimité et comment envisagent-t-ils leur avenir face aux difficultés et aux défis auxquels ils sont confrontés.

Afin de mettre la lumière sur ces problématiques, le Groupe d’Etudes pour le Développement et l’Environnement Social (GEDES) organise un colloque durant deux jours (11 et 12 Février 2010) à la Faculté des Lettres et Sciences Sociales de Sfax/Tunisie.

Conditions et procédures de participation

  • Les auteurs intéressés enverront une proposition de communication d’une page maximum, en format Times New Roman, caractère 12 (interligne : 1,5), accompagnée du NOM Prénom, de l’appartenance institutionnelle et de l’Adresse électronique de l’auteur, au plus tard le  15 mai 2009.  

et à : r.abdmouleh@gmail.com

  • Les candidats préciseront dans quel axe (1, 2, 3, 4 ou 5) ils situeront leur contribution.
Les propositions de communication feront l’objet d’une évaluation par le comité scientifique.
  • Les auteurs retenus en seront informés au plus tard : Fin juin 2009.
  • Les textes des communications finales (30 000 signes, environ 15 pages) seront à envoyer le  début de septembre 2009.
  • Les auteurs dont les communications ayant obtenu l’aval du comité scientifique seront avisés le début de novembre 2009.

La communication ne doit pas dépasser 20 minutes.

Les communications en français et en arabe sont acceptées.

Comité scientifique

  • Mohamed Najib BOUTALIB (Prof, ISSH, Tunis)
  • Dominique Desjeux, (Prof, la Sorbonne, Paris Descartes France).
  • Alexandre DORNA (Prof, Université de Caen, Basse-Normandie, CERREV-FRANCE)
  • Tahir LABIB (Prof, Président de l’Organisation Arabe de Traduction-LIBAN)
  • Catherine LARRERE (Prof, Bordeaux III-FRANCE),
  • Benjamin MATALON (Prof, Paris 8-FRANCE)
  • Mohamed Al-Aziz NAJAHI (Prof, FLSH-Sfax),
  • Jean-Guy VAILLANCOURT (Prof, Université de Montréal-CANADA)
  • Edwin ZACCAÏ. (Prof, Université libre de Bruxelles, Belgique)
  • Mabrouk Al-BAHI (Maître Conf, Doyen de la FLSH-Sfax- Tunisie)
  • Ali BENNASR (Maître Conf, FLSH-Sfax, Syfacte)
  • Bechir LARBI (Maître conf, FLSH-Sfax, Dir, GEDES-Tunisie)
  • Bruno VILLALBA (Maître  Conf, Université de Lille II, Sciences Po Lille – Ceraps-FRANCE)
  • Mohamed ALOULOU (Dr, Cardiologue, APNES- Sfax, Tunisie)
  • Jalel BOUZID (Dr, Sciences de l’environnement, ENIS, Tunisie)
  • Michael GAJOT (Dr, Communication, GTZ-ALLEMAGNE)
  • Toufik GARGOURI (Ingénieur, Directeur régional, ANPE-Sfax, Tunisie)
  • Adel HENTATI (Dir de l’Observatoire de l’Enfance, Tunisie)
  • Yannick LE ROUX, Attaché de Coopération scientifique à l’Institut français de Coopération
  • Imed MELLITI (M-Assistant, HDR, ISSH, Tunis, AISLF)
  • Hafedh ABDERRAHIM (M-Assistant, FLSHSfax, GEDES, Tunisie)
  • Ridha ABDMOULEH (M-Assistant, FLSH-Sfax, GEDES, Tunisie)
  • Mohsen BOUAZIZI (M-Assistant, ISHS, Tunis, Président de l’Association des Sociologues Arabes)
  • Habib DEREOUICH (M-Assistant, FLSH-Sfax, GEDES, Tunisie)

Comité d’organisation

Ridha ABDMOULEH ; Mohamed ALOULOU ; Aroussia ATTORKI ;  Wissam BAKLOUTI ; Monia BEN-AYYAD ; Habib DEROUICH ; Ridha GHOUL;  Laila JERBI ; Fatma KAAOUI ; Souhir MAALOUL ; Imed MIGHRI. 

Les actes du colloque seront mis en ligne dont une sélection sera publiée dans un ouvrage collectif.

Correspondance

GEDES- Colloque 2010

Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax-FLSHS. (Route de l’Aéroport Km 4,5, 3029, Sfax, Tunisie). Tel : 00 216 74 670 544 / 00 216 74 670 557. Fax : 00 216 74 670 540.

Site Web : http://www.flshs.rnu.tn.

E-mail : Bechir_org@yahoo.fr /       Bechir.larbi@flshs.rnu.tn

Contact

Ridha ABDMOULEH  : r.abdmouleh@gmail.com

Lieux

  • Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax-FLSHS. (Route de l’Aéroport Km 4,5, 3029, Sfax, Tunisie). Tel : 00 216 74 670 544 / 00 216 74 670 557. Fax : 00 216 74 670 540.
    Sfax, Tunisie

Dates

  • vendredi 15 mai 2009

Mots-clés

  • sociologie de l'environnement, éthique de l'environnement, comportements écologiques, développement durable, Tunisie, société civile, culture écologique, croissance/décroissance, inégalités sociales et environnementales, rapport Nord/Sud

Contacts

  • Ridha Abdmouleh
    courriel : r [dot] abdmouleh [at] gamil [dot] com

Source de l'information

  • Ridha Abdmouleh
    courriel : r [dot] abdmouleh [at] gamil [dot] com

Pour citer cette annonce

« Environnement et développement durable : l’apport des sciences sociales », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 02 avril 2009, http://calenda.org/196924