AccueilL’idéologie en disputes

L’idéologie en disputes

Quels concepts, quelles méthodes pour une sociologie politique des biens symboliques ?

*  *  *

Publié le lundi 27 avril 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

On assiste actuellement en sciences sociales à un renouveau des questionnements sur les dimensions symboliques et cognitives de l’action collective. Les notions et concepts utilisés sont divers, mais deux pôles peuvent être distingués : l'un « objectiviste », qui tend à réduire l’idéologie à un reflet de la réalité objective ; et l'autre « subjectiviste », où l’idéologie, et les notions voisines sont réduites à un outil que les acteurs manipuleraient à leur guise en vue de mobiliser les ressources. En partant d’une réflexion sur l’intérêt et les limites du concept d’« idéologie », l’objectif de cette journée d’études est de faire dialoguer des chercheurs qui partagent des interrogations de recherche analogues - les dimensions symboliques et idéelles de l’action collective - tout en s’intégrant dans des approches théoriques et méthodologiques différentes.

Annonce

CERAPS, Université Lille 2
(place Déliot à Lille, métro Porte de Douai)

(Dans le cadre du programme ANR « La formation syndicale. Socialisation et apprentissages militants dans les organisations syndicales de salariés en France »)

On assiste en sciences sociales à un renouveau des questionnements sur les dimensions symboliques et cognitives de l’action collective1. Les notions et concepts utilisés sont divers : « représentations », « idées », « cadres d’interprétation », « régime de vérité », « idéologie », cette dernière notion étant encore connotée négativement.

On peut distinguer deux pôles correspondant à deux approches possibles des dimensions symboliques de l’action collective : un pôle objectiviste, qui tend à réduire l’idéologie à un reflet de la réalité objective ; et un pôle marqué au contraire par un fort subjectivisme, où l’idéologie, et les notions voisines sont réduites à un outil que les acteurs manipulent comme ils le souhaitent en vue de la mobilisation des ressources Ces deux approches trouvent des limites importantes qu’il s’agit de tenter de dépasser.

En partant d’une réflexion sur l’intérêt et les limites du concept d’« idéologie », l’objectif de cette journée d’études est de faire dialoguer des chercheurs qui partagent des interrogations de recherche analogues - les dimensions symboliques et idéelles de l’action collective - tout en s’intégrant dans des approches théoriques et méthodologiques différentes.

La journée sera l’occasion de présenter des approches plus théoriques, de l’ordre de la synthèse, sur les trois temps des processus symboliques, production-circulation-réception, avec des applications empiriques qui, chacune à leur niveau, mobilisent ou discutent le terme d’idéologie.

Déroulement de la journée

- 9h30-10h Introduction

Nathalie Ethuin et Karel Yon (CERAPS, Lille 2), « Peut-on penser les idées sans idéologie ? »

 

- 10h-12h30

Idées et idéologies politiques : perspectives socio-historiques

Frédérique Matonti (CRPS, Paris I), «Derrière la fixité des ‘’ismes’’. Comment traiter sociologiquement des idéologies ?»

François Denord (CSE, EHESS), « Le néolibéralisme comme idéologie »

- 14h-16h

L’administration du sens dans les groupements militants

Danny Trom (GSPM, EHESS), «La question du sens et la sociologie de l'action »

Yann Raison du Cleuziou (CRPS, Paris 1), « Institution de la foi et foi dans l'institution : imposition et subversion d'un régime de vérité dans la Province dominicaine de France (1954-1978) »

- 16h15-18h15

Logiques et processus de réception et d’appropriation

Brigitte Le Grignou (IRISSO, Paris Dauphine ), «Réceptions et usages des idées : synthèse et enjeux »

Ivan Bruneau (INRA-ENESAD, CSU), « Positions sociales et idéologie structurante : militer à la Confédération Paysanne »

1 En science politique, par exemple, un séminaire intitulé « comment étudier les idées ? » s’est déroulé pendant deux ans au sein du CSU, organisé par Catherine Achin, Bernard Pudal et Hervé Serry. Lors du prochain congrès de l’AFSP en septembre 2009, se tiendra une section thématique « que faire des idées en science politique ? », organisée par JG Contamin et JP Heurtin.

Lieux

  • Ceraps, Université Lille 2, place Déliot (Lille), métro Porte de Douai
    Lille, France

Dates

  • mercredi 17 juin 2009

Mots-clés

  • idées, politique, action collective

Contacts

  • Nathalie Ethuin
    courriel : nathalie [dot] ethuin [at] univ-lille2 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Igor Martinache
    courriel : igor [dot] marti [at] laposte [dot] net

Pour citer cette annonce

« L’idéologie en disputes », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 27 avril 2009, http://calenda.org/197054