AccueilLa dimension spatiale de la domination

*  *  *

Publié le jeudi 16 avril 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

Il s’agit avec cette journée d’étude de rouvrir le débat sur la nature et la dynamique des liens qui se tissent entre politique et espace. C’est à travers les notions de pouvoir et de domination que nous souhaiterions aborder la dimension politique de l’espace. Parce qu’il est un bien rare, l’espace, inégalement accessible aux différents individus ou groupes sociaux, constitue un enjeu majeur des relations qui les caractérisent, et, partant, des luttes qui les opposent – que ces luttes soient ouvertement déclarées ou qu’elles se jouent dans le silence de mécanismes plus couverts, dans l’émiettement de micro-décisions. Par « dimension spatiale de la domination », nous entendons tout à la fois un processus et un résultat : d’une part, les actions volontairement engagées dans l’espace en vue d’exercer (et de signifier) une domination, d’autre part, un constat, la distribution inégalitaire des biens et des personnes dans l’espace, qui ne résulte pas forcément de décisions conscientes, mais qui constitue toujours un symptôme particulièrement révélateur pour comprendre les valeurs d’une société et des groupes qui la composent.

Annonce

Il s’agit avec cette journée d’étude de rouvrir le débat sur la nature et la dynamique des liens qui se tissent entre politique et espace. C’est à travers les notions de pouvoir et de domination que nous souhaiterions aborder la dimension politique de l’espace. Parce qu’il est un bien rare, l’espace, inégalement accessible aux différents individus ou groupes sociaux, constitue un enjeu majeur des relations qui les caractérisent, et, partant, des luttes qui les opposent – que ces luttes soient ouvertement déclarées ou qu’elles se jouent dans le silence de mécanismes plus couverts, dans l’émiettement de micro-décisions. Par « dimension
spatiale de la domination », nous entendons tout à la fois un processus et un résultat : d’une part, les actions volontairement engagées dans l’espace en vue d’exercer (et de signifier) une domination, d’autre part, un constat, la distribution inégalitaire des biens et des personnes dans l’espace, qui ne résulte pas forcément de décisions conscientes, mais qui constitue toujours un symptôme particulièrement révélateur pour comprendre les valeurs d’une société et des groupes qui la composent.
 
Un tel objet d’étude transcende les barrières disciplinaires, notamment celles qui se sont trop souvent dressées entre l’histoire et la géographie. Une telle approche pluridisciplinaire nous semble essentielle pour décrypter la « nature et la dynamique de la dimension politique de l’espace » et comprendre le déploiement de figures plurielles du pouvoir ou de la domination sur, dans ou à travers l’espace, qu’il s’agisse de l’appropriation des ressources qui s’y localisent ou du contrôle des individus et des populations qui s’y déploient. Si nous faisons
l’hypothèse que l’approche pluridisciplinaire peut être féconde à l’étude de la dimension spatiale de la domination, nous pensons aussi qu’un tel objet peut nourrir la réflexion sur la relation entre les deux disciplines, et les possibilités de transferts théoriques et/ou méthodologiques ; pour peu que l’on considère l’histoire et la géographie comme des sciences sociales dont les approches et les outils permettent d’interroger de manière critique la réalité sociale contemporaine ou passée. 

9h15 : Accueil 
 
9h30 : Jérémie Foa (UBP, CHEC) et Matthieu Giroud (UBP, CERAMAC et UMR Migrinter) :
Introduction
 
10 h : Fabrice Ripoll (Université de Paris XII) :
La dimension spatiale de la domination : l’action collective face aux trois états du social
 
 10h30 : Discussion et pause 
 
11h : Jean-Damien Colombeau (Directeur de la Maison de Quartier de Champratel) :
Le quartier de Champratel à Clermont-Ferrand : quelques usages d’un espace d’habitat social 
 
11h30 : Franck Chignier-Riboulon (UBP, CERAMAC) :
La dimension spatiale de la domination au sein des espaces d’exclusion : un emboîtement spatial et social ?
 
12h : Discussion 
 
14h : Jérémie Foa (UBP, CHEC)
La rue disputée au temps des guerres de Religion : théologie de l'espace ou sociologie de la domination ? 
 
14h30 : Pierre Cornu (UBP, CHEC)
Le dualisme agrarien, entre reconnaissance et aliénation des espaces ruraux (France, 1880-1944)
 
 15h : Discussion et pause 
 
15h30 : Vincent Veschambre (UBP, CERAMAC)
Le patrimoine architectural : expression emblématique de la dimension spatiale de la domination 
 
16h : Fabien Conord (UBP, CHEC)
La dimension spatiale de la domination dans les communes minières. L’exemple de l’Auvergne 
 
16h30 : Discussion

Lieux

  • Maison des Sciences de l'Homme, 4 Rue Ledru
    Clermont-Ferrand, France

Dates

  • mercredi 06 mai 2009

Mots-clés

  • domination, territoire, habitat, espace, patrimoine archirectural, Auvergne

Contacts

  • Jérémie Foa
    courriel : jeremie [dot] foa [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Guillaume Tatti
    courriel : chec [at] univ-bpclermont [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La dimension spatiale de la domination », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 16 avril 2009, http://calenda.org/197000