AccueilLangue, littérature, littéralité

Langue, littérature, littéralité

Colloque hommage à Nadine Ly

*  *  *

Publié le vendredi 10 avril 2009 par Marie Pellen

Résumé

« Configuration motivée et motivante du texte » (Nadine Ly), la littéralité prend sa place dans une position charnière entre le faire textuel et le faire analytique, entre la production discursive et l’activité lectorale : ni grille d’analyse ni méthode de lecture, elle implique plutôt un positionnement du lecteur devant le texte, une « déontologie » de la lecture ou, si l'on préfère encore, un parti pris : celui de la motivation textuelle et de la signifiance, saisie notamment à travers les figures et les stratégies du sens « littéral », de l'étymologie, de l’analogie et de l'auto-représentation.

Annonce

Salle de Conférences de la Maison des Pays Ibériques - Institut d'Etudes ibériques et ibéro-américaines - Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3 - Esplanade des Antilles - Domaine Universitaire - 33607 Pessac Cedex

Programme

Jeudi 28 mai – Après-Midi

14h Accueil des participants
14h15 Ouverture du colloque

Lectures des classiques

Président de séance : Michèle RAMOND – Université Paris 8

14h30 Maria ARANDA (Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3)
De Circé à Ulysse : le naufragé « gothique » de Lope de Vega.

15h00 Philippe MEUNIER (Université Jean Monnet-Saint-Étienne)
Pour une autre lecture du « Peregrino en su patria » de Lope de Vega.

15h30 Nathalie DARTAI-MARANZANA (Université Lumière-Lyon 2)
Bois d’Amour, jardins et château dans les « Cigarrales de Toledo ».

16h00 Débat
16h15 Pause

Président de séance : Jean-Claude CHEVALIER – Université de Paris IV-Sorbonne

16h30 Mercedes BLANCO (Université de Paris IV-Sorbonne)
Góngora et la querelle de l’hyperbate.

17h00 Claude ALLAIGRE (Université de Pau et des Pays de l'Adour)
« Lozana Andaluza » : notes textuelles.

17h30 Débat

Vendredi 29 mai – Matin

Linguistique, poétique, traductologie

Président de séance : Anne-Marie CAPDEBOSCQ – Université de Limoges

9h30 Raphaël ESTEVE (Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3)
Le signifiant et son double.

10h00 Federico BRAVO (Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3)
Poétique de l'ordinaire : les autres figures du discours.

10h30 Débat
10h45 Pause

Président de séance : Yves AGUILA – Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3

11h00 Jean-Claude CHEVALIER & Marie-France DELPORT (Université de Paris IV)
La traduction de l'archaïsme.

12h00 Débat

Vendredi 29 mai – Après-Midi

Textes et théories du texte

Président de séance : Milagros EZQUERRO – Université de Paris IV-Sorbonne

14h30 Michèle RAMOND (Université Paris 8)
Le sujet d'écriture et la littéralité.

15h00 Anne-Marie CAPDEBOSCQ (Université de Limoges)
« La flor de tu secreto ».

15h30 Débat
15h45 Pause

Président de séance : Claude ALLAIGRE – Université de Pau et des Pays de l'Adour

16h00 Yves AGUILA (Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3)
Autour du discours polémique en Nouvelle Espagne.

16h30 Milagros EZQUERRO (Université de Paris IV-Sorbonne)
De la Littéralité aux Fragments.

17h00 Débat
17h15 Clôture du colloque

Résumés des communications

Yves AGUILA (Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3)

Autour du discours polémique en Nouvelle Espagne.

Résumé : À la fin de la période coloniale, au Mexique, les vieux antagonismes entre créoles et Espagnols péninsulaires s'exacerbent en même temps que naissent de nouvelles polémiques, autour de la prononciation, par exemple, ou suscitées par certains « proyectos », ces avatars au XVIII° de l'arbitrisme des siècles antérieurs. De propos délibéré, on n'en a retenu ici que les expressions les plus pittoresques et les formes les plus originales : « décimas » mises au service de l'injure, parodie des langages populaires, tant urbains que ruraux ou indiens, critique par l'absurde des mécanismes de pensée des « proyectistas ».

Mots-clés : créoles - gachupines - polémique - prononciation - proyectismo

Maria ARANDA (Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3)

De Circé à Ulysse : le naufragé « gothique » de Lope de Vega.

Résumé : En hommage et en (modeste) complément à l’étude que Nadine Ly a consacrée à l’architecture de La Circe, la communication s’intéressera à la version masculine des « métamorphoses » orchestrées par Lope de Vega, dans le cadre de son imaginaire marin et magicien. Par l’entremise d’une analyse littérale des textes (principalement extraits des Rimas, mais aussi de quelques tragi-comédies), l’analyse tentera de montrer comment, à partir du peregrino amoroso de la tradition pétrarquiste, le poète-dramaturge invente, avec ses naufragés errants, une écriture du temps visqueux, de l’espace impossible –aux confins du fantastique et de la noirceur « gothiques ».

