AccueilLes parcours individuels dans leurs contextes

Les parcours individuels dans leurs contextes

Appel à contributions Revue Temporalités n°11 (2010)

*  *  *

Publié le mardi 14 avril 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

Les parcours individuels, cheminements biographiques, ou trajectoires de vie ont fait l’objet d’une abondante production dans les sciences sociales et humaines, en histoire, démographie, anthropologie psychologie sociale, géographie humaine, sciences politiques, sociologie, notamment. L’apport attendu de ce numéro de la revue Temporalités intitulé (provisoirement) « les parcours individuels dans leurs contextes » réside dans l’exploration des manières, multiples, dont les chercheurs en sciences humaines et sociales articulent les parcours individuels et les contextes dans lesquels ils s’inscrivent, dans la réflexion sur la construction et la mobilisation des contextes pertinents dans une visée analytique, compréhensive ou explicative.

Annonce

Revue Temporalités n° 11
www.printemps.uvsq.fr/spip.php?article105

Coordonné par Didier Demazière et Olivia Samuel
(Laboratoire Printemps / Université de Versailles St Quentin)

Les parcours individuels, cheminements biographiques, ou trajectoires de vie ont fait l’objet d’une abondante production dans les sciences sociales et humaines, en histoire, démographie, anthropologie psychologie sociale, géographie humaine, sciences politiques, sociologie, notamment. L’apport attendu de ce numéro de la revue Temporalités intitulé (provisoirement) « les parcours individuels dans leurs contextes » réside dans l’exploration des manières, multiples, dont les chercheurs en sciences humaines et sociales articulent les parcours individuels et les contextes dans lesquels ils s’inscrivent, dans la réflexion sur la construction et la mobilisation des contextes pertinents dans une visée analytique, compréhensive ou explicative.

La question des contextes dans lesquels se déploient les trajectoires individuelles est centrale pour saisir et comprendre la diversité des parcours biographiques mais également pour rendre compte de l’intrication d’échelles temporelles variées qui les rythment. Pourtant la mise en contexte des biographies reste encore insuffisamment développée. Quelques travaux de référence ont tracé des pistes pour la prise en compte de différents niveaux de contexte dans l’analyse des conduites des individus. On peut citer par exemple la monographie que P. Bourdieu consacre aux paysans du Béarn, dans laquelle il articule trois niveaux d’observation avec leurs temporalités propres : les structures sociales et leurs évolutions historiques, les expériences collectives associées aux règles qui organisent les relations sociales locales, les parcours individuels qui s’y articulent de manière différentielle. Dans une approche relativement différente, celle du « life course », T. Hareven intègre également plusieurs niveaux de contexte, chacun ayant sa propre temporalité : le parcours individuel et les évènements qui le jalonne, l’inscription de ce parcours au sein d’un espace familial, qui lui-même évolue selon sa propre temporalité, et enfin les conditions historiques particulières qui participent à l’orientation des trajectoires.

D’autres exemples pourraient être cités bien sûr. Mais les exigences à la fois théorique, méthodologique et empirique inhérente à la contextualisation des parcours individuels, quelle que soit la perspective privilégiée, ont probablement contribué à limiter leur développement. De même, qu’une frontière, pas toujours figée mais réelle selon les cadres théoriques de références (structures et déterminismes sociaux d’un côté, et autonomie de l’acteur et des conduites individuelles de l’autre), a rendu plus difficile l’articulation des différents niveaux de contexte. Beaucoup de travaux actuels en sciences sociales, notamment ceux qui s’appuient sur des matériaux statistiques, tendent à centrer la focale sur l’individu, à la fois unité d’observation, de mesure et d’analyse, et à le couper de ses cadres de socialisation pour ne retenir que quelques variables génériques telles que la CSP, considérées comme suffisantes pour le situer socialement. Le renouvellement de la réflexion pour « desindividualiser » les parcours biographiques et les restituer dans leurs environnements sociaux et spatiaux (analyse multiniveau) est en cours, mais avec un coût méthodologique lourd. D’autres innovations relatives à la collecte et à l’analyse de données biographiques individuelles mises en contexte (au niveau de l’entourage par exemple) commencent à se développer et ouvrent des horizons prometteurs.

Aussi ce numéro de Temporalités vise à éclairer les articulations entre les parcours biographiques et les contextes dans lesquels ils se déroulent. S’il est évident que les premiers ne sauraient être dissociés des seconds, ceux-ci ne sont pour autant pas toujours renseignés empiriquement, attestés, décrits. Et l’objectif de ce numéro est d’avancer dans cette perspective, en écartant les conceptions minimalistes des contextes, qui les réduisent à de simples toiles de fond ou arrières plans : il s’agit de prendre en compte, identifier et expliciter les médiations entre les parcours et leurs contextes. Considérant que ces contextes ne sont pas donnés, mais sont construits par l’analyse, cette perspective est inséparable de la reconnaissance de la pluralité des manières de définir et renseigner les contextes. Il y a une multiplicité d’opérations de contextualisation, et les effets et apports de connaissance sont directement liés à l’invention sans cesse renouvelée de contextes pertinents pour la compréhension des parcours de vie. De plus, selon les disciplines des sciences humaines et sociales, les différentes occurrences des contextes (et d’autres encore) sont mobilisées de manière spécifique et sont croisées de façon appropriée. Ce numéro se propose de rendre compte des manières de faire pour saisir dans un même mouvement les trajectoires individuelles et les contextes dans lesquelles elles se déroulent.

