AccueilPrintemps des SHS. A-t-on encore besoin de la famille ?

*  *  *

Publié le mardi 26 mai 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

Quatre semaines, 9 rencontres, 17 conférenciers couvrant une grande partie des disciplines des sciences humaines, le Printemps des sciences humaines et sociales organisé par la MESHS propose un examen large et structuré de la question : a-t-on encore besoin de la famille ?

Annonce

Présentation

29 MAI - 23 JUIN 2009

LA MESHS organise le Printemps des SHS sur le thème :
A-t-on encore besoin de la famille ? La question peut sembler provocante et la réponse aller de soi, alors que la famille est régulièrement citée comme la valeur à laquelle les Français accordent la plus grande importance. La réalité à laquelle renvoie cet attachement est cependant très incertaine, ne serait-ce qu’en raison de la polysémie du terme « famille », dont la définition reste un enjeu des débats contemporains. Il conviendrait par ailleurs de se demander si l’attachement à la famille ne serait pas seulement un attachement au bonheur domestique – qui pourrait, probablement, se concevoir sans famille.

C’est en partant des diverses fonctions qu’est susceptible d’assurer la famille que l’on peut se faire une idée de ce que recouvre le besoin de famille. À l’évidence, ces fonctions sont très diverses : espace de construction de l’individu, source de normes, lieu de la transmission intergénérationnelle – en particulier de la transmission des biens – et, sur un tout autre plan, matière de la littérature.

Est-on alors certain que toutes ces fonctions fassent l’objet d’un consensus ? Comment, par exemple, interpréter les évolutions des modèles familiaux – on songe à l’apparition de nouveaux modes de conjugalité, comme le pacte civil de solidarité, ou aux revendications d’accès au mariage ou à la parenté par les couples de personnes de même sexe ? S’agit-il d’exprimer un besoin renouvelé de famille ou au contraire une volonté de faire sans famille, en privilégiant les liens interindividuels sans référence à une quelconque entité collective ? Peut-on voir dans la famille le lieu de l’épanouissement de l’individu lorsque le groupe cache à certains de ses membres ou aux entités extérieures des secrets essentiels, ou lorsque le heurt entre valeurs du groupe familial et valeurs du groupe social empêche l’individu de trouver sa place dans l’un ou l’autre de ceux-ci – sinon les deux ?

En somme, le besoin de famille ne saurait être posé comme une évidence et les sciences humaines et sociales permettent d’en clarifier les termes et les approches. Au-delà, se pose la question de l’utilité de la famille en tant que catégorie d’analyse pour appréhender les phénomènes sociaux.
Dans le cadre du premier printemps des sciences humaines et sociales de la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société, des spécialistes de multiples disciplines ont accepté de réfléchir à la question en rendant leurs recherches accessibles au plus grand nombre.

Programme

Quatre semaines, 9 rencontres, 17 conférenciers couvrant une grande partie des disciplines des sciences humaines, le Printemps des Sciences humaines et Sociales organisé par la MESHS propose un examen large et structuré de la question: A-t-on encore besoin de la famille ?

Conférence inaugurale (inauguration de la MESHS et du Printemps des SHS, vendredi 29 mai 2009, 17h30)

Maurice GODELIER
Systèmes de parenté et formes de famille et leur évolution contemporaine
Maurice Godelier est directeur d'Études à l'EHESS, il a créé le CREDO, Centre de Recherche et Documentation sur l'Océanie, à Marseille et un centre de documentation dédié aux sociétés du Pacifique. (En lire plus)

Cette séance, un peu particulière, verra se fondre deux événements en un, celui de l'inauguration de la MESHS ainsi que l'inauguration de cette première édition du Printemps des sciences humaines et sociales.
Elle se déroulera à la MEP (Maison de l'éducation permanente, 1 Place Georges Lyon, 59000 Lille, métro République  - voir le plan).
L'entrée pour la conférence est libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.


