AccueilMusique d’État et dictature

*  *  *

Publié le mardi 14 avril 2009 par Marie Pellen

Résumé

Ce colloque est consacré à l'étude de cas issus de contextes historiques différents, comme l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste, l’URSS et les autres pays du Bloc de l’Est, les régimes de Franco en Espagne et de Salazar au Portugal, la France de Vichy ou les dictatures latino-américaines des années soixante-dix, entre autres. Mais aussi, aux questions théoriques que soulèvent ces répertoires, longtemps perçus comme de simples outils de propagande peu dignes d’un intérêt musicologique ou historique.

Annonce

Musique d’Etat et dictature / State Music and Dictatorship

colloque international / international conference

organisé par le Centre de Recherches sur les Arts et le Langage

(CRAL - EHESS / CNRS)

sous la responsabilité d’Esteban Buch, Igor Contreras et Manuel Silva

Pendant les dictatures du vingtième siècle, la musique n’a jamais cessé de résonner. Même là où ces régimes n’ont pas proclamé de normes esthétiques, ils ont eu tendance à favoriser un certain genre de création musicale : pièces de circonstance, commémoratives ou de célébration, hymnes patriotiques ou militants, marches militaires, etc. Ils ont instauré des formes spécifiques de sélection et de soutien à la production musicale, à travers des prix ou des systèmes de commande, validant ou instituant ainsi certaines œuvres comme émanation de l’Etat. Aussi, à la marge ou au cœur du pouvoir, des compositeurs ont souvent produit spontanément des œuvres qui, par leur esthétique ou par leur programme, rejoignaient l’ordre politique en place.

Ce colloque est consacré à l'étude de cas issus de contextes historiques différents, comme l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste, l’URSS et les autres pays du Bloc de l’Est, les régimes de Franco en Espagne et de Salazar au Portugal, la France de Vichy ou les dictatures latino-américaines des années soixante-dix, entre autres. Mais aussi, aux questions théoriques que soulèvent ces répertoires, longtemps perçus comme de simples outils de propagande peu dignes d’un intérêt musicologique ou historique : trouve-t-on les mêmes types de production musicale dans toutes les dictatures considérées ? Quels discours et quelles pratiques furent mis en œuvre pour lancer ces musiques, et comment celles-ci furent-elles accueillies par les auditeurs ? Peut-on définir ces musiques par un ensemble de traits stylistiques, ou seulement par la fonctionnalité de leur contexte de diffusion ? Peut-on les considérer comme un ensemble cohérent, relevant du concept de « musique d’Etat » ?


Under the dictatorships of the twentieth century, music never ceased to sound. Even when they did not impose aesthetic standards, these regimes tended to favour certain kinds of music: occasional works for commemorations or celebrations, patriotic or militant hymns, military marches, etc. They created specific ways to select and promote music production, through prizes or commissions, thus validating or institutionalizing some compositions as the emanation of the State. Also, composers who were more or less close to power often wrote pieces of music on their own initiative to support the political order by way of an aesthetics or a program.

This conference will focus on musical works inspired and promoted by the apparatus of such regimes as Nazi Germany, Fascist Italy, the USSR and its satellites, Franco’s Spain and Salazar’s Portugal, France under Vichy, and Latin-American dictatorships of the 1970s. It will also address theoretical issues long neglected by musicologists and historians who tended to view them simply as propaganda tools. Are there similarities between musical productions in every dictatorship? Which discourses and practices were implemented and how did the listeners react to them? Can we locate any common stylistic features among them, or did they resemble one another chiefly in their contexts and media of circulation? Can we speak confidently about "State music"?

Programme / Program

Jeudi 14 mai 2009 / Thursday, May 14th 2009

Salle Lombard, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 96 bd. Raspail, 75006 Paris

Après-midi / Afternoon

13 : 45 Accueil des participants et introduction / Welcome & Introduction

14 : 30 – 16: 00 / Pause / 16: 30 – 18:00

ALLEMAGNE NAZIE ET ITALIE FASCISTE

Karen Painter (University of Minnesota) : Carmina Burana and Nazi Ritual.

Élise Petit (Université de Tours) : Nazisme, Volkslieder et musique d’État.

Katherine FitzGibbon (Lewis&Clark College, Portland) : Deutsches Heldenrequiem: Secular requiems in the Third Reich as an extension of German tradition.

Roberto Illiano (Centro Studi Opera Omnia Luigi Boccherini – Onlus) : Fascist Propaganda and the Figure of the Regime-Composer.

Elisa Teglia (Paris IV – Université de Bologne) : La chanson fasciste en Italie entre 1920 et 1945.

Justine Comtois (Université de Montréal – CRAL/EHESS) : Il Deserto tentato (1937) : un opéra dédié à Benito Mussolini.

Vendredi 15 mai 2009 / Friday, May 15th 2009

Salle M. et D. Lombard, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 96 bd. Raspail

Matinée / Morning

9 : 30 – 11 : 00 / Pause / 11 : 30 – 13 : 00

PENINSULE IBERIQUE

Germán Gan Quesada (Universitat Autònoma de Barcelona) : Musical Composition and Cultural Politics during the early Francoism: the National Music Prizes (1939-1959).