Mots-clés : Lope de Vega - peregrino amoroso - poétique du personnage - le « gothique »

Claude ALLAIGRE (Université de Pau et des Pays de l'Adour)

« Lozana Andaluza » : notes textuelles.

Résumé : Mise à jour des notes textuelles de l'édition Cátedra ( Madrid, 1985) du Retrato de la Lozana Andaluza. Le commentaire de certaines d'entre elles confirme que le livre de Delicado est bien un texte fondé sur les polysémies, nourri d'anecdotes et truffé de parémies explicites ou implicites, qui, bien que jouant sur des thèmes fondamentalement sérieux (eschatologie, sac de Rome, etc...), est essentiellement ludique.

Mots-clés : Francisco Delicado - Lozana Andaluza - thématique - jeux linguistiques

Mercedes BLANCO (Université de Paris IV-Sorbonne)

Góngora et la querelle de l’hyperbate.

Résumé : La communication reviendra sur la question de l’ordre des mots dans les grands poèmes de Góngora, et particulièrement dans les Soledades, en s’appuyant sur certains travaux de Nadine Ly. Nous montrerons que de tous les facteurs de l’obscurité du poème, les altérations de l’ordre habituel que l’on regroupe sous la figure de l’hyperbate sont de loin les plus difficiles à surmonter et les plus significatifs d’un dessein poétique et esthétique. Pour essayer de mesurer l’enjeu de cette figure chez Góngora, nous analyserons l’étape finale de la querelle des Solitudes, la réponse du péruvien Espinosa Medrano à Faria y Sousa, le fameux Apologético (1662) qui rassemble toutes les questions débattues dans la querelle autour du seul problème de l’hyperbate.

Mots-clés : hyperbate - obscurité poétique - sublime - apologético

Federico BRAVO (Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3)

Poétique de l'ordinaire : les autres figures du discours.

Résumé : « Une figure de rhétorique –a-t-on pu dire– serait un défaut, si elle n'était pas voulue ». Le problème est que ni la rhétorique ni la sémiotique ni la linguistique ne sont d’aucun secours lorsqu’il s’agit de déterminer le degré d’intentionnalité qui sous-tend un procédé. D’autant que, dans l’échange entre locuteur et interlocuteur, à l’intention dont l’un marque son discours s’ajoute souvent celle que l’autre pense devoir lui prêter. Parler n’est jamais neutre : mais écouter ne l'est pas davantage. L’analyse de quelques figures non voulues du discours non poétique montre combien, finalement, l'expression « discours poétique » est pléonastique.

Mots-clés : littéralité - inconscient - écoute flottante - intentionnalité

Anne-Marie CAPDEBOSCQ (Université de Limoges)

« La flor de tu secreto »

Résumé : Comparaisons et métaphores florales construisent sémantiquement et syntaxiquement le discours de la beauté. De Berceo où le paysage semble se résoudre en équivalences d’ordre spirituel à Lope de Vega où l’excès du cliché ainsi que sa manipulation syntaxique conduisent à une exacerbation sensorielle et sensuelle, il s’agira, à travers quelques exemples, d’analyser les métamorphoses des métaphores florales.

Mots-clés : poésie - métaphore - cliché - mythe - Amarilis

Jean-Claude CHEVALIER & Marie-France DELPORT (Université de Paris IV-Sorbonne)

La traduction de l'archaïsme.

Résumé : On connaît assez les problèmes que posent à la traduction les œuvres du passé. Par force, elles sont aujourd'hui, pour le lecteur de l'original, faites d'archaïsmes. Elles lui offrent un lexique, une syntaxe et parfois une morphologie qui n'ont plus cours. Cette distance, manifeste dans la langue, les traducteurs ont de tout temps choisi de l'abolir ou de ne la maintenir qu'à des degrés divers, le plus souvent avec parcimonie. Mais il arrive que dans cet archaïsme général paraisse, emboîté et volontaire, un archaïsme plus lointain, plus profond. Que dans la langue paraisse un temps antérieur à celui de la naissance de l'œuvre : pour le lecteur d'aujourd'hui, une nouvelle distance dans la distance. C'est le cas du Don Quichotte où il est recouru, pour des effets divers, à des parlers qui ne sont plus ceux de Cervantes et de ses contemporains. Comment s'en accommodent les traducteurs quand leur mouvement le plus spontané est de tirer les œuvres vers le moment présent, quand leur visée première est de les rendre « accessibles aux nouveaux lecteurs » ? Qu'en est-il de ce qui était archaïque dans ce qui nous l'est devenu ? Qu'en est-il, dans le texte d'arrivée, de ce double rapport aujourd'hui présent dans l'œuvre de départ ?