Chaque séance sera introduite et guidée par un répondant issu d'un des laboratoires associés à la MESHS


2e rencontre, mardi 2 juin (16h – 18h30)

L'utilité de la famille comme catégorie pour les SHS

Jacques COMMAILLE
Catégorie de la pratique, catégorie de la connaissance : "la famille" est-elle une catégorie pertinente pour la production de connaissance en sciences sociales.
« L'organisation de la connaissance en sciences sociales, particulièrement la sociologie, à la différence le plus souvent des autres sciences, est volontiers déterminée par des catégories de la pratique sociale ou politique. Ce constat vaut notamment pour la famille. La question peut être donc posée de savoir si, sur ce sujet précis, cette détermination n'est pas susceptible de produire des biais dans les approches choisies, dans les analyses proposées, dans les théories avancées. Nous donnerons quelques exemples de ces biais possibles. La question mérite d'être d'autant plus d'être posée ici que les enjeux que représente la famille pour le fonctionnement et la perpétuation des sociétés sont considérables. Nous tenterons de le démontrer. Si l'on considère  alors que rien ne menace plus les observations et les instruments pour les entreprendre,  les réflexions de sciences sociales sur la famille que l'idéologie, ne faut-il pas  penser une catégorie de la connaissance qui serait différente de cette catégorie de la pratique qu'on appelle la "famille" ? » J. C.

Jacques Commaille est professeur des universités à l'École normale supérieure de Cachan, membre du Groupe d'analyse des politiques publiques (gapp/ens) et rédacteur en chef de la revue Droit et Société. (En lire plus)

Stéfan LOLLIVIER
L'apport du nouveau recensement dans la connaissance des structures familiales récentes
Stéfan Lollivier est directeur des statistiques démographiques et sociales (INSEE), spécialiste des statistiques sur les ménages. (En lire plus)

  • Répondant : Hubert Jayet (économiste, professeur à Lille 1)

3e rencontre, vendredi 5 juin (16h-18h30)

La famille: source de normes, objet de normes

Jean-Hugues DÉCHAUX
La famille est-elle encore une institution ?
« Les transformations récentes de la famille sont généralement dépeintes comme une promotion de la vie privée, qualifiée parfois de « privatisation de l'existence », marquée par une forte tendance à l'individualisation des relations et des aspirations. La quête du bonheur privé aurait pris une importance croissante portée par une certaine vision du sujet (« être l'auteur de sa vie ») associée aux valeurs d'autonomie, de liberté, d'épanouissement personnel et le droit de chacun de concevoir son intimité familiale comme il l'entend. La privatisation de la famille irait ainsi de pair avec le déclin des institutions, elle serait même synonyme de « désinstitutionnalisation ».
L'idée centrale défendue dans la conférence est que, d'un point de vue sociologique, il est naïf et illusoire de croire que la vie familiale est aujourd'hui plus « personnelle » et donc moins sociale, moins politique, moins institutionnelle que par le passé. La diversification croissante des relations et des aspirations traduit l'émergence de nouveaux idéaux pour l'action, principes organisés en référence aux valeurs d'autonomie, de liberté et d'égalité promues dans les sociétés occidentales. Il s'agira donc d'analyser la façon dont se redéfinissent, au niveau de la famille, les modes de régulation sociale qui assurent la coordination des aspirations et des actions, par le truchement de règles et significations partagées ou par le biais d'une culture du conseil et de l'expertise procédant par recommandations. » J.-H. D
Jean-Hugues Déchaux est professeur à l'Université Lumière Lyon 2, sociologie de la famille (En lire plus)

Françoise DEKEUWER-DÉFOSSEZ
Droit et non-droit de la famille
La conférence a pour intention de revisiter les propos de Jean Carbonnier (juriste, 1908-2003), dans une société qui a beaucoup changé et s'est « normativisée ».
Juriste, spécialiste du droit de la famille, Françoise Dekeuwer-Défossez a travaillé sur le droit de l'enfant, sur les questions de la filiation, sur le divorce et son impact sur les enfants, notamment, ainsi que sur le PaCS et les nouvelles formes de contractualisation du couple dans la société. Elle est professeur de droit privé, Doyen de la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales Lille 2 et Professeur à l'Institut catholique de Lille. (En lire plus)

