AccueilLes ports maghrebins : entre volonté et réalité

*  *  *

Publié le lundi 11 mai 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

La plupart du commerce extérieur des pays maghrébins emprunte la voie maritime ‎donc ses ports jouent un rôle stratégique. L’objectif de ce colloque est de dresser l’état ‎des lieux et d'identifier les problèmes et de proposer des solutions pour le ‎développement de ses ports afin qu'ils puissent jouer le rôle d'infrastructures de ‎transports et d'outils d'aménagement du territoire. L’approche sera globale : spatiale, ‎juridique, économique et environnementale.‎

Annonce

Institut supérieur maritime de Bouismail

Ministère de l 'enseignement supérieur en Algérie
site: www.ism.edu.dz

Problématique des ports de commerce maghrébins

La problématique des ports de commerce maghrébins peut s’articuler autour les axes suivants :

Axe1 : Le port en tant qu’infrastructure dédiée aux échanges maritimes :

La nature et la qualité de cette infrastructure sont déterminantes de la performance technique du port et de sa rentabilité économique. A l’ère de la mondialisation, les infrastructures et les équipements des ports maritimes maghrébins les habilitent-ils à jouer leur rôle dans les dynamiques de développement ? Comment sont-ils reliés aux autres modes de transport (routiers et ferroviaires) ? Quels rapports ont-ils avec les villes auxquelles ils appartiennent ? Dans quelle mesure les politiques de développement des infrastructures portuaires maritimes prévoient des solutions aux problèmes de la concurrence que se font les ports spécialisés dans leurs efforts d’attraction des flux ? Quelles infrastructures, quels équipements et quels services sont programmés ? Permettront-ils aux ports maghrébins de lutter contre la concurrence des ports méditerranéens et autres ?

Axe2 : L’avant-pays maritime 

Etant l’une des composantes de l’espace économique sur lequel les ports maritimes se basent dans leurs dynamiques, les avant-pays maritimes sont les espaces de drainage et de redistribution des flux passant par les ports. Pour les ports maghrébins la concentration de la majorité de leur flux d’importation et d’exportation dans les pays européens est un héritage historique lourd. Il est aussi révélateur de la dépendance continue des économies maghrébines vis-à-vis de l’espace économique européen. L’élargissement de cet espace à l’Europe orientale est-il synonyme de perte de flux pour les ports maghrébins ? Quels avant-pays maritimes autres les ports maghrébins peuvent-ils avoir dans l’avenir ? Quelles politiques commerciales de rechange faudra-t-il adopter pour résoudre les problèmes d’insertion dans l’économie mondiale ?

Axe3 : L’arrière-pays terrestre

L’arrière-pays terrestre est la base territoriale sur laquelle se fonde la deuxième base économique des ports maritimes. Les ports maghrébins ont longtemps eu des arrière-pays primaires avec des flux d’exportation des matières premières agricoles, minières et des sources d’énergie et des flux d’importation de produits de consommation, des biens d’équipement et des moyens de production. Certes les produits manufacturés à l’intérieur des territoires maghrébins occupent une place de plus en plus grande dans les flux d’exportation. Mais les économies maghrébines sont-elles assez développées et diversifiées pour alimenter des flux d’exportation maritimes vers des marchés extérieurs ?

   Quelles infrastructures terrestres lient les ports maghrébins à leurs arrière-pays? Sont-elles performantes pour aller de pair avec des politiques de modernisation des ports ? Quelles perspectives d’avenir ont les ports maghrébins en rapport avec des arrière-pays terrestres élargis à l’intérieur de l’espace maghrébin et en direction de l’Afrique subsaharienne ?

Axe 4 : Quel statut pour l’autorité portuaire au Maghreb ?

La problématique du statut juridique de l’autorité portuaire est une question récurrente. Elle se pose avec acuité pour les ports Maghrébins. Il est admis, que l’évolution de la structure de l’économie mondiale n’est pas sans conséquences sur la gestion de ports maritimes et par delà, sur la nécessité d’une mutation du rôle des autorités portuaires afin de faire aux défis et aux nouveaux enjeux qui caractérise le commerce mondial.

La globalisation de l’économie mondiale, l’évolution de la structure du trafic maritime mondial ainsi que l’affirmation de la conteneurisation comme principal mode de transport maritime des marchandises, nécessite de la part des autorités portuaires de grands efforts notamment en matière de management commercial et d’investissement portuaires.

Il en résulte, une interrogation quant à la forme juridique que doit revêtir l’autorité portuaire pour mieux appréhender ce changement de son environnement. Cette question intéresse toutes les autorités portuaires dans le monde et principalement celles des pays Maghrébins.