Mots-clés : traduction - archaïsmes - Cervantes - Don Quichotte.

Nathalie DARTAI-MARANZANA (Université Lumière-Lyon 2)

Bois d’Amour, jardins et château dans les « Cigarrales de Toledo ».

Résumé : En hommage au travail de direction de ma thèse sur les Cigarrales de Toledo assuré par Nadine Ly, il s’agira d’explorer un passage du Cigarral II de l’œuvre tirsienne (Clásicos Castalia, 1996, p. 233-259) consacré au divertissement que propose à ses invités et amis le personnage de Narcisa, reine de ce « cigarral ». Je tenterai donc d’analyser l’allégorie et les emblèmes du château de verdure du Cigarral II pour montrer en quoi ce bois d’Amour ou ce château-jardin (le « Castillo de la Pretensión de Amor ») est la métonymie de la structure narrative et thématique des Cigarrales de Toledo de Tirso de Molina.

Mots-clés : allégorie - emblème - Cigarrales - jardin - structure

Raphaël ESTEVE (Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3)

Le signifiant et son double.

Résumé : L’analyse littérale se caractérise par l’attention particulière qu’elle accorde à la matérialité du langage. Contrariant l’idée selon laquelle la production du sens est le fait d’un langage qui n’est qu’une médiation, la littéralité entend dévoiler la signification comme le fait d’une coïncidence avec soi-même de ce dernier. C’est cet immanentisme qui rend tentant son rapprochement avec le rapport paradoxal à l’évidence que ne cesse de souligner le philosophe Clément Rosset quand il évoque notre tendance systématique à surimposer à ce qu’il nomme « le réel » un double de celui-ci.

Mots-clés : littéralité - signification - gnose - Rosset - Cervantès.

Milagros EZQUERRO (Université de Paris IV-Sorbonne)

De la Littéralité aux Fragments.

Résumé : Il s'agira de revenir sur les fondements théoriques de la Littéralité et sur les applications qui ont été proposées par les membres de l'équipe depuis la publication du premier volume collectif Littéralité 1 en 1989. Cette approche théorique des textes sera interprétée à la lumière de la théorie que je propose dans Fragments sur le texte : il n'est pas impossible que l'on découvre des parentés et des racines communes.

Mots-clés : littéralité - théorie - fragments

Philippe MEUNIER (Université Jean Monnet-Saint-Étienne)

Pour une autre lecture du « Peregrino en su patria » de Lope de Vega.

Résumé : Cette lecture du Peregrino en su patria se propose d’aller au-delà de l’étiquette de roman d’aventures qui lui est couramment apposée. En partant du double constat du titre paradoxal et de l’absence d’auto sacramental à la fin du 5ème livre, il s’agira de montrer à la lumière de trois épisodes particuliers –le pèlerinage à Montserrat, le séjour dans l’hôpital des fous de Valencia et la nuit fantasmatique dans un autre hôpital, refuge de pèlerins– comment le destin romanesque de Pánfilo épouse une autre trajectoire –allégorique– sous l’espèce d’une « révélation personnelle ».

Mots-clés : roman d’aventures - pèlerinage - auto sacramental - écriture allégorique - onomastique

Michèle RAMOND (Université Paris 8)

Le sujet d'écriture et la littéralité.

Résumé : Réflexion autour du « sujet d'écriture », instance en rapport avec les autres embrayeurs du texte littéraire mais qui a sa spécificité. Sera bien sûr évoqué le vaste champ de la littéralité avec lequel le sujet d'écriture entretient des liens étroits et même intimes.

Mots-clés : sujet - écriture - littérature - littéralité

Lieux

  • Salle de Conférences de la Maison des Pays Ibériques - Institut d'Etudes ibériques et ibéro-américaines - Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3 - Esplanade des Antilles - Domaine Universitaire
    Bordeaux, France

Dates

  • jeudi 28 mai 2009
  • vendredi 29 mai 2009

Fichiers attachés

Mots-clés

  • littéralité, signifiant, signifiance, motivation, analyse du discours, linguistique, poétique, sémiotique

Contacts

  • Federico Bravo
    courriel : fbravo [at] u-bordeaux3 [dot] fr

Source de l'information

  • Federico Bravo
    courriel : fbravo [at] u-bordeaux3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Langue, littérature, littéralité », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 10 avril 2009, http://calenda.org/196933