  • Répondante : Geneviève Cresson (sociologue, Professeur à Lille 1)

4e rencontre, mardi 9 juin (17h – 19h30)

Famille et construction de l'individu

Sally HUMPHREYS
Famille, individu, État : comment la famille et l'individu sont-ils possibles ?
La conférence traitera de l'historicité de la famille moderne (nuclear family) et de l'individu, avec  un aperçu sur la Grèce ancienne, l'Inde coloniale et le capitalisme tardif.
Sally Humphreys a été Professeur d'histoire, d'anthropologie et de Grec à l'université du Michigan, Ann Arbor (USA), et au Central European University (Budapest, Hongrie). (En lire plus)

Irène THÉRY
Famille et singularisation de l'individu au sein du groupe
Chercheuse au CNRS et directrice d'étude à l'EHESS, Irène Théry est spécialisée dans la sociologie du droit, de la famille et de la vie privée; elle travaille sur les transformations contemporaines des liens entre les sexes et les générations. (En lire plus)

  • Répondante : Gabrielle Radica (philosophe, Maître de conférences à l'université de Picardie) 

5e rencontre, vendredi 12 juin (16h - 18h30)

Nouvelles configurations familiales

Danièle LOCHAK
Les revendications de liberté et d'égalité, moteurs des changements familiaux
Danièle Lochak est juriste, spécialiste des libertés publiques et des droits de l'homme, professeur de droit à l’université Paris X - Nanterre.
Elle traitera du mariage homosexuel et de l' homoparentalité. (En lire plus)

Wilfried RAULT
Le pacte civil de solidarité, expression d'un changement familial ?
Wilfried Rault est sociologue, chercheur à l'INED. Il a  publié un ouvrage sur le PaCS aux Presses de sciences-po en 2009 (L'invention du PaCS. Pratiques et symboliques d'une nouvelle forme d'union). (En lire plus)

  • Répondante : Florence Tamagne (historienne,  Maître de conférences à l'université Lille 3) 

6e rencontre, mardi 16 juin (17h – 19h30)

Exil et immigration

Éric FASSIN
Leurs familles (et les nôtres) : regroupement familial et mariages binationaux à l'heure de l'immigration subie.
Éric Fassin est Professeur agrégé à l'École normale supérieure, département de sciences sociales, chercheur à l'IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux), CNRS / EHESS / Inserm / Paris-XIII. Il est membre de Cette France-là, qui vient de publier un ouvrage du même titre sur la politique d'immigration actuelle. (En lire plus)

David LEPOUTRE
La mémoire familiale en milieu populaire immigré
La conférence portera sur la dimension positive du rapport au passé dans les familles populaires et immigrées, sur le rapport aux origines, sur la connaissance de la parentèle, avec, in fine, une déconstruction de l'idée générale de mémoire familiale.
Maître de conférences en sociologie à l'université d'Amiens, David Lepoutre a enseigné l'histoire-géographie à La Courneuve pendant dix ans. Il est l'auteur de Coeur de banlieue.

  • Répondantes : Sylvie Aprile (historienne, Professeur à l'université Lille 3), Blandine Mortain (sociologue, Maître de conférences à l'université Lille 1)

7e rencontre / jeudi 18 juin (18h – 20h)

Transmission, patrimoine, famille et mobilité

Luc ARRONDEL
Patrimoine et famille : la transmission des biens parmi les siens
« Après avoir fait l'inventaire des différentes logiques économiques de la transmission intergénérationnelle, nous ferons le bilan des travaux empiriques menés en France sur les pratiques de transferts patrimoniaux au sein de la famille. » L. A.
Luc Arrondel est directeur de recherche au CNRS, au PSE (Unité mixte de recherches CNRS-EHESS-ENPC-ENS). Economiste, spécialiste de micro économétrie appliquée, ses recherches portent sur les aspects théoriques et empiriques des comportements individuels d'épargne. (En lire plus)