La réadaptation du rôle de l’autorité portuaire exige-elle la mise en place d’un nouveau statut juridique ? Où peut on se suffire de l’organisation actuelle ? Un nouveau statut juridique doit – il s’appuyer essentiellement sur le secteur privé ? Dans ce cas, doit on opter pour une autorité portuaire de type « landport » ? Quelle est la place de l’Etat dans ce nouveau statut ? Quelles sont les fonctions régaliennes qui lui seront dévolues ? Quel sera le degré de la participation de l’Etat dans le financement des équipements portuaires ? Comment s’effectuera la répartition des responsabilités entre l’Etat et les opérateurs privés ?

En outre, le développement des ports Maghrébins exige de nouveaux espaces, à cet effet, quel sera le rôle de l’Etat dans la nouvelle politique foncière portuaire ? Quels sont les principes juridiques qui gouvernent la maîtrise foncière portuaire dans les pays Maghrébins ?

En matière environnementale, les ports sont un grand réceptacle de déchets, mais ils sont également considérés comme une source de pollution, dès lors, la responsabilité de l’autorité portuaire en matière d’environnement reste posée, quel est le cadre juridique de la politique portuaire environnementale Maghrébine ?

Autant de questions qui se posent et qui nécessitent une sérieuse réflexion afin que les ports Maghrébins s’insèrent définitivement dans l’économie mondiale et demeure un vecteur essentiel de la mise en place d’une politique Maghrébine commune.

Par conséquent, les principaux axes concernant la problématique de l’autorité portuaire sont :

-         Quel statut juridique pour l’autorité portuaire Maghrébine ?

-         Quelle est la répartition des responsabilités entre l’Etat et les opérateurs privés dans le cadre d’un partenariat public – privé ?

-         Quel est l’impact de la mutation des activités commerciales portuaires sur le rôle de l’autorité portuaire dans les pays Maghrébins ?

-         Quelle est la répartition des charges de financement des investissements dans le cadre d’un partenariat public – privé dans les pays Maghrébins ?

-         Quel sera le nouveau cadre juridique de la politique foncière portuaire dans les pays Maghrébins ?

-         Quelle est la responsabilité de l’autorité portuaire en matière environnementale ?

Normes de présentation du texte des communications

Les communications sont soumises dans un format Microsoft Word et doivent tenir en 10 pages incluant les notes bibliographiques. Les instructions de mise en page imposent un interligne simple, police Arial (grandeur12 points), marges de 2,5 cm (en haut, en bas, à gauche et à droite). Les pages sont par ailleurs numérotées au centre du bas de page et commençant par le n° 1.

En plus des 10 pages mentionnées, une page précédant la communication, qui rappelle le titre, le nom de l’auteur, son statut et coordonnées complètes (Tel et e- Mail), ainsi que le résumé de la communication.

La présentation des communications en PowerPoint est souhaitable dans un exercice de 15 à 20 minutes.

La problématique, la méthodologie, l’apport de l’article doivent être énoncés.

 Les articles sont soumis au comité scientifique du colloque : système double aveugle

Articles à envoyer à : portsmaghreb@yahoo.fr

Comité scientifique

Président d’Honneur

Pr. Amar Tou, Ministre des Transports

 

Président du colloque

Mr. Yacine Ahmed Yahia, Directeur de l’ISM

 

Présidente du comité scientifique

Dr. Mohamed Chérif Fatima Zohra

 

Membres

Pr. M. Bellataf, U. Bejaia (Algérie)

Pr. F. Boubakour, U. Batna (Algérie)

Pr. R. Lamine, U. Sousse (Tunisie)

Pr. M. Ratoul, U. Chlef (Algérie)

Pr. A. Seddiki, U. Tanger (Maroc)

Pr. B. Tidjane, U.Oran (Algérie)

Pr. H. Zeghbib, U. Montpellier (France)

Dr. K. Haddoum, U. Boumerdes (Algérie)

Dr. F.Z.Mohamed Chérif, ISM (Algérie)

Dr. H. Saari, ISM (Algérie)

Mr. A. Azouaou, ISM (Algérie)

Mr. A. Kerma, ISM (Algérie)

Mr. L. Lahyani, ISM (Algérie)

Lieux

  • Institut Superieur Maritime
    ’Aïn Benian, Algérie

Dates

  • dimanche 30 août 2009

Mots-clés

  • aménagement du territoire, avant pays, arrière pays, Maghreb, ports, infrastructures de transports

Contacts

  • Mohamed Cherif
    courriel : cherif [dot] mohamed64 [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Fatma Zohra Mohamed Cherif
    courriel : medcherif [dot] fz [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les ports maghrebins : entre volonté et réalité », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 11 mai 2009, http://calenda.org/197148