AccueilPropagandes : objectifs et pratiques au XVIe et au XXe siècles

*  *  *

Publié le mercredi 20 mai 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

Pouvons-nous établir des parallèles entre les objectifs de la propagande au seizième siècle et ceux de la communication de masse contemporaine ? Comment les historiens de la première modernité utilisent-ils le terme de propagande ? Quels glissements sémantiques peut-on observer par rapport à son utilisation par les historiens de la société de masse ? Pour répondre à ces questions, cet atelier de recherche propose une approche diachronique, allant de pair avec un changement de perspective : plutôt que sur les contenus, qui sont toujours spécifiques à leur époque, l’attention se portera sur les outils et les pratiques de la propagande dans la longue durée.

Annonce

Le terme de propagande, malgré son origine dans celui de « propaganda fide » au dixseptième
siècle, a été largement utilisé pour désigner les phénomènes de la communication politique contemporaine. Ce n’est que plus récemment que le mot a fait son entrée dans les études consacrées à des périodes plus reculées, pour se trouver aujourd’hui employé dans de nombreux ouvrages récents afin d’évoquer les pratiques de persuasion qui émergent au 16e siècle, époque marquée par les divisions religieuses et la consolidation des États.

Mais comment les historiens de la première modernité utilisent-ils le terme de propagande ? Quels glissements sémantiques peut-on observer par rapport à son utilisation par les historiens de la société de masse ? Les pratiques que décrivent les uns sont-elles comparables avec celles qu’étudient les autres ? Pouvons-nous établir des parallèles entre les objectifs de la propagande au seizième siècle et ceux de la communication de masse contemporaine ?

Pour répondre à ces questions, cet atelier de recherche propose une approche
diachronique, allant de pair avec un changement de perspective : plutôt que sur les
contenus, qui sont toujours spécifiques à leur époque, l’attention se portera sur les outils
et les pratiques de la propagande dans la longue durée.

À partir des recherches en cours, les intervenants aborderont les questions suivantes
pour le 16e siècle et/ou pour le 20e siècle :

  • Quelle est la terminologie de la propagande ? Comment la définit-on ? Dans les
    sources ? Dans l’historiographie ? Dans la recherche actuelle ?
  • Qui sont les producteurs de propagande ? Quels sont leurs objectifs ? À quels moyens
    recourent-ils ? À qui s’adressent-ils ?
  • Quels sont les problèmes (sources, méthodologie) auxquels est confronté le chercheur
    dans l’étude de la production et de la « réception » de la propagande ?

Les deux langues de l’atelier de recherche seront le français et l’anglais.

Nous accorderons la priorité aux propositions de jeunes chercheurs.

Les propositions de communication ne dépasseront pas une page et seront envoyées à
l’adresse e-mail ci-dessous avant le 1er juillet 2009 :

propagandes16-20[at]ulb.ac.be

L’atelier de recherche aura lieu à l’Institut d’Etudes Européennes de l'Université Libre
de Bruxelles, le 23 octobre 2009.

Organisation :

Irene Di Jorio, Stéphanie Gonçalves, Véronique Pouillard, Monica
Stensland, Monique Weis

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

The use of the term “propaganda”, despite its origin in the expression "propaganda fide" that dates from the seventeenth century, has flourished first and foremost in the field of contemporary political communication. It is only rather recently that the term "propaganda" has been reinvested to other, more distant periods of history as a key concept of scholarly study. Many recent books and essays on the practices of persuasion in the sixteenth century, a time of religious strife and political centralisation, now resort to the term “propaganda”.

But how do historians of early modern societies use a concept that became central for those who study modern mass society? Which semantic shifts can be observed in the use of the term “propaganda” by early modern historians? And is it possible to compare the purposes and practices they describe with the research subjects of historians working on the twentieth century? Only a diachronic approach will allow us to answer these questions. It has to go hand in hand with a change of perspective: the focus must be on the long-term means and techniques of propaganda instead of on its specific contents.

On the basis of work in progress, contributors are invited to tackle the following questions for the 16th century or/and for the 20th century:

  • What is the terminology of propaganda? What are the definitions of the term? In the
    sources? In the historiographical tradition? And in current research?
  • Who are those who produce propaganda? What are their aims? Which practices do
    they resort to? And who do they want to influence?
  • What kind of problems (sources, methodology) do historians confront in the study of
    the production and the “reception” of propaganda?

The languages of the workshop will be French and English.

We encourage proposals by young researchers and ask that those interested submit a short abstract (max. 1 page) by email before 1st July 2009 to:

propagandes16-20[at]ulb.ac.be

The workshop will take place on 23 October 2009 at the Institute for European
Studies at the Université libre de Bruxelles.

Organisers:

Irene Di Jorio, Stéphanie Gonçalves, Véronique Pouillard, Monica
Stensland and Monique Weis.

Lieux

  • Université Libre de Bruxelles, Institut d'Etudes Européennes
    Bruxelles, Belgique

Dates

  • mercredi 01 juillet 2009

Mots-clés

  • propagande

Contacts

  • Irene Di Jorio, Stéphanie Gonçalves, Véronique Pouillard, Monica Stensland and Monique Weis ~
    courriel : propagandes16-20 [at] ulb [dot] ac [dot] be

Source de l'information

  • Irene Di Jorio, Stéphanie Gonçalves, Véronique Pouillard, Monica Stensland, Monique Weis ~
    courriel : propagandes16-20 [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Propagandes : objectifs et pratiques au XVIe et au XXe siècles », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 20 mai 2009, http://calenda.org/197253