AccueilQue nous dit la théorie ? Entretiens sur la musique ancienne en Sorbonne

*  *  *

Publié le mercredi 27 mai 2009 par Marie Pellen

Résumé

La lecture des textes anciens de théorie musicale permet-elle de répondre à des questions posées aujourd'hui ? Au-delà de l'évocation de la multiplicité des sources possibles, demeure l'idée que les usages du théorique peuvent nous éclairer sur des pans entiers de savoir encore insuffisamment éclairés, avec des résultats attendus dans de nombreux domaines. Il est également possible que cette légitimation espérée embarrasse plutôt qu'elle n'éclaire, fasse faire fausse route plutôt qu'elle n'élucide, égare plus qu'elle en focalise l'attention. Quel statut donnons-nous aujourd'hui aux sources théoriques, aux sources d'information théorique, pour quels emplois et avec quelle intention ?

Annonce

Equipe Patrimoines et Langages Musicaux
Ecole doctorale V - Concepts et Langages
Université de Paris-Sorbonne

La lecture des textes théoriques anciens permet-elle de répondre à des questions posées aujourd'hui, celle qu'instrumentistes, analystes, chercheurs, facteurs, amateurs, érudits ou musiciens se posent ? Au-delà de l'évocation de la multiplicité des sources possibles, textes, iconographie ou autres, demeure l'idée que les usages du théorique peuvent nous éclairer sur des pans entiers de savoir encore insuffisamment éclairés, avec des résultats attendus dans de nombreux domaines — et d'abord dans la restitution des musiques, quels que soient les différents métiers et talents qui y contribuent. Il est également possible que cette légitimation espérée embarrasse plutôt qu'elle n'éclaire, fasse faire fausse route plutôt qu'elle n'élucide, égare plus qu'elle en focalise l'attention. Quel statut donnons-nous aujourd'hui aux sources théoriques, aux sources d'information théorique, pour quels emplois et avec quelle intention ?

Sans se limiter à un type de sources, les contributions montrent la diversité de la relation au théorique dans toute sa complexité, des applications les plus étonnantes aux corpus de recherche actuels, des éditions de textes anciens aux parti-pris des interprètes, de l'enseignement à l'interprétation et à la recherche.

Vendredi 29 Mai 2009

École Normale Supérieure, 45 rue d'Ulm, salle R 16

9h30

Accueil des participants

10h

Theodora Psychoyou, Université Paris-Sorbonne, « Leur théorie et nos pratiques : littéralité, historicité et stratégies discursives dans les sources de théorie musicale du xviie siècle »

Session 1 : Terminologie et méthodologie

11h30

Ophélie Léal / Bertrand Porot (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Plaidoyer pour une terminologie exacte des ornements au xviiie siècle : le cas du tremblement »

Pause 12h15-14h

14h00

Susana Kasyan, Université Paris-Sorbonne, « La notion de varietas chez Tinctoris et les formes de sa révélation dans la musique du xve siècle »

14h30

Christophe Dupraz, École Normale Supérieure, « Les modes chez les vihuelistes espagnols du xvie siècle »

Session 2 : Théorie/analyse/interprétation

15h30

Thierry Grandemange, Université de Reims Champagne-Ardenne, « La théorie comme outil d'analyse de la musique du xve siècle : l'exemple des procédés imitatifs dans les chansons de Guillaume Du Fay et Hugo de Lantins »

16h00

Claire Meyer, Université Paris-Sorbonne, « Complémentarité des traités anciens et de méthodes d'analyse d'aujourd'hui au travers de l'édition et de l'analyse des Sacri Concentus (1630-31) de Léonard Hodemont »

16h30

Gérard Geay, CMBV Versailles, « Autour de la restitution de la Missa cuiusvis toni de Johannes Ockeghem » (ensemble Musica Nova dirigé par Lucien Kandel)

Session 3 : La théorie et la vocalité

17h30

Frédéric Rantières, Université Paris-Sorbonne, « La rhétorique liturgique dans le versus aquitain du xiie siècle et les traités d'organum et de poésie : retrouver le geste vocal »

18h00

Fañch Thoraval, Université Paris-Sorbonne, « Timbre vocal et conception harmonique dans la polyphonie italienne du premier quart du xvie siècle »

Samedi 30 Mai :

Maison de la Recherche, Université de Paris-Sorbonne

28 rue Serpente, salle D040

Session 4 : Des limites

9h30

Nicolas Meeùs, Université Paris-Sorbonne, « Modi vocum : De quelques erreurs d'interprétation, anciennes et modernes, de concepts théoriques »

10h00

Sébastien Ycard, Université Paris-Sorbonne, « Gaudent brevitate moderni: que nous apprennent les citations musicales de motets choisies pour illustrer les règles de la notation mesurée?

11h

Christophe Guillotel-Nothmann, Université Paris-Sorbonne, « Plus difficile à dénouer que le noeud gordien » : la résolution descendante des dissonances »

11h30

Clémence Monnier, Université Paris-Sorbonne, « L'art de bien chanter » de B. de Bacilly : les limites d'un guide »

12h

Raphaëlle Legrand, Université Paris-Sorbonne, « Rameau analyste, Rameau analysé : usages de la théorie de Rameau dans les approches musicologiques de ses oeuvres »

Lieux

  • École Normale Supérieure, 45 rue d'Ulm, salle R 16 (vendredi 29) ; Maison de la Recherche, Université de Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente, salle D040 (samedi 30)
    Paris, France

Dates

  • vendredi 29 mai 2009
  • samedi 30 mai 2009

Mots-clés

  • Musicologie, musique ancienne, théorie musicale, analyse, perception, terminologie, harmonie, contrepoint, restitution, interprétation, histoire de la musique, histoire de la théorie, méthodologie, épistémologie

Contacts

  • Théodora Psychoyou
    courriel : theodora [dot] psychoyou [at] paris-sorbonne [dot] fr
  • Alice Tacaille
    courriel : alice [dot] tacaille [at] paris-sorbonne [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Théodora Psychoyou
    courriel : theodora [dot] psychoyou [at] paris-sorbonne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Que nous dit la théorie ? Entretiens sur la musique ancienne en Sorbonne », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 27 mai 2009, http://calenda.org/197286