AccueilCafé des sciences FMSH - association Bar des sciences Paris

*  *  *

Publié le jeudi 04 juin 2009 par Delphine Cavallo

Résumé

En collaboration avec l’association Bar des sciences Paris, la Fondation MSH lance le 23 juin prochain un cycle de cafés des sciences qui, dès la rentrée, se tiendront le troisième mardi du mois, d’octobre à juin. Dans une ambiance conviviale à l’heure de l’apéritif, le public est invité à interroger deux à trois chercheurs pour des discussions ouvertes, animées par Marie-Odile Monchicourt, journaliste à France Info.

Annonce

23 juin 2009

Marchés financiers... crises et refondation

La Fondation MSH inaugure son cycle de café des sciences coorganisé avec l'association Bar des sciences Paris en invitant :

  • Jean-Philippe Bouchaud (CEA & Capital Fund Management),
  • Jacques Sapir (EHESS)
  • Christian Walter (Sciences Po. & FMSH)

Animé par Marie-Odile Monchicourt (France Info),

La crise financière, puis économique, gravissime dans laquelle nous sommes plongés actuellement a été annoncée par des travaux d’ "écono-physique" (suscités par le krach précurseur de 1987) remettant en cause certains dogmes de la pensée économique classique, tout particulièrement l’idée selon laquelle un marché dérèglementé doit nécessairement atteindre un équilibre efficient, ne pouvant être affecté que par des causes externes. En fait la crise de 2009 montre de façon éclatante que l’instabilité des marchés peut être due à leurs dynamiques internes.

Ce café des sciences traitera de l’insuffisance des modèles financiers courants, et de l’impact d’une reconstruction inadéquate de la réalité sur l’ampleur de la crise.
Les intervenants invités montreront quel peut être l’apport des outils de la physique statistique et, plus généralement, des méthodes de modélisation des interactions sociales dans l’élaboration d’une réflexion fondamentale sur la nature du risque des marchés. Puisque "l’écono-physique" tend à montrer que le marché ne peut être déréglementé sans risquer des catastrophes, on fera le point sur les réflexions actuelles sur l’éthique et la réglementation des marchés et les réformes nécessaires des agences de notation et des métiers de traders.

La retranscription des débats se trouve en fichier joint.

20 octobre 2009 de 19 à 21h

De l’e-World au posthumanisme

  • Jean-Michel Besnier (Université Paris 4)
  • Jean-Gabriel Ganascia (UPMC)
  • David Pointcheval (ENS & CNRS)
  • Ayse Ceyhan (FMSH & Sciences-Po.)
Animé par Marie-Odile Monchicourt (France Info),

Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) comme toutes les technologies, sont ambivalentes : elles offrent des possibilités inouïes d’échange d’informations, de savoirs, de développement économique et culturel, mais elles posent aussi un grand nombre de problèmes politiques, juridiques, éthiques, voire sociopsychologiques. Très vite ont été soulevées des questions relatives à la sécurité des états et des personnes et aux libertés. Les technologies de l’e-World d’aujourd’hui offrent d’une part de nouveaux champs d’action à la criminalité à travers des identités numériques utilisant l’anonymat et les pseudonymes, tandis que se multiplient les techniques (radioidentification, géolocalisation, biométrie etc.) et des usages (blogs, chats, réseaux sociaux) qui sont susceptibles de remettre en cause les libertés et le droit à une vie privée en permettant en effet le contrôle et la traçabilité des personnes. En particulier, elles autorisent la cybersurveillance au travail, et, à travers les réseaux sociaux et les blogs, le profilage des personnes, dans des buts éventuellement commerciaux.

La prochaine révolution de l’Internet, l’Internet Ubiquiste (U-World), ou Internet des objets (puces RF contenant des données embarquées, informées et recueillant de l’information), rendra le réseau à la fois invisible et omniprésent. On y voit immédiatement les utilisations dans le domaine de la gestion des transports, des stocks, de la publicité ciblée, de la sécurité, des applications médicales, de la surveillance des personnes dépendantes. Le U-World posera, de façon encore plus accentuée, le problème du statut des traces identifiées et des garanties du respect de la vie privée, mais surtout il nous interroge sur les rapports entre l’homme et les réseaux de machines, qu’il faudra traiter par des approches cognitives et socio-anthropologiques. Enfin, dans la « dernière étape » qui verra l’hybridation des TIC avec les nanosciences et les neurosciences, se profile un futur rempli de cyborgs et de neuromachines, qui aidera certainement à lutter contre les handicaps, mais pourrait aussi ouvrir la porte à l’homme augmenté du « rêve » post(trans)humanisme.

17 novembre 2009

Le darwinisme au XXIe siècle          

La théorie de l’évolution au sens darwinien du terme est actuellement le meilleur cadre conceptuel à notre disposition pour comprendre rationnellement un monde naturel essentiellement instable et dynamique. Ce café des sciences, organisé dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Darwin, fera le point sur l’actualité du darwinisme, aussi bien en tant que théorie de l’évolution, soumise aux réaménagements résultant des apports récents de la génomique et de l’embryologie, que dans ses applications, très discutées, aux sociétés humaines à travers la sociobiologie. Plus particulièrement on abordera la question délicate du rapport entre nature et culture – les comportements sociaux chez l’homme sont‐ils modelés par la génétique et la sélection naturelle ou l’évolution biologique chez l’homme précède‐t‐elle l’évolution culturelle ? Enfin on évoquera la diffusion et l’acceptation de la théorie néo‐darwinienne de l’évolution dans les diverses aires culturelles, et les attaques dont elle est l’objet.

15 décembre 2009

L’énergie au XXIe siècle : un défi majeur du développement durable       

L’énergie irrigue tous les aspects de la vie humaine, production industrielle, transports, production agricole, stockage des aliments, habitat. Ce début de XXIe siècle est marqué par la prise de conscience que sa production et ses usages sont destructifs de notre environnement. Les énergies renouvelables ne représentent encore qu’une petite fraction de l’énergie consommée dans le monde. Leur accroissement ne suffira sans doute pas à éviter les efforts conduisant à une importante diminution des consommations d'énergie et à des changements dans les modes de vie des pays du Nord, surtout dans le contexte de l’émergence économique des grands pays du Sud, qui représentent déjà un tiers des habitants de la planète. Lors de ce café des sciences, les intervenants discuteront de la question énergétique, sous ses aspects scientifiques et technologiques, environnementaux, économiques, sociaux, politiques. On examinera plus particulièrement la question des transferts de technologie entre le Nord et les pays émergents et le nécessaire accès à l’énergie des régions du globe les plus pauvres, crucial en termes de revenus, d’emploi, de santé et d’éducation.

Lieux

  • Cafétéria, Fondation MSH, 54 bd Raspail
    Paris, France

Dates

  • mardi 17 novembre 2009
  • mardi 23 juin 2009
  • mardi 20 octobre 2009
  • mardi 15 décembre 2009

Contacts

  • Marion Gentilhomme
    courriel : marion [dot] gentilhomme [at] gis-cist [dot] fr

Source de l'information

  • Marion Gentilhomme
    courriel : marion [dot] gentilhomme [at] gis-cist [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Café des sciences FMSH - association Bar des sciences Paris », Cycle de conférences, Calenda, Publié le jeudi 04 juin 2009, http://calenda.org/197365