Gilles POSTEL-VINAY
Patrimoine et famille : une perspective historique.
Gilles Postel-Vinay est directeur de recherche à l’INRA et directeur d’études à l’EHESS. Il a travaillé notamment sur l'histoire économique du patrimoine et des inégalités et les marchés du crédit. (En lire plus)

  • répondant : Marc Pichard (juriste, Professeur à l'université Lille 2)

8e rencontre / samedi 20 juin (15h – 18h)

Famille, filiation et littérature

Jean ROUAUD
Jean Rouaud est romancier (prix Goncourt 1990 pour Les Champs d'honneur). Il a publié récemment La femme promise (Gallimard, 2009).
Des hommes illustres, Minuit, 1993
Le Monde à peu près, Minuit 1996
Les Très riches heures (théâtre), Minuit, 1997
Pour vos cadeaux, Minuit 1998
Sur la scène comme au ciel, Minuit, 1999
La Désincarnation, Gallimard, 2001
Les Corps infinis, Actes Sud, 2001
L'Invention de l'auteur, Gallimard, 2004
L'Imitation du bonheur, Gallimard 2006

Tanguy VIEL
Tanguy Viel est romancier. Il a publié récemment Paris-Brest (Minuit, 2009).
Le Black-Note, roman (Minuit, 1998).
Cinéma, roman (Minuit, 1999).
L'Absolue perfection du crime, roman (Minuit, 2001).
Insoupçonnable, roman (Minuit, 2006).

  • Répondant : Laurent Demanze (lettres modernes, enseignant à l'université Lille 3)

9e rencontre / mardi 23 juin (17h – 19h30)

La famille, objet de soins

Ouriel ROSENBLUM
Comment fabriquer des parents en bonne santé ?
Ouriel Rosenblum est psychiatre d’enfants et enseignant-chercheur à l’université Lille 3 (PSITEC), chargé de recherches des hôpitaux de Paris dans le domaine de la psychopathologie psychanalytique de l’enfant et de la famille, il est aussi attaché de recherches au CHU Pitié Salpêtrière (Paris).
Ses recherches récentes mettent au centre l'étude du sujet dans ses interrelations constantes avec le milieu social et sa dynamique propre. Les relations de parentalité en sont un axe essentiel. (En lire plus)

Frédéric WORMS
Qu'est-ce qu'une relation familiale ?
Frédéric Worms est professeur de philosophie à l'université de Lille 3 et directeur du Centre international d'étude de la philosophie française contemporaine (CIEPFC) à l'ENS (Paris). Il est spécialiste de l'œuvre d'Henri Bergson. (En lire plus)

  • Répondant : Jean-Louis Nandrino (psychologue, Professeur à Lille 3)

Toutes les conférences ou rencontres, à l'exception de la conférence inaugurale, ont lieu à la MESHS, Espace Baïetto, 2 rue des Canonniers (face à Euralille), 59000 Lille.
Pour toutes les conférences, entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (réservation en ligne recommandée).

Lieux

  • MESHS, Espace Baïetto, 2 rue des Canonniers (face à Euralille)
    Lille, France

Dates

  • vendredi 29 mai 2009
  • mardi 02 juin 2009
  • vendredi 05 juin 2009
  • mardi 09 juin 2009
  • vendredi 12 juin 2009
  • mardi 16 juin 2009
  • jeudi 18 juin 2009
  • samedi 20 juin 2009
  • mardi 23 juin 2009

Mots-clés

  • SHS, famille

Contacts

  • MESHS — Pôle animation & communication ~
    courriel : comanim [at] meshs [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Gabriel Galvez-Behar
    courriel : gabriel [dot] galvez-behar [at] univ-lille3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Printemps des SHS. A-t-on encore besoin de la famille ? », Cycle de conférences, Calenda, Publié le mardi 26 mai 2009, http://calenda.org/197289