Michael Christoforidis (University of Melbourne) : Manuel de Falla’s Atlantida and issues of national identity in Franco’s Spain.

Igor Contreras (CRAL/EHESS): Le Concert de la Paix : trois commandes d’Etat pour célébrer les 25 ans du franquisme.

Daniel Party (Saint Mary’s College, Notre Dame) : Spanish canción ligera: the (un)official music of the late Franco regime.

Manuel Silva (INET-MD/Universidade Nova, Lisbonne) : La dictature salazariste et les paradoxes de la musique d’État : quelques réflexions à partir du poème symphonique 1640 de Luís de Freitas Branco

Paulo F. de Castro (Universidade Nova, Lisbonne) : Primitivisme, modernisme et pensée autoritaire: le cas de la 5e. Symphonie du compositeur portugais Joly Braga Santos.

Après-midi / Afternoon

14 : 30 – 16 : 00 / Pause / 16 : 30 – 18 : 00

AMERIQUE LATINE

Gabriel Ferraz (University of Florida) : Heitor Villa-Lobos and Getúlio Vargas: Indoctrinating Children through Music Education.

Erika Thomas (GERIICO/Lille 3 – CREPAL/Paris 3) : « Pra frente, Brasil ! », Expressions musicales du Brésil des années de plomb.

Esteban Buch (CRAL/EHESS) : L’écho des Conquistadores dans l’Argentine des généraux : une commande de la dictature à Alberto Ginastera.

Violeta Mayer (University of Liverpool) : Authoritarian Chile: Musical practices in the media.

Simone Münz (Georg-August-Universität, Göttingen) : « Dentro de le Revolución todo, contra la Revolución nada »: popular political music in revolutionary Cuba.

Luis Velasco-Pufleau (Université Paris IV-Sorbonne) : Création musicale et régimes autoritaires : le cas du Mexique postrévolutionnaire.

Samedi 16 mai 2009 / Saturday, May 16th 2009

Amphithéâtre, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 105 bd. Raspail

Matinée / Morning

9 : 30 – 11 : 00 / Pause / 11 : 30 – 13 : 00

URSS ET BLOC DE L’EST

Marina Frolova-Walker (University of Cambridge) : Elite Conversation on Art for the People: Music in the Stalin Prize Committee.

Jérôme Rossi (OMF/Université Paris IV-Sorbonne) : Le symphonisme soviétique à la fin de la seconde guerre mondiale à travers l’analyse comparative de deux symphonies de Prokofiev et Chostakovitch.

Christian Storch (University of Music Franz Liszt, Weimar): Alfred Schnittke, Arvo Pärt, and the Composers’ Union. A Struggle for Recognition or Mere Subversion?

Peter A. Kupfer (University of Chicago) : “We can sing and laugh like children!”: Music, Ideology, and Entertainment in Soviet Musical Comedies of the 1930s.

Boris von Haken (Goethe-Universität, Francfort) : Versions of history and modes of reception: Udo Zimmermann´s two operas "Weisse Rose" in East- and West-Germany.

Andrzej Tuchowski (University of Zielona Góra, Pologne) : Socialist realism as an ideological background for “state music” in Poland under Stalinist dictatorship.

Après-midi / Afternoon

14 : 30 – 16 : 00

LA FRANCE DE VICHY

Yannick Simon (Université de Rouen) : Vichy et la musique à travers l’exemple de Sainte Jeanne, oratorio radiophonique collectif.

Cécile Vendramini (C.R.E.A.D, IUFM de Bretagne-Rennes 2) / Jean-Pierre Rivenc (Ecole interne de l’Université de Bretagne occidentale) : Le répertoire vocal scolaire en Bretagne occupée : régionalisme, nationalisme, et traditions scolaires.

ZIMBABWE

Ingvill Morlandsto (Georg-August-Universität, Göttingen) : Mugabe and music in Zimbabwe: From “liberation struggle“ to dictatorship.

16 : 00 – 17 : 00 Conclusion par William Weber (California State University) et table ronde avec l’ensemble des participants et du public

Ce colloque est organisé par l’équipe Musique de CRAL (http://cral.ehess.fr) avec la collaboration de l’INET-MD de l’Université Nouvelle de Lisbonne (http://www2.fcsh.unl.pt/inet/)

Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Contacts : buch@ehess.fr, contrerasigor@gmail.com, manuel_denizsilva@yahoo.fr 

Plus d’informations prochainement sur http://musique.ehess.fr

Lieux

  • EHESS
    Paris, France

Dates

  • jeudi 14 mai 2009
  • vendredi 15 mai 2009
  • samedi 16 mai 2009

Mots-clés

  • Musique d'Etat, dictature, EHESS, CRAL, musicologie, nazisme, fascisme, franquisme, salazarisme

Contacts

  • CRAL/EHESS ~
    courriel : cral [at] ehess [dot] fr

Source de l'information

  • Igor Contreras
    courriel : contrerasigor [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Musique d’État et dictature », Colloque, Calenda, Publié le mardi 14 avril 2009, http://calenda.org/196986