AccueilMultimodalité de la communication chez l’enfant

Multimodalité de la communication chez l’enfant

Appel à proposition de contributions pour le numéro 42 de la revue Lidil

*  *  *

Publié le mercredi 15 avril 2009 par Marie Pellen

Résumé

Le numéro 42 de la Revue Lidil « Multimodalité de la communication chez l’enfant » accueillera des propositions de contributions pouvant s’intégrer dans les trois volets thématiques suivants : le développement gestuel et multimodal de la parole, tant précoce que tardif chez les enfants normo-entendants et sourds ; l’impact de la langue et de la culture d’origine sur ce développement, chez l’enfant entendant comme chez l’enfant sourd ; les gestes et l’acquisition du langage parlé chez des enfants atteints de troubles du langage. L’ambition de ce numéro étant de disposer d’une première vue d’ensemble du champ, on appréciera les contributions à visée contrastive : comparaisons inter-âges, comparaisons inter-tâches, comparaisons inter-langues, comparaisons entre enfants sourds et entendants, influence des modes de socialisation et de scolarisation, comparaisons entre enfants au développement typique et au développement troublé, etc.

Annonce

La communication parlée est multimodale car elle s’appuie sur l’échange de signaux linguistiques et non linguistiques de nature auditive, visuelle et kinésique. Les gestualistes, en France comme ailleurs (McNeill, 1992 ; Calbris, 2003 ; Kendon, 2004) ont par leurs observations montré la force des relations séquentielles, fonctionnelles et sémiotiques entre la parole et la gestualité coverbale. La thèse de la multimodalité de la parole (McNeill, 2000 ; Kita & Özyürek, 2007) postule même l’existence d’un processus unique mêlant différents types de représentations (linguistiques et autres) et aboutissant à la production d’un énoncé multimodal où ce sont tout à la fois les mots et les gestes du locuteur qui exprimeraient ces représentations. Par ailleurs, l’étude des langues signées pratiquées par les sourds a montré depuis fort longtemps que la gestualité, organisée en énoncés, permet l’expression de la pensée (y compris de la pensée abstraite), des émotions et des intentions du locuteur au même titre que la vocalité dans son organisation linguistique (Goldin-Meadow, 2003). Dans le cadre de ce numéro de la revue Lidil, c’est du côté de l’acquisition du langage, normale et troublée, que nous aimerions mettre en évidence quelques-unes des implications de ces recherches.

Les moyens non linguistiques de communication sont, de par l’incapacité du tout jeune enfant à parler, très majoritairement utilisés au cours des deux premières années (Guidetti, 2002). Or il est aujourd’hui établi que les gestes du jeune enfant jouent un rôle de premier plan dans les acquisitions linguistiques, à l’âge où se met en place un système intégrant paroles et gestualité et matérialisé par des combinaisons geste+mot (Capirci et al. 1996; Goldin-Meadow & Butcher, 2003). Par ailleurs, il semble que la gestualité dans sa dimension coverbale, loin de régresser après l’âge de deux ans, se transforme et continue à se développer tout au long de l’enfance au fil des acquisitions langagières (Colletta, 2004, Gullberg, de Bot & Volterra, 2008).

A partir de là, un certain nombre de questions se posent : à quel âge note-t-on des évolutions significatives dans la gestualité de l’enfant ? Comment les expliquer ? Comment ces évolutions s’intègrent-elles dans le tableau plus général des acquisitions pragmatiques et discursives ? Qu’apporte le fait d’étudier les conduites langagières enfantines dans leur multimodalité sur la connaissance du développement pragmatique et discursif ? En quoi le contexte familial influe-t-il sur les acquisitions en matière de gestualité et de multimodalité ? La langue et la culture d’appartenance ont-elles une incidence en la matière, et si oui, quel est l’effet des codages linguistiques propres à chaque langue d’une part, des attentes et représentations en matière de conduites sociales d’autre part, sur la gestualité et son développement ? Que se passe-t-il de ce point de vue chez l’enfant sourd pratiquant une langue gestuelle ? Sur quelles ressources sémiotiques construit-il son discours ? Que nous apprend l’évolution des ressources corporelles et multimodales sur le développement cognitif et sur le développement social ? Que se passe-t-il chez l’enfant qui présente une dysphasie, un syndrome de Down, un syndrome de Williams ou une lésion cérébrale ? Qu’apporte l’observation multimodale des conduites langagières enfantines à la connaissance des troubles de l’acquisition et de ces pathologies ?

Au vu des questions qui précèdent, les propositions de contributions peuvent couvrir les trois volets suivants :

  • le développement gestuel et multimodal de la parole, tant précoce que tardif chez les enfants normo-entendants et sourds ;
  • l’impact de la langue et de la culture d’origine sur ce développement, chez l’enfant entendant comme chez l’enfant sourd ;
  • les gestes et l’acquisition du langage parlé chez des enfants atteints de troubles du langage.

Enfin, l’ambition de ce numéro étant de disposer d’une première vue d’ensemble du champ, on appréciera les contributions à visée contrastive : comparaisons inter-âges, comparaisons inter-tâches, comparaisons inter-langues, comparaisons entre enfants sourds et entendants,  influence des modes de socialisation et de scolarisation, comparaisons entre enfants au développement typique et au développement troublé, etc.

Echéances

-          31 mai 2009 : date limite d’envoi de la proposition sous la forme d’un résumé d’une page format A4 (times 12, interligne simple), sous forme électronique, à jean-marc.colletta@u-grenoble3.fr ;

-          30 juin 2009 : communication aux auteurs des contributions sélectionnées par les coordinateurs du numéro ;

-          30 novembre 2009 : date limite d’envoi de l’article pour les propositions sélectionnées ;

-          décembre 2009 et janvier 2010 : lecture des textes par les coordonnateurs et navettes entre les coordonnateurs et les auteurs ;

-          15 février : remise par les coordonnateurs de l’ensemble des textes au secrétariat de rédaction de Lidil. Les articles sont anonymisés et envoyés à deux membres du comité de lecture pour évaluation ;

-          15 avril au plus tard : transmission des avis des membres du comité de lecture aux coordonnateurs ; nouvelles navettes éventuelles avec les auteurs ;

-          30 juin 2010 : envoi du texte définitif.

-          décembre 2010 : publication

Catégories

Lieux

  • Grenoble, France

Dates

  • dimanche 31 mai 2009

Fichiers attachés

Mots-clés

  • parole, enfant, communication

Contacts

  • Jean-Marc Colletta
    courriel : jean-marc [dot] colletta [at] u-grenoble3 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Elisabeth Greslou
    courriel : ellug [at] u-grenoble3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Multimodalité de la communication chez l’enfant », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 15 avril 2009, http://calenda.org/196997