Dès lors il n’est pas dans notre intention de dresser une liste des manières de construire des contextes pour l’analyse des parcours. A titre de stimulation de la réflexion nous pouvons simplement proposer quelques illustrations, parmi d’autres possibles, en pointant les médiations, possibles et non limitatives, entre ces contextes et les individus.

  • Le contexte peut être considéré à partir des institutions qui constituent des instances d’enracinement, d’appartenance, de socialisation, d’identification, et dans lesquelles les individus sont inscrits -selon des modalités différenciées- pour des périodes plus ou moins longues de leur biographie : famille, milieu de travail syndicats, associations, etc. 
  • Le contexte peut aussi être considéré à partir des territoires qui constituent des univers de vie traversés par des événements variables, inattendus ou récurrents, et dans lesquels les individus sont enracinés - de manière variable - plus ou moins durablement : quartier, ville, environnement social de proximité, etc. 
  • Le contexte peut encore être considéré à partir des environnements qui constituent des normes englobantes pesant sur les conditions de vie, et sur lesquelles les individus ont -sauf dans des situations exceptionnelles- peu de prise : phénomènes économiques, politiques publiques, productions normatives, etc. 
  • Le contexte peut encore être considéré à partir des époques qui constituent des périodes historiques, balisées par des épisodes et dessinant des destinées, et qui marquent -de manière diverse- les expériences individuelles : guerres, conjonctures, événements, etc. 
  • Le contexte peut encore être considéré à partir des relations qui constituent des réseaux d’activité, d’échange, d’interaction dans lesquels les individus sont engagés pour des durées et avec des intensités variables : liens faibles, rapports intergénérationnels, contacts, etc.

Ces cinq niveaux de contexte ne sont que des exemples, parmi d’autres possibles. Mais du moins chacun d’eux peut être considéré, pour l’analyse des parcours biographiques, sous divers angles : ce sont des univers normatifs qui fournissent ressources et contraintes pour les individus qui y sont inscrits ; ce sont des processus dynamiques qui ont leurs propres temporalités et qui dessinent des histoires ou parcours collectifs auxquels les individus se rattachent de manière différenciée ; ce sont aussi des espaces d’activité dans lesquels les individus sont inscrits de manière variable, que ce soit en termes de rôle, position, assignation, identification, etc.

Il est attendu des contributions ce numéro qu’elles traitent de manière centrale les liens entre parcours individuels et contextes sociaux. Il s’agit de proposer des contextualisations permettant de mieux rendre compte du déroulement des parcours individuels et de mieux identifier les mécanismes de leur différenciation. Comment contextualiser efficacement pour à la fois donner du sens aux parcours individuels et rendre compte de la diversité de ces parcours ?

Les articles pourront porter sur différents champs des parcours individuels (familial, résidentiel et migratoire, professionnel, de santé etc.) et pourront en articuler plusieurs. Ils s’appuieront sur des matériaux empiriques, quelle que soit leur nature (archives, questionnaires, entretiens, etc.). Ils aborderont de manière directe les dimensions méthodologiques de la démarche de recherche (conception des enquêtes, collecte, traitement, modalités de contextualisation).

Ce numéro thématique de la revue Temporalités sur les parcours ancrés dans leurs contextes s’ouvre à toute contribution émanant des sciences sociales et humaines (histoire, anthropologie, démographie, sociologie, science politique, géographie, économie, etc.).
Les auteur-e-s devront prendre contact avec les coordinateurs du numéro (didier.demaziere@uvsq.fr et olivia.samuel@uvsq.fr) pour soumettre leur projet d’article.

Calendrier :

Réception des propositions (résumés de 5000 signes maximum) : 15 juin 2009.
Réponse des coordinateurs : 15 juillet 2009
Réception des articles (50.000 signes maximum) : 15 octobre 2009
Retour des expertises des referees : 15 novembre 2009
Réception de la version révisée : 15 janvier 2010
Finalisation du numéro : 15 avril 2010
Mise en ligne : 15 juin 2010

Dates

  • lundi 15 juin 2009

Mots-clés

  • parcours individuel, cheminement biographique, trajectoire de vie, contexte, temps sociaux

Contacts

  • Didier Demazière
    courriel : didier [dot] demaziere [at] uvsq [dot] fr
  • Olivia Samuel
    courriel : olivia [dot] samuel [at] uvsq [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • François Théron
    courriel : francois [dot] theron [at] uvsq [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les parcours individuels dans leurs contextes », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 14 avril 2009, http://calenda.org/196978